Assez bonne pour travailler, assez bonne pour rester

Photo : André Querry

Elles sont venues demander asile ici parce qu’elles craignaient pour leur vie. Seules ou avec leur famille, par le chemin Roxham ou en suivant d’autres trajectoires, elles ont parcouru des kilomètres, surmonté des obstacles, vécu de multiples épreuves avant d’arriver au Québec. Leur parcours migratoire est un cheminement de la survie à la vie, marqué par la volonté d’affirmer leur humanité et d’accéder à la citoyenneté. Elles ont des histoires à raconter et un avenir collectif auquel elles veulent contribuer en devenant résidentes permanentes au Canada.

Dans leur processus de demande d’asile, elles obtiennent bien vite un permis de travail. Mais voilà, malgré leur intégration à la société d’accueil et le travail qu’elles accomplissent, le système d’immigration se permettrait de les rejeter? Si elles sont assez bonnes pour travailler, elles sont assez bonnes pour rester! Celles et ceux qui se sont rassemblé·es ce beau matin d’été pour manifester ont réclamé la régularisation des statuts d’immigration et ont rappelé aux gouvernements provincial et fédéral que tous et toutes sont essentiel·les.

Jennie-Laure Sully
Féministe radicale, abolitionniste et internationaliste

La photo est exposée dans la vitrine du Oppens.
Oppens est la boutique de confiance pour la mode « taille plus » au Canada depuis 1987. Vous trouverez en magasin une collection éclectique de ravissantes créations. L’équipe d’Oppens sait comment mettre sa clientèle en confiance. Elles travaillent de près avec chacune de leurs clientes pour les aider à faire le choix parfait afin de mettre en valeur leur style personnel.

Escale suivante
Escale précédente
Retour à la page d’accueil de l’exposition photo