SAISON 2022-2023 – RÉCITS DE L’INATTENDU

Acheter vos billets

17 juin 2022

La saison 2022-2023 du Théâtre ESPACE GO compte sept spectacles d’autrices québécoises aux écritures fortes, dont les imaginaires foisonnants nous transportent dans des récits de l’inattendu.

 

Dans L’ART DE VIVRE de Liliane Gougeon Moisan, June aspire à sortir de son cadre de vie propre et formaté de jeune professionnelle et fait littéralement éclater les murs qui la séparent de ses voisins pour entrer en contact avec eux. Dans OKINUM, Émilie Monnet cherche à comprendre le sens d’un rêve dans lequel un castor géant lui apparaît comme un guide apportant sa médecine pour soigner la maladie qui entrave sa gorge. Dans LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE, sept femmes déploient leurs chants pour raconter l’effroi de vivre de Nelly Arcan, c’est-à-dire d’habiter un corps de femme. Dans NEECHEEMUS, Émilie Monnet et des artistes qu’elle affectionne cherchent à briser les frontières en partageant des conceptions de l’Amour et de l’érotisme issues de peuples autochtones et de communautés afrodescendantes. Dans LE TRAITEMENT DE LA NUIT d’Evelyne de la Chenelière, les mots prennent vie et se jouent de nous pour créer un monde étrange dans lequel une jeune fille projette d’assassiner ses parents avec le jardinier. Dans LES DIX COMMANDEMENTS DE DOROTHY DIX de Stéphanie Jasmin, une femme revient sur ses 100 ans d’existence de femme au foyer et de mère d’une famille trop nombreuse et réalise qu’elle a fait de son mieux en suivant les Dix commandements pour être heureuse de la journaliste Dorothy Dix. Dans L’ÉCOUTE D’UNE ÉMOTION de Marie-Laurence Rancourt, une femme sort du cadre de son émission de radio et trouve les mots qui permettront à l’auditoire de prendre la mesure du désir qui l’a submergée depuis sa rencontre avec un homme que tout sépare d’elle.

 

La saison 2022-2023 du Théâtre ESPACE GO permettra également au public de retrouver au cœur de la programmation les quatre artistes en résidence à ce jour : Sophie Cadieux, Evelyne de la Chenelière, Solène Paré et Émilie Monnet.

 

 

 

L’ART DE VIVRE – 1er au 18 septembre 2022

 

June, Bianca, Ingrid et Jordan sont voisins, mais ils ne se connaissent pas. Dans le confort de leurs condos tout frais construits, ces jeunes professionnels appliquent avec conviction les poncifs d’une époque qui les a modelés : réno, déco, alimentation bio, exercice physique et saines habitudes de vie. Mais bientôt s’ouvriront les cloisons. Une série d’incidents poussera le quatuor vers un étrange et troublant retour à la Nature.

 

L’ART DE VIVRE  se niche quelque part entre les pages d’un catalogue Ikea et celles d’un guide de la bonne ménagère, version 2022. Dans ce premier texte, récipiendaire du prix Gratien-Gélinas en 2019, l’autrice québécoise Liliane Gougeon Moisan ausculte notre  monde avec cruauté, sensibilité et humour. À l’insouciance du présent, elle oppose la beauté trouble de l’avenir. Pour prendre parole avec elle et donner vie à ce somptueux décor intérieur, le Théâtre PÀP a invité la metteuse en scène Solène Paré, dont le public d’ESPACE GO a pu voir les pièces LES LOUVES et LA BRÈCHE. Pour interpréter cette nouvelle création qui s’annonce pour le moins colorée et déjantée, elle a réuni Simon Beaulé-Bulman, Larissa Corriveau, Raphaëlle Lalande et Tatiana Zinga Botao.

 

Une création du Théâtre PÀP, avec la collaboration d’ESPACE GO

 

 

 

OKINUM – 4 au 22 octobre 2022

Émilie a un barrage dans la gorge, un amoncellement d’ossements d’arbres (okinum, en anishnaabemowin). Un castor géant lui apparaît en songe, comme un guide offrant sa médecine. En cherchant à comprendre le sens de ce rêve récurrent, elle fait émerger les voix et les savoirs enfouis à même son corps pour mieux comprendre d’où elle vient et ce dont elle a besoin.

