Le travail des conceptrices

Mot de Patrice Dubois

L'ART DE VIVRE

Elen Ewing : Scénographie

 

Elen est diplômée de l’École de théâtre de Saint-Hyacinthe et bachelière de l’UQAM en histoire de l’art. Comme scénographe et conceptrice, elle travaille à transposer sur scène une vérité esthétique hétéroclite afin de refléter la nature hétérogène du monde actuel. Elle a signé plus de 150 conceptions pour plusieurs metteur·es en scène et chorégraphes de renom, dont Stéphanie Jasmin et Denis Marleau, Alexia Bürger, Claude Poissant, Christian Lapointe et Olivier Choinière. Son travail a été présenté à travers tout le Québec, le Canada, ainsi qu’en Europe, notamment avec ses multiples collaborations pour la Compagnie Virginie Brunelle. Depuis 2017, Elen encadre les finissants en scénographie de l’École nationale de théâtre du Canada, en plus de parrainer de jeunes concepteur·rices de la scène pour l’APASQ. Au Théâtre PÀP, elle a signé la scénographie de Révolution à Laval et les costumes de La déesse des mouches à feu et de Bienveillance.

 

 

« Afin de mettre en lumière l’unicité de chaque projet, je cherche d’abord et avant tout un chemin à emprunter ; par quelles voies, avec quelles approches, et bien sûr, avec qui? Chaque élément que je choisis d’intégrer à mes propositions porte avec lui l’amalgame singulier de trois aspects. Le premier : la source ; cela touche aussi bien les références historiques, mes observations quotidiennes, que la matière dont je dispose. Le second : l’angle ; se décline en diverses sortes de loupes où les expériences vécues viennent renouveler mes observations sur la matière. Le troisième : l’exécution ; tient à la façon dont les choses vont s’incarner sur scène, soit par une récupération, une reproduction ou un traitement particulier. Alors que chaque item contient son lot de références, c’est dans le raffinement de l’assemblage que je cherche à investir la forme théâtrale. »

 

 

 

 

Dominique Hawry : Vidéo

 

Depuis sa sortie de l’École Nationale de Théâtre du Canada en 2015, Dominique participe à une panoplie de projets dans différentes sphères des arts vivants. Elle assiste d’abord Martin Messier en tant que directrice technique sur plusieurs de ses créations en arts numériques et acquiert ses premières expériences de tournée à l’international. Peu après, elle travaille sur La Bibliothèque la Nuit, une expérience en réalité virtuelle créée par ExMachina, puis se joint à l’équipe de 887 en tant que chef vidéo. Outre ses multiples conceptions vidéo pour plusieurs compagnies de théâtre montréalaises, dont celle de Courir l’Amérique du Théâtre PÀP, elle relève également des défis plus techniques comme l’intégration multimédia pour North Forest Lights, parcours lumineux de Moment Factory.

 

 

« Nous avons établi un lien entre le condo de chaque personnage – leur espace intime – et un espace virtuel. Nous avons ensuite eu l’idée et (l’audace) de sortir les actrices de scène pour la première partie et de les projeter en 2D à l’intérieur du cadre de scène. Nous nous sommes inspirées des pratiques des influenceur·euses actuel·les (« jump cut » fréquents, utilisation de « ring light », confidences à la caméra, etc.). Les plans vidéo ont été étudiés pour que le public sente qu’elles sont leur propre camérawoman. S’en dégage donc une simplicité et une nonchalance même si nous savons bien qu’elles contrôlent leurs images. »

 

 

 

 

Oleksandra Lykova : Costumes

 

Originaire d’Odessa, en Ukraine, Oleksandra Lykova vit à Montréal depuis 2010. Diplômée en scénographie de l’École nationale de théâtre du Canada et bachelière de l’Université Concordia en beaux-arts, elle partage son temps entre la peinture d’étranges portraits de personnages obscurs et la conception visuelle pour le théâtre, l’opéra et le cinéma. L’ART DE VIVRE est sa deuxième collaboration avec la metteuse en scène Solène Paré.

