L’après-GO

22 et 23 septembre
2011

En 2009, à la demande du Festival Voix d’Amériques, le formidable groupe folk, barbu, intimiste et troublant de présence avec pas d’casque est invité à faire équipe avec un poète pour une performance spéciale d’un soir. Ils font alors appel au comédien et auteur JF Nadeau. Ce baptême de cohabitation scénique les illuminera et bien des promesses de petits en naîtront…
 
Depuis, les couteaux s’aiguisent, la mission fermente et chaque fois, notre rumeur est unanime : « il se passe vraiment de quoi, là! ». Ce pizza-ghetti de tounes et de mots transcende la formule et est devenu un petit bijou qui ne ressemble à rien. Alchimie de la minutie, orfèvrerie de l’image, guerre du sens, tour guidé en calèche des souterrains jusqu’à la stratosphère… il n’y a pas à dire, ça nous surprend et nous touche.
 
L’interprétation des chansons d’avec pas d’casque et des spoken word de JF Nadeau se côtoient en vieux amis de ruelle, se sautent dessus en amants de gare de train ou s’opposent en joyeux combattants dans le Jell-O. Au bout du compte, on a rêvé fort, on a été bercé, on a beaucoup hoché de la tête pleine, on est ému par la virile tendresse courageuse, on est magané d’avoir tant souri jusqu’aux orteils mais surtout, on repart convaincu d’avoir ouvert avec eux, à coups de pieds francs, d’échine pliée et de détails qui tuent, un sentier trop peu emprunté.
 
 
Beau party de musique et de parole, donc
Dans les appartements privés
D’une poésie punk de bonne famille
Qui se réclame diseuse, raconteuse, fesseuse,
Folle raide mais aussi très directe, presque documentaire
Sur des crises d’humeurs mixtes
Sur des hommes en vraiment tous genres
Et des femmes qui se définissent autrement
Que par leurs relations aux hommes…
Venez revêtir vos habits de papier
Et vous coller sur ce feu de joie imprévisible.
 

 
Né de la rencontre entre un drum valise et une guitare de chez Sears, Avec pas d’casque explore un folk/country/grunge à saveur lo-fi aux textes imagés. Le groupe joint les rangs de l’équipe Dare To Care et présente au printemps 2006 un premier album officiel intitulé Trois chaudières de sang. Enregistré à la maison par les membres du groupe, cet album offre un folk artisanal et dépouillé. L’album est acclamé par la critique et récolte même deux nominations au Gala de l’ADISQ 2006 dont celle de « Album country de l’année ». La même année, le groupe a également remporté le « Prix Miroir de l’artiste d’ici » au Festival d’été de Québec.
 
Durant les deux dernières années, APDC a assuré la première partie de plusieurs groupes ainsi que participé à plusieurs festivals dont Le FME, les Francofolies de Montréal, Pop Montréal et le Festival International de Musique Incroyable. « Dans la nature jusqu’au cou » enregistré au printemps 2008 marque le passage du groupe sur l’étiquette francophone Grosse Boîte.