sources et ressources

MARGUERITE : LE FEU

OUVRAGES

 

 

Deni Ellis Béchard et Natasha Kanapé Fontaine, Kuei, je te salue : conversation sur le racisme, Écosociété, 2021 (nouvelle édition)

Ce livre est une série de lettres entre la poète innue Natasha Kanapé Fontaine et le romancier québéco-américain Deni Ellis Béchard. Leur correspondance démontre l’importance de s’écouter franchement, dans l’ouverture et le respect, pour déplier les blessures historiques qui complexifient les relations entre peuples.

https://ecosociete.org/livres/kuei-je-te-salue

 

Leanne Betasamosake Simpson, Danser sur le dos de notre tortue. La nouvelle émergence des Nishnaabeg (traduit de l’anglais par Anne-Marie Regimbald), Éditions Varia, 2018
Écrit par une Anishinaabe pour les Anishinaabeg, ce texte est une lumineuse démonstration par l’exemple. L’artiste, essayiste et poète Leanne Betasamosake Simpson y affirme que toute réconciliation doit s’ancrer dans la résurgence : ce n’est qu’en soutenant le discours, la création, la culture et l’autodétermination autochtones qu’un processus de décolonisation peut véritablement s’établir et agir. Pour les allochtones, la lecture de ce livre est un exercice d’écoute aussi nécessaire qu’enrichissant.

http://www.groupenotabene.com/publication/danser-sur-le-dos-de-notre-tortue-la-nouvelle-émergence-des-nishnaabeg

 

Afua Cooper, La pendaison d’Angélique : l’histoire de l’esclavage au Canada et l’incendie de Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2007
Dans cet ouvrage passionnant, l’historienne Afua Cooper puise aussi dans ses aptitudes de poétesse pour raconter l’esclavage dans les colonies d’Amérique par le biais du récit de Marie-Joseph Angélique. Ce faisant, elle brosse un portrait complexe du Canada et déconstruit le mythe selon lequel il aurait toujours été terre de liberté. Le titre est épuisé en français aux Éditions de l’Homme, mais demeure disponible dans sa version originale : The Hanging of Angélique, Harper Perennial, 2006.

https://www.leslibraires.ca/livres/pendaison-d-angelique-la-afua-cooper-9782761923521.html

https://www.harpercollins.ca/9781443406581/the-hanging-of-angelique/

 

Glen Sean Coulthard, Peau rouge, masques blancs. Contre la politique coloniale de reconnaissance (traduit de l’anglais par Arianne Des Rochers et Alex Gauthier), Lux Éditeur, 2021
Dans cet ouvrage dont le titre fait référence à Peau noire, masques blancs de Frantz Fanon, le politologue membre de la Nation dénée de Yellowknife s’ancre à la fois dans la pensée révolutionnaire de Fanon et dans la résistance autochtone pour analyser le colonialisme contemporain. On y trouve notamment une importante critique du concept de réconciliation qui, au Canada comme dans d’autres nations impérialistes, est placé au centre des relations étatiques aux communautés autochtones du territoire. L’auteur reconnaît l’idée de reconnaissance comme outil de renouvellement de la domination coloniale, et présente l’autodétermination des peuples autochtones comme seul fondement viable d’un processus de décolonisation.

https://luxediteur.com/catalogue/peau-rouge-masques-blancs-2/

 

Maya Cousineau Mollen, Enfants du lichen, Hannenorak, 5 avril 2022

Dans ce recueil, la voix de la poète s’ancre dans la mémoire du territoire pour aborder la disparition d’enfants et de femmes autochtones, et ensuite déplier la colère engendrée par ces violences historiques et actuelles.

https://editions.hannenorak.com/catalogue/enfants-du-lichen/

 

Françoise Ega, Lettres à une Noire, Lux Éditeur, 2021
Dans ce texte, d’abord publié en 1976, l’ouvrière, écrivaine et activiste martiniquaise Françoise Ega raconte le racisme et l’exploitation qu’elle a subis en tant que travailleuse domestique dans la France des années 60. En plus de témoigner de la réalité d’une sorte d’esclavagisme moderne, elle aide à remettre en question les récits coloniaux dont les expériences des victimes sont évacuées.

https://luxediteur.com/catalogue/lettres-a-une-noire/

 

Naomi Fontaine, Shuni, Mémoire d’encrier, 2019
La forme de ce texte, une lettre à une amie québécoise venue s’installer dans sa communauté en tant que missionnaire pour « aider les Innus », est un prétexte pour convoquer l’histoire, tant personnelle que collective, et raconter la lutte vertigineuse pour survivre en territoire colonisé sans pour autant perdre son identité et sa douceur.

https://www.leslibraires.ca/livres/shuni-naomi-fontaine-9782897126544.html
http://memoiredencrier.com/shuni/

 

Marie-Andrée Gill, Frayer, La peuplade, 2015

Les recueils de la poète innue Marie-André Gill tiraillent, taillent et tissent la mémoire pour mieux la retracer. Dans celui-ci, c’est en contemplant le lac Piekuakami que la poète replonge dans la peau de son adolescence vécue en réserve et en navigue les cicatrices.

