Équipe de conception

Suzanne Crocker
Assistance à la mise en scène et régie

Suzanne Crocker a collaboré à une cinquantaine de productions en tant qu’assistante à la mise en scène et régisseuse. Sa grande polyvalence et sa connaissance de la musique lui ont permis de travailler dans presque tous les domaines des arts de la scène (théâtre, opéra, comédie musicale, cirque et variété). Elle a notamment travaillé pour le Théâtre du Nouveau Monde, la Compagnie Jean Duceppe, l’Opéra de Montréal, l’Orchestre symphonique de Montréal, le Cirque Éloize et le Cirque du Soleil.

Parmi les récentes productions auxquelles elle a collaboré, nommons : LA NUIT OÙ LAURIER GAUDREAULT S’EST RÉVEILLÉ de Michel Marc Bouchard (TNM, 2019 et reprise en 2020), ÉLECTRE d’Evelyne de la Chenelière d’après Sophocle (ESPACE GO, 2019), ANOTHER BRICK IN THE WALL – L’OPÉRA de Julien Bilodeau (CINCINNATI OPÉRA et Opéra de Montréal, 2017), LES DIALOGUES DES CARMÉLITES de Francis Poulenc (Opéra de Montréal, 2017), LES FELUETTES de Kevin March (Pacific Opera Victoria et Opéra de Montréal, 2016), QUI A PEUR DE VIRGINIA WOOLF? d’Edward Albee (Théâtre Jean Duceppe, 2015) et UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR de Tennessee Williams (ESPACE GO, 2015).

 

Robin Brazill
Scénographie

Scénographe originaire de la Nouvelle-Écosse, Robin Brazill truffe son parcours d’expériences diverses. Détentrice d’un baccalauréat en littérature anglaise de l’Université Mount Allison (2010), d’une formation en menuiserie, systèmes intérieurs et lecture de plans du Carpenter Millwright College (2012) ainsi que d’une formation en ébénisterie du Centre de formation professionnelle de Rivière-du-Loup (2013), Robin Brazill clôt son parcours scolaire en 2017 par l’obtention de son diplôme en scénographie de l’École nationale de théâtre du Canada. S’intéressant à la conception de décors et de costumes, elle fait ses premières armes en s’impliquant dans des projets de théâtre, de danse et d’opéra. Elle reçoit le prix de reconnaissance Essor pour son projet ESL Theatre Workshop (2016) ainsi que le prix Ada Slaight (2017) délivré par l’École nationale de théâtre du Canada en reconnaissance de sa contribution au rapprochement et à la collaboration entre les francophones et les anglophones à l’École.

 

Martin Sirois
Lumière

La lumière s’invente, il faut la trouver. Martin Sirois embrasse l’univers du néant. L’espace est vide, avant même que les interprètes envahissent le plateau, ses lumières ont pour fonctions de créer des volumes et de donner vie à un lieu. Cette recherche suggère une valeur décorative et scénographique, une puissance sensorielle aux éclairages avant même de chercher à « montrer ». Nos perceptions modifient l’espace, ses concepts figent le spectateur dans une position d’écoute et d’ouverture pour donner à voir et à entendre afin que nous puissions sublimer notre imaginaire et, ainsi, continuer d’inventer en temps réel.

À ESPACE GO, on lui doit notamment la lumière de PARCE QUE LA NUIT, de Dany Boudreault, Brigitte Haentjens et Céline Bonnier, dans une mise en scène de Brigitte Haentjens (2019) et celle de QUARTETT de Heiner Müller mis en scène par Solène Paré (2019).

 

Ginette Noiseux
Costumes

Ginette Noiseux conjugue le double métier de conceptrice et de directrice générale et artistique d’ESPACE GO. Dès sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada en 1980, Ginette Noiseux fait son apprentissage du métier de costumière en assistant François Barbeau, maître incontesté de cette discipline. Depuis, elle a participé à une soixantaine de créations à titre de conceptrice de costumes sur les scènes de Montréal, de même qu’en France et en Belgique.

