Complexités du contexte de la guerre

Retour à la pièce

Le Complexe de Thénardier

En temps de guerre, le but de toute personne est de survivre, peu importe ce qu’il y a à faire pour y parvenir. Dans ce contexte, tout acte est-il donc justifiable, et compréhensible?
 
Ils ont choisi de nier toute trace de votre humanité. Vous savez : comme un enfant qui gomme un beau dessin qu’il croit inachevé, imparfait, incomplet. Alors il gomme, avec rigueur, avec méthode, avec application, pour donner à la feuille sa blancheur première, sa pureté. Mais il reste des ombres un peu partout et le gamin s’enrage. Alors il gomme, il gomme, il gratte la feuille jusqu’à la déchirer. Jusqu’à la déchirure.
 
Vido a échappé à une rafle. Et à cette guerre s’ajoute un génocide.

Un génocide est une extermination systématique d’une population ou d’un groupe ethnique, racial, religieux. Le terme a été créé à la suite de l’extermination des juifs et des tziganes lors de la seconde guerre mondiale. Il s’agit pourtant d’actes qui ont toujours existé, et dont certains sont très récents (La Shoa durant la guerre 40-45, l’ex-Yougoslavie, le Rwanda…).
 
Racisme, nettoyage ethnique, colonialisme, lutte des classes, violence, domination… Qu’est-ce que cela implique dans les relations humaines? Comment de tels actes peuvent-ils être justifiés au sein d’une société? Quelles conséquences les génocides peuvent-ils avoir?
 
Pour Vido et la Mère, cette situation de guerre induit chacun de leurs comportements. Elle les a meurtries et les pousse à se protéger. Elles savent que l’annonce de la fin de la guerre va changer leur vie et leur préoccupation est : que se passera-t-il après? La liberté de la Mère tient à l’enfermement de Vido. Elle ne sera bien face à elle-même que si Vido reste. La fin de la guerre signifie pour elle la fin de sa vie. Elle ne pourra rien recommencer après ce qu’elle a vécu. Par contre, la soif de liberté de Vido prend sa source dans son enfermement. Cette femme l’a sauvée mais la guerre est finie. Et les plus belles promesses sont à venir.
 
La vie doit recommencer; l’une en a peur, l’autre en rêve.
 
 

 
Ce dossier a été réalisé par l’équipe de Manège.Mons en Belgique et par celle du Théâtre ESPACE GO de Montréal.