https://lapeuplade.com/archives/livres/frayer

 

Saidiya Hartman, Lose Your Mother: A Journey Along the Atlantic Slave Route, Macmillan, 2007 (édition française à paraître en 2022 aux Presses du réel)
Dans cet ouvrage hybride mêlant récit intime et recherche sociohistorique, l’historienne et autrice afro-américaine raconte la traite atlantique, c’est-à-dire la déportation forcée d’Africain·es aux Amériques par les colons européens esclavagistes, par le biais de son propre voyage au Ghana, le long d’une route parcourue par des Ghanéen·nes en captivité. Hartman y offre un exemple de son concept de « fabulation critique », puisqu’elle s’ancre dans le sensible pour examiner non seulement les lacunes de sa propre généalogie, mais aussi le traumatisme social qui en est la cause. Il s’en dégage un portrait intime des profondes traces de l’esclavagisme qui marquent toujours les peuples africains et afrodescendants.

https://us.macmillan.com/books/9780374531157

https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=8367&menu=0

 

An Antane Kapesh, Eukuan nin matshi-manitu Innushkueu / Je suis une maudite Sauvagesse (traduit de l’innu-aimun par José Mailhot), Mémoire d’encrier, 2019
An Antane Kapesh est née en 1926 dans le Nitassinan et est décédée en 2004 à Sept-Îles. Elle et sa famille ont été aliénées de leurs terres ancestrales par l’État en 1953. Initialement paru en 1976, ce livre dénonce la violence de la colonisation avec un souffle manifeste qui relève autant du récit que de l’essai. « Dans mon livre, il n’y a pas de parole de Blancs », écrit d’emblée celle qui est aujourd’hui considérée comme la première autrice innue.

http://memoiredencrier.com/je-suis-une-maudite-sauvagesse-eukuan-nin-matshi-manitu-innushkueu/

 

Thomas King, L’Indien malcommode : Un portrait inattendu des Autochtones d’Amérique du Nord (traduit de l’anglais par Daniel Poliquin), Boréal, 2014 (2012)

D’un ton acerbe empreint de rire jaune et avec un regard aussi personnel que critique, Thomas King raconte l’histoire des peuples autochtones en Amérique du Nord en même temps qu’il la subvertit. Le résultat est un récit fascinant et déstabilisant qui s’est valu plusieurs distinctions depuis sa parution originale en 2012, ainsi que le prix du Gouverneur Général pour sa traduction en français.

https://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/livres/indien-malcommode-2366.html

 

Darryl Leroux, Distorted Descent: White Claims to Indigenous Identity, University of Manitoba Press, 2019 (édition en français à paraître en mai 2022 aux éditions Prise de parole)
Depuis près de vingt ans, le chercheur Darryl Leroux analyse les manifestations contemporaines du colonialisme et du racisme, et œuvre à documenter les occurrences de prétention à une identité autochtone par des personnes blanches au Canada. Dans cet essai, le chercheur se penche plus spécifiquement sur le phénomène de prétention à un héritage autochtone au Québec, en examinant les revendications d’identité autochtone par des descendant·es de colons français. À consulter aussi : son site Raceshifting qui documente le phénomène.

https://uofmpress.ca/books/detail/distorted-descent

https://www.raceshifting.com/

 

Robyn Maynard, NoirEs sous surveillance. Esclavage, répression, violence d’État au Canada (traduit de l’anglais par Catherine Ego), Mémoire d’encrier, 2018
Rigoureusement documenté, cet ouvrage s’ancre dans la répression des corps noirs au Canada pour révéler les mécanismes d’oppression sur lesquels l’État s’est fondé et consolidé. Maynard dresse ainsi un portrait alarmant du racisme systémique qui affecte les personnes autochtones, racisées, réfugiées et immigrantes, et qui est indissociable de l’histoire du Canada, bien qu’il soit généralement écarté du récit national qui y est enseigné.

http://memoiredencrier.com/noires-sous-surveillance-esclavage-repression-et-violence-detat-au-canada/

 

Josée Mensales et Diane Veillette, Mon ami… mon agresseur, Hannenorak, 2019

Ce surprenant ouvrage bilingue, publié aux Éditions Hannenorak en collaboration avec la ville de Montréal et la SPVM, est un projet mené par les policières Josée Mensales et Diane Veillette. Elles y analysent la problématique de l’exploitation et des violences sexuelles en milieu urbain, à laquelle les personnes issues de communautés inuites et des Premières Nations sont particulièrement vulnérables. L’ouvrage contient également des témoignages de survivant·es et des textes de Donat Savoie, Maggy Putulik, Annie Pisuktie, Adrienne Campbell, Carlo DeAngelis, Wayne Robinson, Carole Bussière, Tina Pisuktie, Ellen Filippelli, John Bosum, Jean-François Girard, Donald Nicholls et du Regroupement des centres d’amitié autochtones du Québec.

https://editions.hannenorak.com/catalogue/mon-ami-mon-agresseur/

 