Parmi les plus récentes pièces auxquelles Ginette Noiseux a collaboré, nommons ÉLECTRE de Serge Denoncourt (ESPACE GO, 2019), LES MARGUERITE(S) de Stéphanie Jasmin (ESPACE GO & UBU, 2018), LA MORT D’UN COMMIS VOYAGEUR d’Arthur Miller, dans une mise de Serge Denoncourt (Théâtre du Rideau Vert, 2017), LES LETTRES D’AMOUR d’Evelyne de la Chenelière et d’Ovide, dans une mise en scène de David Bobée (ESPACE GO & CDN de Haute-Normandie, 2016), TU IRAS LA CHERCHER de Guillaume Corbeil, dans une mise en scène de Sophie Cadieux (ESPACE GO, 2014), LUMIÈRES, LUMIÈRES, LUMIÈRES d’Evelyne de la Chenelière (ESPACE GO & UBU, 2014), LA VILLE de Martin Crimp (ESPACE GO & UBU, 2014), LE DERNIER FEU de Dea Loher (Théâtre ESPACE GO & UBU, 2013), LES FEMMES SAVANTES de Molière (UBU, Les Châteaux de la Drôme et Le Manège Mons, 2012), UNE VIE POUR DEUX d’Evelyne de la Chenelière, dans une mise en scène d’Alice Ronfard (ESPACE GO, 2012)…

Au cours de sa carrière, Ginette Noiseux a signé plusieurs conceptions de costumes pour des metteurs en scène de haut calibre, dont André Brassard, Serge Denoncourt, René-Daniel Dubois, Paul Buissonneau, Claude Poissant, Christiane Pasquier, Françoise Faucher et Jean-Pierre Ronfard.

Le travail de conceptrice de Ginette Noiseux lui a valu de nombreux prix et distinctions, dont deux nominations à la Soirée des Masques de l’Académie québécoise du théâtre pour ses costumes dans les pièces LES GUERRIERS de Michel Garneau (saison 1996-1997) et LE ROI SE MEURT d’Eugène Ionesco (saison 1998-1999), deux pièces mises en scène par René-Daniel Dubois.

 

Marie-Luc Despaties
Assistance aux costumes

D’abord impliquée dans les médias et les communications, Marie-Luc Despaties poursuit une carrière de touche-à-tout de l’objet. Accessoiriste, elle œuvre à la télévision pour CMJ Productions et pour différentes agences publicitaires. À la tête d’une compagnie de rembourrage, tapissage et garniture, elle crée des meubles et des objets pour diverses institutions, théâtres et particuliers. Elle collabore ponctuellement avec Ginette Noiseux à titre d’assistante aux costumes.

 

Alexander MacSween
Musique et conception sonore

Musicien, compositeur et artiste sonore, Alexander MacSween a participé à de nombreux projets de danse, théâtre et cinéma, incluant des œuvres de Marie Brassard, Daniel Brooks, Paul-André Fortier, François Girard, Brigitte Haentjens, Robert Lepage, José Navas et Porte Parole. En tant que musicien, Alexander est actif dans les milieux du rock, de l’improvisation et de la musique électronique. Il a joué avec Bionic, Foodsoon, The Nils, Sam Shalabi et avec le Quatuor de tourne-disques de Martin Tétreault. Alexander MacSween a aussi créé des performances musicales en solo ainsi que des installations sonores. Il est également enseignant et donne des formations sur le traitement du son en temps réel pour les arts de la scène dans divers endroits en Europe et en Amérique du Nord. En 2018, il était finaliste pour le Prix Siminovitch.

 

Virginie Brunelle
Mouvement

C’est par la musique que Virginie Brunelle atterrit dans le monde de la danse. Née en 1982 en Montérégie, la chorégraphe consacre son enfance au violon. Elle découvre l’importance du travail collectif quand elle rejoint l’Orchestre des jeunes de la Montérégie ainsi qu’un quatuor à cordes. Portée par ce savoir musical, par la puissance du rythme et le plaisir de l’interprétation, elle auditionne en 2002 pour le programme de danse du Cégep de Drummondville où elle est acceptée. Elle passe les années suivantes à explorer une variété de techniques et de styles chorégraphiques et s’éprend de la danse contemporaine lors de ses études à l’UQAM.

