Evelyne de la Chenelière – An 1

Dès les premiers jours de sa résidence d'artiste à ESPACE GO, Evelyne de la Chenelière a eu de déposer des mots partout.

Artiste en résidence (Cycle 2)

Je suis artiste en résidence au Théâtre ESPACE GO.

 

À l’invitation de Ginette Noiseux, je me suis engagée, sur trois saisons, à nourrir un dialogue soutenu avec l’équipe artistique, afin d’investir le théâtre de ma vision sur la pratique théâtrale et, plus vastement, de mes questionnements sur le monde dans lequel nous vivons.

 

Une saison théâtrale se déploie sur trois spectacles qui sont des productions de GO. L’un de ces spectacles est le fruit de la mise en commun de mes désirs artistiques et de ceux de Ginette. Nous discutons alors de nos intuitions, de nos préoccupations, de notre parcours, de collaborations rêvées, de ce qui nous semble nécessaire comme prise de parole, de nos sensibilités esthétiques, de tout ce qui peut orienter le choix du spectacle dans lequel je m’impliquerai directement comme artiste en résidence (à titre d’auteure ou de comédienne).

 

L’autre espace à investir, l’espace « parallèle » à la saison, est plus flou, plus expérimental, et plus modeste au niveau de ses coûts de production.

 

Il s’agit pour moi de créer des formes « hors saisons » qui teintent concrètement le Théâtre de ma présence comme artiste en résidence. Toujours dans un dialogue avec Ginette Noiseux, avec Line Noël et avec Emanuelle Kirouac, nous tentons de garder bien ouvert le champ des possibles, et nous acceptons de marcher à tâtons pour que se dessine lentement le chemin de sens de cette résidence.

 

Je dispose donc d’une équipe de collaborateurs, d’un lieu et d’un budget pour réaliser des projets en marge de la saison officielle.

 

Enfin, d’une manière aléatoire et souvent spontanée, je viens au Théâtre comme dans une deuxième maison (dont on m’a d’ailleurs confié les clés), simplement pour m’y retrouver avec l’équipe d’ESPACE GO, y travailler ou y rêver quelques heures, partager un repas ou un thé, sentir le Théâtre depuis son « ventre », son centre, là où tout commence et recommence.
 
 

Evelyne de la Chenelière
Artiste en résidence