Émilie Monnet, Okinum, Les Herbes rouges, 2020

Finaliste au prix du Gouverneur général et au Grand prix du livre de Montréal, mais aussi récipiendaire du prix Voix autochtones en 2021, le projet solo immersif trilingue d’Émilie Monnet est aussi envoûtant dans sa forme écrite que scénique. Situé très près du corps comme du rêve, il décrit une démarche de guérison qui fait écho à celle poursuivie par l’autrice dans Marguerite : le feu.

https://www.lesherbesrouges.com/toutes-les-collections/scene_s/okinum/

 

Anne Panasuk, Auassat : À la recherche des enfants disparus, Édito, 2021
Après avoir été contactée par les proches d’enfants innu·es disparu·es au début des années 1970 après avoir été envoyé·es à l’hôpital sans leurs parents, la journaliste Anne Panasuk se lance dans une enquête pour tenter d’élucider le mystère. Elle apprend que le même phénomène s’est aussi produit dans plusieurs communautés innues et atikamekw, et que des missionnaires oblats seraient impliqués. À consulter aussi à ce sujet : la deuxième saison du balado Histoires d’Enquête de Radio-Canada OHdio, un reportage audio de la même journaliste.

https://editionsedito.com/catalogue/product/auassat-a-la-recherche-des-enfants-disparus/

https://ici.radio-canada.ca/ohdio/balados/5548/histoires-enquete-reportage-proces-affaire-judiciaire/417928/panasuk-pakuashipi-cote-nord-disparition

 

Alexandra Pierre, Empreintes de résistance : Filiations et récits de femmes autochtones, noires et racisées, Les éditions du Remue-ménage, 2021
Dans cet essai, Alexandra Pierre mêle le récit, l’entretien et la recherche documentaire pour illustrer habilement l’histoire de la résistance des femmes autochtones, noires et racisées sur le territoire québécois. Il s’y dessine un fil de résonances et de solidarités, dont témoignent Marilou Craft et Émilie Monnet dans leur préface écrite à quatre mains. Leur lecture de ce brillant ouvrage, en cours du processus de création de MARGUERITE : LE FEU, a fait écho à leurs réflexions et a accompagné leur démarche.

https://www.editions-rm.ca/livres/empreintes-de-resistance/

 

Brett Rushforth, Bonds of Alliance: Indigenous and Atlantic Slaveries in New France, The University of North Carolina Press, 2012

Fruit d’un rigoureux travail de recherche sur les relations entre colons français et peuples autochtones, cet ouvrage déconstruit l’idée populaire, mais erronée, selon laquelle il s’agissait d’une alliance strictement égalitaire. En s’ancrant dans des archives documentaires et archéologiques, l’historien américain blanc retraverse chronologiquement l’histoire de la colonisation française aux Amériques, révélant de complexes alliances stratégiques, mais aussi les outils rhétoriques ayant permis aux colons français de justifier et de maintenir l’oppression des populations autochtones.

https://uncpress.org/book/9781469613864/bonds-of-alliance/

 

Tanya Tagaq, Croc fendu (traduit de l’anglais par Sophie Voillot), Alto, 2019
Ancré dans le Nunavut des années 1970 où son autrice a grandi, ce récit témoigne des difficiles rites de passage que sont l’enfance et l’adolescence en terre durcie par le froid et la violence coloniale. Aussi poétique qu’onirique, la prose de Tagaq se déploie comme une force de la nature, coulant de vent à torrent comme un chant issu des profondeurs de la terre. Aussi artiste en musique, Tagaq porte elle-même la version audio de ce récit, où sa musicalité se déploie pleinement, se transformant par moments en puissants chants de gorge. Son album Tongues (2022) poursuit cette exploration vocale en transformant des passages de Croc fendu en musique.

https://editionsalto.com/catalogue/croc-fendu/

https://www.tanyatagaq.com/

 

Samir Shaheen-Hussain, Plus aucun enfant autochtone arraché : Pour en finir avec le colonialisme médical canadien (traduit de l’anglais par Nicolas Calvé), Lux Éditeur (2021)
Dans cet essai, le pédiatre Samir Shaheen-Hussain puise dans ses propres expériences auprès de jeunes patient·es autochtones ainsi que dans l’historique canadien de racisme médical pour nommer l’urgence de décoloniser les soins de santé. Il y rappelle entre autres que l’État québécois a déjà interdit aux parents d’accompagner leur enfant en cas d’évacuation médicale, une pratique à l’impact dévastateur qui affectait démesurément les Autochtones.

https://luxediteur.com/catalogue/plus-aucun-enfant-autochtone-arrache/

 