 

En puisant à même sa propre expérience, l’artiste pluridisciplinaire Émilie Monnet livre une réflexion intime sur la notion de barrages intérieurs, métaphore poétique de la maladie qui entrave nos corps. Alliant l’art de la performance, de l’environnement sonore en direct et de la narration visuelle, elle propose une expérience immersive en trois langues (français, anishnabemowin, anglais) dans laquelle le théâtre, le son et la vidéo sont réunis au moyen d’une dramaturgie unique, circulaire et envoûtante. Elle tisse une série de tableaux oniriques, où l’espace-temps n’est pas conçu de façon linéaire, véritable témoignage d’une filiation qui inspire. Pour cette version définitive de son spectacle, Émilie sera accompagnée sur scène de Jackie Gallant qui cosigne la mise en scène avec elle et Sarah Williams.

 

Une production d’Onishka, avec la collaboration d’ESPACE GO

 

 

 

LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE – 8 novembre au 3 décembre 2022


Nelly Arcan était une femme exposée, offerte au regard des autres sans retenue, fragilisée à la fois par l’œil scrutateur des voyeurs  et par sa propre absence de pudeur littéraire. En l’espace de huit ans, cette jeune femme a déployé son chant, créé une œuvre et s’est retirée. Juste le temps de poser les bonnes questions. Celles qui dérangent. Celles qui disent la fureur en dedans. Sept femmes, sept « Schtroumpfettes » comme Nelly se plaisait à les appeler, racontent l’effroi de vivre de l’auteure, c’est-à-dire d’habiter un corps de femme. Exposé et convoité. Elles témoignent de ce désir commun d’être LA Schtroumpfette. Unique. Désirée.

 

La pièce LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE a été créée il y a 10 ans dans le cadre de la résidence d’artiste de Sophie Cadieux. La comédienne avait alors souhaité explorer le territoire intime de l’œuvre de Nelly Arcan et faire entendre sa pensée autrement que par le spectre de la sexualité spectacle. Pour donner corps aux mots, elle et la directrice artistique Ginette Noiseux ont fait appel à la metteure en scène Marie Brassard, qui dirigeait d’autres interprètes pour la première fois : Christine Beaulieu, Sophie Cadieux,  Larissa Corriveau, Evelyne de la Chenelière, Johanne Haberlin, Julie Le Breton et Anne Thériault. Ce spectacle signature d’ESPACE GO a marqué l’histoire de notre théâtre. Il a  par la suite été présenté en Europe et au Japon et nous rêvions depuis longtemps de pouvoir le faire découvrir – ou revoir à nouveau – au public québécois.

 

Une coproduction d’ESPACE GO et Infrarouge

 

 

 

NEECHEEMUS – 19 au 21 janvier 2023


Neecheemus veut dire « mon amour » en cri. Pour sa deuxième année en tant qu’artiste en résidence au Théâtre ESPACE GO, l’autrice et metteure en scène Émilie Monnet propose au public un événement festif réunissant des paroles intergénérationnelles de femmes inspirantes et inspirées autour du thème de l’Amour et de l’érotisme. À l’occasion de trois soirées ludiques et engagées, les artistes partageront leur conception de l’amour et de la sexualité à travers un geste artistique ou une prise de parole spontanée. Toutes ces propositions seront liées par la musique de Frannie Holder.

 

Une coproduction d’ESPACE GO et Onishka

 

 

 

LE TRAITEMENT DE LA NUIT – 7 mars au 2 avril 2023

Léna est venue au monde un jour plein de lumière. Elle ne l’a pas aimé. À la nuit tombante, ses parents, Bernard et Viviane, prennent leur repas en admirant la splendeur de leur propriété qui, grâce aux bons soins de Jérémie, leur nouveau jardinier, les fait se projeter dans un paysage infini. Léna surgit, de retour d’une nouvelle fugue, mais le couple fait comme si de rien n’était. Lorsque la nuit tombe, cette scène se répète et se module au gré de l’obscurité qui révèle des mouvements inattendus au sein du quatuor. Plusieurs récits contradictoires s’inventent au fur et à mesure que la parole se déploie, de plus en plus menaçante. Léna et Jérémie projettent d’assassiner père et mère. Meurtres réels ou fantasmés? La parole a-t-elle le pouvoir de façonner le réel?

 

LE TRAITEMENT DE LA NUIT est une tragédie qui se réalise par le langage. C’est en parlant que les personnages fabriquent un monde. Ici, la parole n’est plus au service de la communication, mais s’engage plutôt dans une entreprise de remodelage du passé, du présent et de l’avenir.

