L'ART DE VIVRE

Comment le géant suédois du mobilier prêt à monter a transformé nos vies.

 

 

 

« Ce qui est beau, dans un espace, c’est qu’y soit multifonctionnel.

Comme dans le magazine Ikea.

Tout le monde vit en harmonie dans une même pièce, sans se déranger. »

 

-June

 

 

 

Depuis l’arrivée de l’entreprise IKEA, la décoration intérieure est à la portée de tous. Proposant de faibles prix, sauvant sur une partie de la main-d’œuvre puisque le consommateur est aussi le constructeur, l’entreprise a, d’une certaine façon, changé les habitudes de consommation et uniformisé les décors des gens.

 

Le concept d’IKEA repose sur le libre-service en grande surface et sur le meuble en «kit» à assembler soi-même, emballé dans un paquet plat et minimaliste, moins cher à produire et plus facile à transporter jusqu’à son domicile. Dans le magasin, le parcours des clients est tracé et les oblige à découvrir l’ensemble des produits proposés, suscitant ainsi l’achat impulsif et prolongeant la durée de la visite. Comble du concept, une cafétéria servant des plats « d’inspiration suédoise » est implantée dans chaque magasin. Les clients ne sont donc même plus obligés de quitter l’établissement pour se sustenter.

 

Le suivi des tendances est également scrupuleusement étudié à l’interne. En effet, des sociologues engagés par IKEA identifient et analysent les courants et les modes de vie émergents, afin de développer de nouveaux concepts et designs. Le bien-être, le confort, la convivialité et les lignes épurées y sont mis de l’avant.

 

Un esprit sain dans une maison à la mode.

 

Les personnages de L’ART DE VIVRE n’y échappent pas. Ils ont tous réfléchi leur espace afin d’en optimiser l’ergonomie, de faciliter leur quotidien et répondre à leurs besoins ou du moins, ce qu’ils croient être leurs besoins. Chaque changement de meuble, achat d’électroménager, remaniement du lieu, vient panser une blessure ou en créer une nouvelle.

 

June s’est munie d’armoires au mécanisme doux qui ne font pas de bruit en se refermant, afin d’effacer les souvenirs d’une mère fâchée qui claquait les portes. Bianca prépare, chaque soir, une belle tablée festive digne de magazines, où elle ne s’assoit jamais. Jordan le « jeune professionnel », cherche sa place à son travail dont le concept de bureau branché et moderne à aire ouverte finit par l’angoisser considérablement.

 

 

 

« Y ont toute enlevé les murs à job. (…) Je me sens comme si je flottais au milieu de nulle part. Un astronaute dans un espace industriel chic. »

 

-Jordan

 

 

 

Vient donc un moment dans la vie des personnages où leur environnement, aussi tendance soit-il, devient inutile, voire oppressant. Bâtir son chez-soi sur mesure n’est plus suffisant. Il faut le détruire, radicalement, et s’assembler, pièce par pièce, un nouveau mode de vie.

 

 

 

L’EFFET IKEA

 

 

L’effet IKEA, aussi appelé effet de possession, est un biais cognitif identifié et décrit par Michael Norton de la Harvard Business School, Daniel Mochon de l’Université de Yale et Dan Ariely de l’Université de Duke.

 

Le concept est bien simple : plus nous investissons de temps et d’énergie dans quelque chose, plus grande est la valeur que nous lui accordons, au point même de la surestimer considérablement. Ce biais par lequel les gens tombent « amoureux » des produits qu’ils créent, même partiellement, peut conduire à des comportements contre-productifs.

 

Par exemple, choisir tout de même de placer des livres dans notre bibliothèque IKEA visiblement bancale, pour laquelle il nous reste plusieurs vis non utilisées!

 

 

 

IKEA EN QUELQUES DATES ET FAITS IMPORTANTS

 

 

IKEA est un acronyme créé à partir des premières lettres du nom de son fondateur, Ingvar Kamprad, du nom de la ferme de ses parents, Elmtaryd, et du nom de son village en Suède, Agunnaryd.

 

 

1943: Ingvar Kamprad, 17 ans, inscrit le nom IKEA au registre des commerces suédois.

 

1947: Premiers meubles proposés et fabriqués par des artisans locaux.

 

1951: Publication du premier catalogue IKEA, soit une insertion publicitaire de 9 pages dans un journal suédois distribué à
250 000 exemplaires, dont les légendes des photos sont écrites par le fondateur lui-même.

 

1953: Kamprad achète un atelier à Älmhult, en Suède, et le convertit en salle d’exposition de meubles.

 

1955: L’entreprise commence à concevoir ses propres designs de mobilier.

 

1956: La formule qui fera la marque de l’entreprise apparaît : les meubles sont livrés en paquets plats et sont montés par l’acheteur.

 

1958: Ouverture du premier magasin officiel à Älmhult.

 

1976: Rédaction du «Testament d’un négociant en meubles» d’Ingvar Kamprad. Encore aujourd’hui, chaque nouvel employé d’IKEA reçoit un exemplaire de ce document où le fondateur présente les ambitions «socialistes» de son entreprise.

 

1994: Le quotidien suédois Expressen dévoile les liaisons de l’homme d’affaires avec le milieu nazi pendant la Seconde Guerre mondiale, suscitant une grande controverse.

 

1998: Kamprad fait son mea culpa dans sa biographie, reconnaît qu’il a adhéré à un mouvement de jeunesse fasciste durant la guerre et qualifie cette période de «plus grande erreur de sa vie».

 

2016: Un rapport d’élus du Parlement européen conclut qu’IKEA aurait échappé à un milliard d’euros d’impôts de 2009 à 2014, en recourant à des circuits financiers complexes entre plusieurs pays de l’Union européenne. Une enquête est ouverte en décembre 2017.

 

2018: Ingvar Kamprad meurt le 27 janvier à l’âge de 91 ans.

 

2020: IKEA compte 445 magasins répartis dans plus de cinquante pays.

 

Au Canada, on compte 14 magasins, dont le plus grand d’Amérique du Nord, situé dans l’arrondissement de Ville-St-Laurent, à Montréal.

 

Encore aujourd’hui, les meubles IKEA sont dessinés à Älmhult, ville hôte du premier magasin. C’est ce qui permet à la marque de promouvoir un design et une qualité suédoise, alors que les sièges sociaux sont situés aux Pays-Bas et que moins de 7% des produits sont fabriqués en Suède.

 

Le catalogue IKEA est le troisième ouvrage le plus publié au monde après la Bible et le Petit livre rouge de Mao Zedong.

 

550 millions de boulettes de viande IKEA sont servies par an à l’échelle mondiale.

 

 

 

Recherche et rédaction : Sophie Gemme
Coordination : Valérie Hénault
Une création du Théâtre PÀP

 

 

 

Lire la suite du dossier dramaturgique