Marcel Trudel, Deux siècles d’esclavage au Québec (nouvelle édition préparée par Micheline D’Allaire), Bibliothèque québécoise, 2009
C’est dans le cadre de sa thèse en littérature, qui portait sur l’influence de Voltaire au Canada, que Marcel Trudel a d’abord eu l’occasion de consulter les sources faisant alors autorité… et d’en constater les insuffisances du point de vue de la rigueur scientifique. La rigueur de ses recherches lui a valu d’être nommé premier professeur d’histoire de l’Université Laval. En tant qu’historien, il était surtout motivé par la déconstruction des récits officiels sur l’histoire québécoise et canadienne, qui sont souvent déformés en une version idéalisée, notamment par des projets nationalistes. Cet ouvrage-ci, d’abord paru en 1960 sous le titre L’Esclavage au Canada Français. Histoire et conditions de l’esclavage, résulte d’une importante recherche archivistique sur la présence d’esclaves en Nouvelle-France. Celle-ci l’a notamment mené à recenser les propriétaires d’esclaves en Nouvelle-France, parmi lesquels se trouvent d’importantes figures religieuses et politiques et dont la liste plus exhaustive a été publiée en 1990 dans le Dictionnaire des esclaves et de leurs propriétaires au Canada français. Dès 1960, la parution de cette étude a engendré une vive contestation : selon les critiques de Trudel, le scepticisme dans lequel s’ancrait sa méthodologie trahissait un désir de provocation, voire un sombre projet politique. Au contraire, Trudel a toujours affirmé être motivé par la volonté de dégager la réalité historique des biais — conscients ou non — de ceux qui l’écrivent et la racontent. Son travail de recherche et de vulgarisation a contribué à rendre incontestable la réalité historique de la mise en esclavage de personnes noires et autochtones sur le territoire aujourd’hui nommé Québec.

http://www.livres-bq.com/catalogue/227-deux-siecles-d-esclavage-au-quebec.html

 

Webster et ValMo, Le grain de sable, Septentrion, 2019
Écrit par Webster et illustré par ValMo, cet album jeunesse (8 ans et +) retrace le parcours d’Olivier Le Jeune, un Malgache noir arrivé à 10 ans dans la ville de Québec en tant qu’esclave, en 1629. Inspiré par les traces d’archives de cette première personne d’origine africaine ayant habité de manière permanente au Canada, cet album est un formidable outil pour imaginer le vécu d’une personne forcée à l’esclavage en territoire étranger.

https://www.septentrion.qc.ca/catalogue/grain-de-sable-le

 

11 brefs essais contre le racisme. Pour une lutte systémique, sous la direction d’Amel Zaazaa et Christian Nadeau, Éditions Somme toute, 2019
Cet ouvrage collectif cherche à éclairer les angles morts présents dans les débats publics sur le racisme systémique, dans une démarche de démystification des idées reçues et préconçues. Ses onze essais et sa préface sont signés par 14 plumes aux identités, parcours et expertises aussi variés que complémentaires, ce qui permet de brosser un portrait large d’un problème complexe. S’y trouve notamment un texte de l’éducatrice d’origine anishnabe Widia Larivière, co-initiatrice de la mobilisation québécoise du mouvement Idle No More et cofondatrice de l’organisme Mikana, qui décrit les défis rencontrés dans le cadre de son travail d’éducation aux réalités autochtones.

https://editionssommetoute.com/Livre/11-brefs-essais-contre-le-racisme

 

Librairie Hannenorak

Fondée en 2009 par Daniel Sioui et située à Wendake, la librairie indépendante Hannenorak est la seule librairie en communauté autochtone au Québec. Librairie générale depuis 2019, elle a toujours pour mission de promouvoir la culture et la littérature des Premières Nations. On y trouve notamment les publications des Éditions Hannenorak.

https://hannenorak.com/

https://hannenorak.leslibraires.ca/

 

Éditions Hannenorak

Depuis 2010, cette maison d’édition dirigée par Daniel Sioui et Cassandre Sioui a pour mission de faire rayonner la culture et les écrits des Premières Nations. Elle se consacre à la publication de livres de personnes autochtones ou allochtones qui abordent des sujets liés aux Premières Nations. Leurs publications sont notamment disponibles à la Librairie Hannenorak.

https://editions.hannenorak.com/

 

Kwahiatonhk!

Kwahiatonhk! est un jeune organisme de Wendake dont la mission est la promotion de la littérature autochtone, notamment par la production d’événements littéraires. Depuis 2011, il organise annuellement le Salon du livre des Premières Nations. Le site web de Kwahiatonhk! contient notamment un répertoire des auteurs et autrices autochtones du territoire québécois.

https://kwahiatonhk.com/

 

 

 

 

En rafale, trois textes marquants de penseurs noirs de Martinique :

 

Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs (1952)
Dans cet essai phare de la pensée anticoloniale antillaise, le psychiatre et intellectuel Frantz Fanon (1925-1961) analyse l’héritage du colonialisme et de l’esclavagisme ainsi que leur influence sur les rapports contemporains entre personnes noires et blanches.

 

Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme (1955)
L’essai de Fanon s’ouvre sur une citation de ce texte de Césaire (1913-2008). Ce grand écrivain et politicien y écrit qu’il « parle de millions d’hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement, l’agenouillement, le désespoir, le larbinisme ». À lire pour comprendre les assises anticapitalistes de la pensée décoloniale.

 

Édouard Glissant, Le Discours antillais (1981)
Aussi poète et romancier, le philosophe Édouard Glissant (1928-2011) examine la réalité antillaise et son héritage colonial de façon autant historique et sociopolitique que littéraire. À lire aussi : ses ouvrages de création comme le roman La lézarde (1958).

