Marie Leofeli Romero Barlizo

English version

Lauréate -Troisième édition du prix Jovette-Marchessault

Marie Leofeli Romero Barlizo a l’étoffe d’une pionnière et d’une bâtisseuse de ponts entre les communautés; on le comprend très rapidement en parcourant sa feuille de route. D’abord, elle se présente avec fierté comme la première représentante d’une minorité visible à obtenir un diplôme du programme anglais d’écriture dramatique à l’École nationale de théâtre du Canada, en 2002. Il aura fallu une bonne dose de courage et de détermination à cette native des Philippines pour tracer son chemin dans le métier dont elle rêvait. Ses parents, déménagés à Montréal alors que Marie était âgée de cinq ans, ont fait des sacrifices pour favoriser sa réussite, un objectif qui n’était pas compatible à leurs yeux avec une carrière artistique. Marie aura d’abord cumulé des formations en psychologie et en histoire, avant de finalement compléter un baccalauréat en théâtre à l’Université Concordia, en 1999, et d’obtenir une maitrise en beaux-arts, au programme d’écriture créative de l’Université de Colombie-Britannique, en 2013.

 

Signataire d’une douzaine de pièces, Marie Leofeli Romero Barlizo a persévéré malgré les obstacles, produisant elle-même des versions laboratoires de ses textes dans des festivals. Après avoir découvert la force et la richesse de son écriture, de même que l’authenticité de sa démarche artistique qui repose à la fois sur une approche physique et spirituelle du jeu, plusieurs compagnies de théâtre se sont intéressées à son travail. Son conte UNANG PASKO SA MONTREAL faisait partie du populaire événement Urban Tales au Centaur Theatre, en 2017. Créé pour le Geordie Theatre, THE LITTLE MIGHTY SUPERHERO, un spectacle destiné au jeune public et inspiré par la mythologie philippine, a entrepris une grande tournée (virtuelle) des écoles durant la saison 2020-2021. Mise au monde dans des versions antérieures au Festival St-Ambroise Fringe de Montréal ainsi qu’au Next Stage Theatre Festival, à Toronto, la pièce LUCKY entamera une tournée canadienne en mai 2022, au Upintheair Theatre’s rEvolver Festival de Vancouver. Cette œuvre intense, troublante, orchestre une rencontre sans fards entre un ancien skinhead et une jeune femme d’ascendance philippine. Elle met notamment en lumière les attentes démesurées que subissent des enfants issus de familles d’origine asiatique, une communauté victime du stéréotype de la « minorité modèle », voulant que les Canadiens et les Américains d’origine asiatique aient plus de succès que d’autres groupes minoritaires. Pour l’autrice, les histoires doivent être partagées et les luttes dépeintes pour humaniser qui nous sommes en tant que communauté et élargir les perspectives de ce qu’être Canadien d’origine asiatique signifie.

 

Les racines philippines et chinoises de Marie Leofeli Romero Barlizo nourrissent et enrichissent son œuvre. Consciente de l’importance de raconter les histoires de la minorité asiatique, peu représentée sur les scènes canadiennes, la dramaturge écrit afin de lui tendre un miroir scénique. Elle a à cœur d’illustrer leurs difficultés et de construire des personnages complexes, éloignés des visions stéréotypées. Son œuvre dépeint avec vérité ces réalités sociales et ces enjeux méconnus, offrant ainsi une perspective unique, précieuse dans le paysage théâtral québécois.

 

Et comme autrice, Marie Leofeli Romero Barlizo ne craint pas de s’attaquer frontalement à des sujets difficiles, tels la honte, la maladie mentale ou la dépendance. Elle a également le courage de puiser dans son histoire familiale ou personnelle Au cours de sa résidence au Imago Theatre, elle a crée la pièce THE WARRIOR, basée sur l’histoire tragique de la famille de son grand-oncle, victime d’atrocités commises par l’armée japonaise durant la Deuxième Guerre mondiale. Un regard sans compromis dans une pièce qui pose la question : jusqu’où les êtres humains – et notamment ici les personnages féminins – sont-ils prêts à aller pour survivre dans un contexte aussi terrible? La pièce THE HEALING, originellement une commande du Carlos Bulosan Theatre à Toronto, retravaillée en version plus longue avec l’appui du Centaur Theatre, s’avère à la fois sa première pièce autobiographique et son solo initial. Marie Leofeli Romero Barlizo y explore avec une franchise touchante sa relation ardue avec son père, et leur réconciliation après qu’il ait failli mourir d’une infection à la COVID-19. Cette œuvre d’une honnêteté douloureuse, où l’artiste ne se sera jamais autant exposée, la dramaturge va en outre prendre le risque de la porter elle-même sur scène.

 

En plus de poursuivre sa voie singulière, de bâtir sa propre œuvre théâtrale, Marie Leofeli Romero Barlizo aide à façonner et à mettre au monde celles d’autrui. D’abord à titre de dramaturge, un rôle utile qu’elle a rempli pour de nombreuses compagnies et sur plusieurs productions au fil des années, notamment au Black Theatre Workshop. Depuis 2015, elle participe aussi à l’important programme de mentorat d’artistes mis sur pied par cette compagnie, partageant son expertise et son expérience auprès de nouveaux dramaturges, les aidant à amorcer leur carrière. En 2020, l’autrice est aussi devenue mentor professionnelle dans le programme d’écriture de l’École nationale de théâtre du Canada, son alma mater, où elle enseigne désormais aux apprentis dramaturges.

 

L’engagement profond de Marie Leofeli Romero Barlizo dans le milieu théâtral contribue ainsi à faire émerger, puis à faire entendre, les essentielles voix de la diversité.