 

 

« Les personnages de L’ART DE VIVRE sont très réels et contemporains, les costumes sont donc inspirés des différentes tendances d’aujourd’hui et exagérés dans une certaine mesure pour refléter l’obsession particulière de chaque personnage. »

 

 

 

 

Alexander MacSween : Conception sonore

 

Compositeur, musicien et artiste sonore, Alexander MacSween a participé à de nombreuses œuvres d’art vivant, notamment avec Marie Brassard, Daniel Brooks, Paul-André Fortier, François Girard, Brigitte Haentjens, Robert Lepage, José Navas, Le Nouveau Théâtre expérimental (NTE) et Porte-Parole. L’ART DE VIVRE marque sa troisième collaboration avec Solène Paré, ayant signé les conceptions sonores de LES LOUVES et de LA BRÈCHE, tous deux produits par ESPACE GO. Alexander est actif dans divers milieux et genres: fondateur du duo de musique improvisée Detention avec le guitariste Sam Shalabi, batteur pour les groupes The Nils et Bionic, collaborateur régulier du poète Fortner Anderson et créateur de performances musicales solo ainsi que d’installations sonores. Il est aussi enseignant, donnant des formations sur le traitement du son en temps réel pour les arts de la scène à divers endroits à travers le monde. Il fut finaliste pour le Prix Siminovitch en 2018.

 

 

 

 

Leticia Hamaoui : Éclairages

 

Diplômée de l’École de théâtre du Collège Lionel-Groulx en Production – Gestion et techniques de scène (2013), Leticia participe à de multiples projets artistiques, principalement en tant que conceptrice d’éclairage. En 2016, elle met en scène et éclaire sa propre création, Douce, sélectionnée par le ZH Festival. Elle signe les éclairages du Festival Jamais Lu depuis 2017, en plus de collaborer avec de nombreux metteur·ses en scène et chorégraphes dont Philippe Boutin, Patrice Dubois, Alexandra Landé, Soleil Launière et Sophie Cadieux. Elle prend également part à des œuvres jeune public, entre autres avec Le Clou, le Théâtre I.N.K., Projet MÛ et L’Arrière Scène.

 

 

« À ma première lecture, au-delà de l’imagerie IKEA présente dans le texte, j’ai été frappée par cette vie parfaite qu’on peut suivre sur Instagram, d’autant plus que je ne suis plus sur les réseaux sociaux. Étrangement, des images de fin du monde me sont aussi apparues, comme un volcan en éruption ou des scènes de destruction après un tsunami. Dans L’ART DE VIVRE, je sens que les éclairages seront un personnage qui se fait prendre au jeu comme les autres. »

 

 

 

 

Ariane Roy : Éclairages

 

Ariane Roy est une finissante de l’École de Théâtre Professionnel du Collège Lionel-Groulx depuis 2016. Ces expériences professionnelles lui ont permis de collaborer avec Monique Gosselin, Jocelyn Sioui, Sylvain Scott ou encore Michel-Maxime Legault comme conceptrice d’éclairage et assistante à la mise en scène. Elle affectionne la conception d’éclairages, qu’elle considère comme une mise en scène poétique de l’espace. Sa passion pour la lumière l’a menée à travailler sur Les ossements du Connemara, Docile, Musique de Salon et Bon!. Accompagnée de deux collaborateurs, elle a récemment fondé sa propre compagnie de création, le Collectif d’Éphémères, qui crée des événements interactifs uniques et collaboratifs entre le public et ses artistes.

 

 

« Pour L’ART DE VIVRE, j’allie deux éléments clés de mon travail : la collaboration et la lumière. Effectivement, ce spectacle est l’occasion de combiner mon imaginaire à l’imaginaire inspirant de Leticia Hamaoui. Nous profiterons donc de nos expériences communes pour explorer les terrains expérimentaux et inusités de la composition lumineuse. »

 

 

 

 

Recherche et rédaction : Sophie Gemme
Coordination : Valérie Hénault
Une création du Théâtre PÀP