 

 

 

 

EN LIGNE

 

Native Land Digital
Créée en 2015 par un développeur allochtone de la région de l’Okanagan et maintenant gérée par un OBNL autochtone, cette carte interactive est un outil qui permet de se familiariser avec le territoire. Sur le site Web ou dans l’application mobile, on peut entrer une adresse ou sélectionner un point dans l’espace pour faire apparaître une liste de liens à consulter pour en savoir plus sur les nations et les langues autochtones qui y sont liés, de même que sur les traités qui y sont en vigueur. Fruit d’un vaste projet de recherche en évolution, cette carte se fie à plusieurs sources pour tracer le territoire, dont des contributions communautaires rassemblant différentes expertises.

https://native-land.ca/

 

Je suis une femme d’octobre, Théâtre ESPACE GO
En 2020, à l’occasion du 50e anniversaire de la crise d’Octobre de 1970, la directrice du Théâtre ESPACE GO, Ginette Noiseux, la chercheuse en résidence Emmanuelle Sirois et la chargée de projet Emeline Goutte, ont invité les artistes Jenny Cartwright, Marilou Craft et Émilie Monnet ainsi que les chercheuses et accompagnatrices Viviane Michel, Alexandra Pierre, Annie O’Bomsawin-Bégin et Camille Robert à revoir ces dernières décennies de mobilisation de femmes en images et en mots, en chroniques historiques et en hymnes aux combats menés. Il en résulte notamment trois fictions audio signées Jenny Cartwright, Marilou Craft et Émilie Monnet, ainsi que trois récits historiques par Alexandra Pierre, Camille Robert et Annie O’Bomsawin-Bégin. Ces textes éclairent les interlignes et les angles morts des récits officiels afin de révéler le point de vue de populations marginalisées qui en ont été occultées.

https://espacego.com/les-spectacles/2020-2021/je-suis-une-femme-d-octobre/fictions-en-baladodiffusion-et-recits-historiques/

 

Black Canadian Studies
Le site Web de la chercheuse Charmaine Nelson est une importante ressource sur l’étude de la présence noire au Canada. Elle y rassemble également ses ouvrages, articles et travaux. Ses recherches, ancrées dans son parcours en histoire de l’art, se penchent notamment sur les enjeux de représentation d’identités racialisées, sur la culture visuelle de l’esclavage, ainsi que sur la figure de la femme noire dans les arts visuels occidentaux. Son site répertorie, entre autres, plusieurs exemples d’avis de recherche de personnes fugitives publiés par des propriétaires d’esclaves dans des journaux canadiens de l’époque de l’esclavage.

https://www.blackcanadianstudies.com/

 

« The 1619 Project », The New York Times Magazine, 2019
Initié par la journaliste d’enquête Nikole Hannah-Jones à l’occasion du 400e anniversaire de l’arrivée des premières personnes afrodescendantes en Virginie, ce vaste projet retrace l’histoire de l’esclavage aux États-Unis afin d’en réévaluer le poids et de mettre en lumière ses conséquences dévastatrices. D’abord présenté comme un numéro spécial de la revue, ce projet est devenu un fascinant reportage Web de forme longue, qui inclut également un essai photographique ainsi que des textes de poésie et de fiction. À consulter aussi : 1619, le volet balado de ce reportage. Hannah-Jones a remporté le prestigieux prix Pulitzer pour son travail sur l’ensemble de ce projet. [EN ANGLAIS SEULEMENT]

https://www.nytimes.com/interactive/2019/08/14/magazine/1619-america-slavery.html

https://www.nytimes.com/2019/08/23/podcasts/1619-slavery-anniversary.html

 

 

 

 

DOCUMENTS ET OUTILS

 

Trousse d’outils pour les alliées aux luttes autochtones
Issu d’une initiative du Réseau pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone à Montréal, ce document aide les personnes allochtones à comprendre la place qu’elles occupent dans l’expérience collective et le rôle qu’elles peuvent jouer dans le travail anti-oppressif.

https://reseaumtlnetwork.com/wp-content/uploads/2019/02/Trousse.pdf

 

« Tu n’as pas l’air Autochtone ! » et autres préjugés
Ce document, une initiative de l’organisme Mikana en collaboration avec Amnistie internationale, déconstruit dix préjugés courants à l’égard des Autochtones, en plus de fournir des ressources pour poursuivre l’apprentissage.

https://www.mikana.ca/wp-content/uploads/2020/10/livretfinal_couvert-interieurcouvert_vweb.pdf

 

L’esclavage au Canada, UNESCO
Rédigé par Webster et illustré par Dimani Mathieu Cassendo, ce livret présente l’histoire de l’esclavage au Canada dans un langage simple et efficace avec des images aussi évocatrices que mesurées. En seulement 21 pages, ce document offre aux adultes comme aux plus jeunes une introduction, un rappel ou un réapprentissage de cette dimension complexe de l’histoire canadienne. Ce document a été publié par la Commission canadienne pour l’UNESCO en 2020, dans le cadre de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine.