 

Dans cette nouvelle création, Evelyne de la Chenelière nous transporte vers des espaces où règnent le doute et l’incertitude : d’une situation réaliste, elle introduit graduellement des fissures temporelles et de l’étrangeté, révélant ainsi, souvent avec un humour incisif, les sombres contours d’une violence en quête de rédemption. Elle pose ainsi la question de notre rapport sensible au monde et à la force de ses éléments. Comment l’alternance du jour et de la nuit agit-elle sur notre être et notre volonté? Pour répondre à ces questions, elle fait appel au metteur en scène Denis Marleau à qui elle avait déjà collaboré lors de la création de LUMIÈRES, LUMIÈRES, LUMIÈRES. LE TRAITEMENT DE LA NUIT met en scène Anne-Marie Cadieux, Henri Chassé, Lyndz Dantiste et Marie-Pier Labrecque.

 

Une coproduction d’UBU compagnie de création et ESPACE GO

 

 

 

LES DIX COMMANDEMENTS DE DOROTHY DIX –  12 au 23 avril 2023


Une femme dont la vie a traversé le XXe siècle plonge avec une lucidité désarmante dans ses souvenirs. Une femme sans destin exceptionnel, qui a fait de son mieux pour bien vivre et être heureuse. Pour bien mener sa vie de femme, d’épouse et de mère d’une famille trop nombreuse, elle a suivi les Dix commandements pour être heureuse (Dictates for a Happy Life) de la journaliste américaine Dorothy Dix, dont elle dévorait les articles. En autant de chapitres, chacun de ces dix commandements pour être heureuse est une réminiscence pour cette femme en apparence sans histoire, à dérouler le film de sa vie, dévoilant une révolte sourde, une pensée sensible, une lucidité surprenante et une soif d’absolu.

 

S’inspirant librement de sa grand-mère, la dramaturge et scénographe québécoise Stéphanie Jasmin explore la pensée intime féminine en donnant voix à une femme qui ressemble à tant d’autres mais qui est pourtant unique, une voix parfois sombre et profonde, une voix qui s’affranchit du passage du temps et des convenances pour jaillir, libre et sans compromis. Cette pièce solo mise en scène par Denis Marleau la saison dernière avait donné à Julie Le Breton l’occasion d’une première incursion dans l’univers d’UBU. Le spectacle a reçu un accueil plus que chaleureux à sa création la saison dernière, et ce, tant du côté du public que chez les médias.

 

Une coproduction d’UBU compagnie de création, ESPACE GO et La Colline – Théâtre national, Paris

 

 

 

L’ÉCOUTE D’UNE ÉMOTION – 9 au 20 mai 2023


« C’est L’écoute d’une émotion et nous sommes ensemble jusqu’à 22 h. » C’est ainsi qu’une femme débute l’émission de radio qu’elle anime. Mais ce soir-là, elle s’aventure plutôt dans le récit d’une passion vécue avec un homme que tout semblait opposer à elle. À travers le micro qui la relie à son auditoire, elle confie que, dès l’instant où elle a vu cet homme, un désir comme elle n’en avait jamais ressenti l’a submergée. Mais comment le raconter? Quels mots choisir pour décrire l’indicible?

 

L’ÉCOUTE D’UNE ÉMOTION est un monologue théâtral traversé par le surgissement fracassant du désir, de l’intensification du sentiment d’exister qu’il procure (il est irrésistible), mais aussi de l’abîme potentiellement destructeur qu’il ouvre en nous. Pour l’autrice et metteuse en scène québécoise Marie-Laurence Rancourt, le désir déborde la seule question du rapport amoureux. Sa pièce traite du désir, peu importe vers quoi il est tourné, le désir qui est dans le débordement, la dérive loin de soi-même qui est jouissance, sachant que succomber à son désir fait toujours courir le risque d’une perte, mais aussi, d’une certaine forme de libération. La forme du spectacle est inspirée de ses expériences en création sonore et radiophonique et emprunte à ce médium quelques-uns de ses « codes » et une certaine sensibilité — aux voix, au langage, aux silences — pour ensuite créer un objet théâtral à part entière. C’est la comédienne Larissa Corriveau qui prêtera sa voix et son corps à ce personnage de femme atypique.

 

Une création de Magnéto, en coproduction avec le Théâtre français du CNA et avec la collaboration d’ESPACE GO

 

 

***
ALLER À LA RENCONTRE DU PUBLIC

 

Aller à l’ESPACE GO, c’est aller à la rencontre des artistes, des équipes, des passionné·es de théâtre, des curieuses et des curieux… C’est voir un spectacle, assister à une causerie, c’est faire la fête les Vendredis GO!