En 2008, fraîchement diplômée, elle crée LES CUISSES À L’ÉCART DU CŒUR, une chorégraphie pour sept danseurs qui remporte, entre autres, la Bourse RIDEAU 2009 du Festival Vue sur la Relève. Armée de ce premier succès, elle fonde sa compagnie en 2009 (Compagnie Virginie Brunelle). Elle se consacre à la création de sa deuxième pièce, FOUTREMENT, qui remporte en 2017 le prix du public du CAM en tournée. En 2011, Virginie Brunelle ouvre la saison d’automne du Théâtre La Chapelle avec son troisième opus,  COMPLEXE DES GENRES, qui obtient le deuxième prix au Concours international de chorégraphie Aarhus du Danemark. Trois ans plus tard, elle présente PLOMB et, en 2016, elle crée À LA DOULEUR QUE J’AI. Ces quatre pièces font l’objet de tournées internationales, elles circulent en Europe et au Canada, favorisant tant et si bien la reconnaissance de la chorégraphe à l’étranger qu’elle est invitée, en 2018, à créer un spectacle pour la compagnie Gauthier Dance // Dance Company Theaterhaus Stuttgart : BEATING, d’abord présenté en Allemagne, puis au Canada en 2018-2019.

Depuis le début de sa carrière, Virginie Brunelle démontre qu’elle est une chorégraphe alchimiste, qui se plaît à fusionner symboles, théâtre, narration, mouvements et musique. Il résulte de sa démarche organique et intuitive un répertoire caractérisé par l’émotion brute des interprètes et par l’humanité des sujets abordés. En empruntant à la danse classique des gestuelles qu’elle s’amuse à salir et à détourner, Virginie Brunelle entraîne le spectateur dans une expérience puissante, immersive et troublante.

 

Justine Denoncourt
Maquillage et coiffures

Débrouillarde et autodidacte, Justine Denoncourt-Bélanger a débuté comme assistante auprès de la maquilleuse Amélie Bruneau-Longpré sur des productions telles que ROMÉO et Juliette (Juste pour rire et TNM, 2016) et l’opÉra Carmen (OSM, 2015). Depuis, véritable touche-à-tout, sa feuille de route compte aussi plusieurs collaborations avec des photographes. Elle a également fait des maquillages pour la télévision, les milieux de la publicité, de la mode, de la musique, ainsi que pour des spectacles de variétés (Bonne fÊte MontrÉal!, Juste pour rire, 2017) et des événements corporatifs.

Son travail est particulièrement apprécié des artistes de théâtre. Son talent a mis en valeurs les enfants du spectacle Les Choristes (Juste pour rire, 2018) ainsi que les acteurs des pièces Les larmes amÈres de PEtra Von Kant (Théâtre Prospero, 2019), Ombre Eurydice Parle (Théâtre Prospero, 2019), Cache-Cache (La Roulotte, 2019) et À la recherche d’Elvis (Théâtre des Cascades, 2019). Après avoir collaboré avec Catherine Vidal sur Chapitres de la chute (Théâtre de Quat’Sous, 2018), elle retrouve la metteuse en scène pour Les amoureux (Théâtre Denise-Pelletier, 2019). Il en est de même avec Solène Paré : après avoir participé à la création de Quartett (Espace GO, 2019), elle la retrouve aujourd’hui sur Les Louves (Espace GO, 2019).

 

Joël Chancy
Entraînement sportif

Diplômé en kinésiologie à l’Université de Montréal en 2008, Joël Chancy a trouvé sa voie dans la préparation physique et l’entraînement sportif. Il a en effet su combiner son savoir acquis à l’université à sa passion de jeunesse pour le soccer en commençant à entraîner une équipe de jeunes au Club de Soccer Mont-Royal Outremont (CS MRO). Ayant pris goût au coaching, il a continué à évoluer au CS MRO tout en travaillant aussi pour l’Association régionale de soccer Lanaudière. Et cela lui a permis de travailler avec différentes catégories d’âges allant de jeunes de 9 ans à des joueurs séniors de la Première ligue de soccer du Québec. En parallèle, Joël Chancy a travaillé pour la compagnie PerfMax et a découvert un autre aspect de la préparation physique, lié cette fois au perfectionnement de la performance artistique. Au sein de cette compagnie, il a appris à travailler avec des artistes des milieux de la danse, du théâtre et du cinéma.