https://fr.ccunesco.ca/-/media/Files/Unesco/Resources/2020/06/EsclavageAuCanada.pdf

 

Appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada
Le rapport de la Commission de vérité et réconciliation du Canada de 2015 comporte une liste de 94 appels à l’action destinés à la fois aux gouvernements, aux établissements religieux et d’enseignement, aux groupes de la société civile et à tou·tes les Canadien·nes.

https://ehprnh2mwo3.exactdn.com/wp-content/uploads/2021/04/4-Appels_a_l-Action_French.pdf

 

Appels à la justice de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées
Le rapport de cette enquête, publié en 2019, contient 231 appels à la justice distincts s’adressant aux gouvernements, aux institutions, aux fournisseurs de services sociaux, à l’industrie, et aussi à l’ensemble des Canadien·nes.

https://www.mmiwg-ffada.ca/wp-content/uploads/2019/06/Calls-Web-Version-FR.docx

 

Appels à l’action de la Commission d’enquête sur les relations des Autochtones avec certains services publics au Québec (Commission Viens)
Les 142 appels à l’action de ce rapport de 2019 aident, eux aussi, à comprendre les problèmes systémiques qui perdurent au Québec.

https://www.cerp.gouv.qc.ca/fileadmin/Fichiers_clients/Rapport/Rapport_Synthese.pdf

 

« Les Autochtones : historique des lois discriminatoires à leur égard », rapport de la Division du droit et du gouvernement, Canada, 1991 (1987)
Cette étude, réalisée en 1991 par Elaine Gardner O’Toole d’après un document rédigé par Wendy Moss en 1987, retrace l’historique des lois fédérales et provinciales applicables aux populations autochtones du territoire canadien et en résume les impacts. Sa conclusion est que les « politiques isolationnistes et assimilatrices » fédérales, appuyées occasionnellement par les gouvernements provinciaux, « ont considérablement empiété sur les droits fondamentaux » des Autochtones, entraînant l’adoption de lois discriminatoires qui ont amoindri l’autodétermination des peuples autant que des individus autochtones.

https://publications.gc.ca/Collection-R/LoPBdP/BP/bp175-f.htm# (33) txt

 

« La stérilisation forcée et contrainte de personnes au Canada », rapport du Comité sénatorial des droits de la personne, juin 2021
Résultat d’une étude menée sur la pratique historique de stérilisation forcée et contrainte, ce rapport constate que la pratique se poursuit à l’époque actuelle, affectant des femmes autochtones issues de nombreux groupes marginalisés et vulnérables à travers le territoire. Le Comité a profité de la publication de ce rapport pour exhorter le Parlement à mener une enquête plus approfondie, et aussi à établir et mettre en place un plan pour mettre fin à la pratique.

http://cdeacf.ca/actualite/2021/06/15/comite-senatorial-droits-personne-exhorte-parlement-mener

 

 

 

 

TOURS GUIDÉS

 

Qc History X
Les visites guidées Qc History X sont une initiative de l’artiste hip-hop passionné d’histoire Aly Ndiaye (alias Webster), un natif de Limoilou. Unique dans la ville de Québec, ce tour permet de revisiter l’histoire du Québec et du Canada à travers l’esclavage et le point de vue des personnes d’ascendance africaine, dont la présence sur ce territoire remonte au 17e siècle, c’est-à-dire aux débuts de la Nouvelle-France.

https://www.qchistoryxtours.ca/

 

Expériences du Montréal Noir
À Montréal, Rito Joseph est guide de promenades historiques à travers différents quartiers comme le Vieux-Montréal et la Petite-Bourgogne. Ses promenades sont centrées sur l’histoire des Noir·es à Montréal et son impact sur la société d’aujourd’hui. Ce Montréalais autodidacte passionné d’histoire et de culture propose aussi des conférences et des ateliers via son site Web.

https://blackmontrealexperiences.com/fr

https://www.ritojoseph.com/

 

 

 

 

DOCUMENTS AUDIO

 

« Chemins de croix », Histoires d’Enquête (Saison 2), Radio-Canada OHdio (2018)
Ce balado en huit épisodes est une enquête menée par la journaliste Anne Panasuk sur la disparition de neuf enfants, au début des années 70, dans une petite communauté innue de la Basse-Côte-Nord. De cette enquête est également issu le livre Auassat : À la recherche des enfants disparus, paru en 2021 aux éditions Édito.

https://ici.radio-canada.ca/ohdio/balados/5548/histoires-enquete-reportage-proces-affaire-judiciaire/417928/panasuk-pakuashipi-cote-nord-disparition

 

Nikamowin
Signifiant « musique » en langue atikamekw, Nikamowin est une plateforme de découverte et d’écoute des musiques d’artistes autochtones. Il s’agit d’une initiative de l’organisme Musique Nomade fondé par Manon Barbeau.

https://nikamowin.com/fr

 