 

Tout au long de la saison, l’équipe d’ESPACE GO crée toutes sortes de rencontres entre les artistes, les penseures et les publics. Elle imagine, invente et développe des projets et des actions en lien avec la programmation, les démarches uniques des artistes et son engagement féministe inclusif. Ces activités sont gratuites et ouvertes à toutes et à tous.

 

En plus du calendrier de ces rendez-vous, on retrouve aussi sur notre site Web une documentation riche et fouillée sur les thèmes abordés dans les spectacles, permettant à chaque personne de mieux apprécier sa visite dans notre théâtre.

 

Tout est mis en œuvre pour faire du Théâtre ESPACE GO une promesse de rencontre et de découverte, un lieu où il est possible de vibrer avec les autres.

 

 

***

ÉMILIE MONNET : ARTISTE EN RÉSIDENCE

 

Pour sa deuxième saison en résidence au Théâtre ESPACE GO, l’artiste pluridisciplinaire Émilie Monnet proposera au public la version définitive de sa pièce OKINUM, à l’automne 2022. Par la suite, elle plongera avec d’autres voix féminines dans la création d’une célébration de l’Amour et de l’érotisme avec NEECHEEMUS.

 

Les résidences d’artistes ont été créées en 2011 par la directrice Ginette Noiseux pour faire bouger et vibrer le projet artistique d’ESPACE GO. Au-delà des créations que l’artiste en résidence entreprend et inspire, ce sont ses questionnements, sa pratique et sa passion qui colorent librement l’ensemble de la saison, et ce, par la création de spectacles, d’objets dans l’espace, de performances et d’invitations à d’autres artistes.

 

Après un premier cycle avec la comédienne et metteure en scène Sophie Cadieux (2011 à 2014), un second avec l’auteure et comédienne Evelyne de la Chenelière (2014 à 2018), puis un troisième avec la metteure en scène Solène Paré (2018 à 2021), la quatrième résidence d’artiste appartient à l’autrice et metteure en scène d’origine anichinabéenne Émilie Monnet. Profitant d’un budget et appuyée par les membres de l’équipe, l’artiste en résidence développera ses projets pour les trois saisons de sa résidence.

 

 

***

LA SENTINELLE 2023

 

Au terme du Chantier féministe sur la place des femmes en théâtre de 2019, ESPACE GO s’est engagé à organiser des sentinelles, dans le but de faire un suivi des recommandations énoncées à la suite de l’événement et d’aborder de façon plus spécifique certaines questions ou enjeux touchant les femmes.

 

La saison dernière, nous proposions La sentinelle #1 : Pour la transformation, avec pour but d’identifier des moyens pour faire évoluer le milieu théâtral et culturel québécois face à des situations de violences psychologiques et sexuelles présentes dans nos espaces de création.

 

Le mois de février 2023 sera donc l’occasion d’une nouvelle sentinelle. Nous y aborderons la question du leadership au féminin à l’heure du renouvellement des directions artistiques des théâtres; nous jetterons un regard attentif à la représentation des femmes racisées dans le milieu théâtral québécois et nous ferons une mise à jour des données statistiques de 2019 sur la place des femmes dans le milieu théâtral québécois.

 

 

***

PRIX JOVETTE- MARCHESSAULT

 

Depuis 2019, le prix Jovette-Marchessault fait rayonner le travail exceptionnel des créatrices en théâtre de Montréal. Ce prix annuel est offert en rotation sur trois ans selon la fonction artistique : metteuses en scène, conceptrices et autrices. Après avoir complété un premier cycle qui a récompensé Catherine Vidal, Nancy Tobin et Marie Leofeli Romero Barlizo, le Conseil des arts de Montréal (CAM) annonçait le 18 mai dernier son intention de soutenir pour un nouveau cycle.

 

Ce prix, qui vise la reconnaissance et le rayonnement de la contribution de femmes artistes du milieu théâtral montréalais, s’accompagne d’une bourse de 20 000 $, remise par le CAM à la lauréate. Les finalistes reçoivent un billet d’avion pour l’Europe, une gracieuseté d’Air Transat.

 

Ce prix du Conseil des arts de Montréal porte le nom de Jovette Marchessault en hommage à une grande « accordeuse d’âme », dont l’œuvre est parcourue par la volonté de rendre visible la culture des femmes, de reformuler l’Histoire, de fonder une mémoire qui permette aux femmes d’être des modèles pour tous et toutes. Il a été créé à la suite du Chantier féministe 2019 en recommandation des membres des Femmes pour l’Équité en Théâtre.

Merci à nos partenaires