Thunder Bay, Canadaland
Dans cette série balado documentaire (et sa suite Return to Thunder Bay) produite par Canadaland, l’humoriste, auteur et militant anishinaabe Ryan McMahon se penche sur le racisme dont sont victimes les jeunes autochtones de Thunder Bay, la ville comptant le plus haut taux d’homicides au Canada. [EN ANGLAIS SEULEMENT]

https://www.canadaland.com/shows/thunder-bay/

 

The Secret Life of Canada, CBC
Animé par Leah-Simone Bowen et Falen Johnson, ce balado de CBC met en lumière les histoires, les lieux et les peuples qui ne font pas généralement partie des cursus scolaires canadiens, comme le pavillon des « Indiens du Canada » de l’Expo 67, les origines de la Gendarmerie royale du Canada, ou encore l’histoire de Kanesatake, 300 ans avant la Crise d’Oka. [EN ANGLAIS SEULEMENT]

https://www.cbc.ca/radio/secretlifeofcanada

 

Unreserved, CBC
Animé par Rosanna Deerchild, ce balado est dédié aux cultures autochtones à travers le territoire. [EN ANGLAIS SEULEMENT]

https://www.cbc.ca/listen/live-radio/1-105-unreserved

 

1619, New York Times Podcasts
Ce balado en cinq épisodes animé par la journaliste Nikole Hannah-Jones complémente le reportage Web « The 1619 Project » sur l’histoire et l’héritage de l’esclavage aux États-Unis. [EN ANGLAIS SEULEMENT]
https://www.nytimes.com/2019/08/23/podcasts/1619-slavery-anniversary.html

 

 

 

 

VIDÉOS

 

APTN Lumi

Le service de streaming en ligne de la chaîne APTN donne accès à des films, séries et documentaires autochtones en anglais, en français et en langues autochtones.

https://www.watchaptnlumi.ca/

 

Cinéma autochtone, Office national du film (ONF)
Page regroupant tous les films de l’ONF accessibles gratuitement en ligne réalisés par des cinéastes autochtones.

https://www.onf.ca/cinema-autochtone/

 

Mieux connaître les peuples autochtones, Office national du film (ONF)
Une sélection de courts et longs métrages de l’ONF destinée aux 12 ans et plus. Avec des films d’Elisapie Isaac, Alanis Obomsawin, Thérèse Ottawa, Kevin Papatie, Richard Desjardins et Robert Monderie. Visionnement en ligne gratuit. 

https://www.onf.ca/selection/peuples-autochtones/

 

Où sont tes plumes ?, Wapikoni
Dans ce court métrage réalisé par Widia Larivière et Mélanie Lumsdem (aussi cofondatrices de l’organisme Mikana), deux duos de sœurs (Nahka Bertrand et Swaneige Bertrand, Bérénice Mollen Dupuis et Melissa Mollen Dupuis) partagent avec humour leurs points de vue sur les préjugés envers les Autochtones.

https://vimeo.com/135614613

 

Briser le code, le documentaire
Animé par Fabrice Vil, ce documentaire de Télé-Québec se penche sur une réalité souvent ignorée de la majorité blanche : le « code de conduite » informel que les personnes racisées et autochtones ressentent la pression de suivre afin de vivre dans une société où elles sont minoritaires.

https://briserlecode.telequebec.tv/

 

Briser le code, le lexique
Ces courtes capsules vidéo informatives qui accompagnent le documentaire Briser le code vulgarisent des concepts clés liés à l’expérience des personnes autochtones et racisées. On y démystifie entre autres l’appropriation culturelle, les biais inconscients et le privilège blanc, en plus de résumer en cinq minutes top chrono les notions de base à maîtriser pour parler des peuples autochtones.

https://briserlecode.telequebec.tv/LeLexique

 

Décoloniser l’histoire
Divisée en dix épisodes, cette série documentaire de Télé-Québec présente dix chapitres méconnus de l’histoire du Canada et du Québec, racontés par des personnes autochtones et racisées. 

https://video.telequebec.tv/details/38704

 

Enquête, épisodes sur la Sûreté du Québec de Val-d’Or
En octobre 2015, un reportage a été diffusé à l’émission Enquête, sur les ondes de Radio-Canada. Plusieurs femmes autochtones ont témoigné publiquement d’abus subis par des policiers de la Sûreté du Québec de Val-d’Or. La violence décrite faisait écho à celle recensée par la Commission vérité et réconciliation et décriée depuis plus longtemps encore par les militant·es réclamant une enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones assassinées et disparues sur l’ensemble du territoire canadien. Sa diffusion a provoqué une vive réaction, menant Enquête à diffuser un second reportage, quelques mois plus tard, où des femmes autochtones ont révélé des expériences similaires auprès de services policiers d’autres villes du Québec. Dans la foulée de ces deux diffusions, le gouvernement fédéral a annoncé, en août 2016, la tenue de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Du côté du Québec, la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics a été mise sur pied en décembre 2016.

 

Émission du 22 octobre 2015 : https://ici.radio-canada.ca/tele/enquete/2015-2016/episodes/360817/femmes-autochtones-surete-du-quebec-sq

Émission du 31 mars 2016 :
https://ici.radio-canada.ca/tele/enquete/2015-2016/episodes/362532/enquete-femmes-autochtones-police-surete-du-quebec-sam-hamad-marc-yvan-cote-premier-tech

 

Kimberlé Crenshaw, The Urgency of Intersectionality, TEDWomen 2016
Dans cette conférence, la juriste afro-américaine explique pourquoi il est nécessaire d’examiner les phénomènes d’exclusion avec une approche intersectionnelle, c’est-à-dire sensible au cumul de biais inconscients qui structurent les relations sociales et affectent l’expérience des populations marginalisées.

https://www.ted.com/talks/kimberle_crenshaw_the_urgency_of_intersectionality

 

Mohawk Girls (2014-2017)

Cette comédie dramatique de la cinéaste Tracy Deer fait suite à son documentaire de 2005 du même nom. La série suit trois meilleures amies, âgées dans la vingtaine, dans leur vie quotidienne à Kahnawake, ainsi que leur rencontre avec une nouvelle résidente d’ascendance mixte. Tracy Deer résume sa série ainsi : un Sex and the City autochtone! Les cinq saisons sont disponibles en streaming sur CBC Gems et APTN Lumi.

http://mohawkgirls.com/

https://gem.cbc.ca/media/mohawk-girls/s01

https://www.aptntv.ca/mohawkgirls/videos/season-1/

 

Reservation Dogs (2021–)

Cette série américaine de Sterlin Harjo et Taika Waititi est produite et diffusée par FX depuis 2021. Il s’agit d’une comédie dramatique qui dépeint le quotidien de quatre jeunes autochtones dans une communauté rurale d’Oklahoma. Cette série se démarque par son équipe de production, scénarisation, réalisation et interprétation, qui est presque entièrement autochtone. Elle est disponible en streaming au Canada sur Disney+.

https://www.fxnetworks.com/shows/reservation-dogs

https://www.disneyplus.com/fr-ca/series/reservation-dogs/17MVZHUGJFZw

 

Bootlegger (2021)

Le premier long-métrage de l’artiste Caroline Monnet, déjà récompensé par plusieurs prix, dépeint les difficultés rencontrées par Mani, une étudiante à la maîtrise, à son retour dans la communauté de Kitigan Zibi où elle a grandi.

https://microclimatfilms.com/films/bootlegger/

 

 

 

ORGANISMES À SOUTENIR

 

Femmes Autochtones du Québec
Fondé en 1974, l’organisme Femmes Autochtones du Québec (FAQ) représente les femmes des Premières Nations du Québec ainsi que les femmes autochtones qui vivent en milieu urbain. FAQ a, entre autres, initié la campagne « On guérit ensemble », qui s’inscrit dans la lutte aux violences sexuelles et qui comprend une carte de ressources et une boîte à outils en constante évolution.

https://faq-qnw.org/

 

Le Foyer pour femmes autochtones de Montréal
Depuis son ouverture en 1987, le Foyer pour femmes autochtones de Montréal offre hébergement et soutien aux femmes des Premières Nations, aux Inuit, aux Métisses et à leurs enfants. Il s’agit du seul foyer pour femmes à Montréal dont les services sont exclusivement destinés aux femmes autochtones et à leurs enfants. Parmi ses initiatives, notons le centre de jour Résilience Montréal ou encore le Projet Iskweu, qui répond au besoin d’assistance immédiate des proches des femmes et filles (cis, trans et bispirituelles) disparues.

http://www.nwsm.info/

 

Centre d’amitié autochtone de Montréal
Ce centre culturel est aussi un centre de services, de ressources, et de référence pour les peuples autochtones dans la communauté urbaine de Montréal.

https://nfcm.org/fran/accueil/

 

Mikana
Fondé par Widia Larivière et Mélanie Lumsden en 2015, Mikana est un organisme de sensibilisation aux réalités et perspectives des peuples autochtones. Le nom Mikana, qui signifie « chemin » en anishinaabemowin, est inspiré par l’identité et le parcours militant des cofondatrices. Toutes deux nées d’un parent autochtone et d’un parent allochtone, elles œuvrent à créer des ponts entre différentes communautés. L’organisme offre des ateliers et des formations, et son site Web rend accessibles plusieurs ressources d’éducation.

https://www.mikana.ca/

 

Wapikoni
Cofondé en 2004 par le Conseil de la Nation Atikamekw, le Conseil des jeunes des Premières Nations du Québec et du Labrador et la cinéaste Manon Barbeau, l’organisme Wapikoni est un studio mobile d’intervention, de formation et de création audiovisuelle destiné aux jeunes autochtones. Wapikoni travaille actuellement à rendre accessible en ligne l’ensemble de sa collection, qui comprend plus de 1 300 courts métrages et vidéoclips.

http://www.wapikoni.ca/

 

Indian Residential School Survivor Society
Depuis 1994, cet organisme soutient les survivant·es du système des pensionnats, notamment par une ligne de crise.

https://www.irsss.ca/

 

 

 

 

Dossier dramaturgique réalisé par Marilou Craft

Artiste, autrice, traductrice, éditrice et conseillère dramaturgique