Bio de Sarah DeLappe

Sarah Delappe, a grandi à Reno, dans le Nevada, où elle a joué au football de huit à quatorze ans. Puis elle a étudié à Yale où elle a développé une passion pour le théâtre, encouragée par la dramaturge Paula Vogel.

« Je suis devenu obsédée par l’écriture de pièces de théâtre », dit Sarah DeLappe à Brendan Lemon qui écrit pour le Lincoln Center Theater Blog. Pour réussir, l’inspiration exige du travail et Sarah DeLappe avoue avoir connu des périodes difficiles.

LES LOUVES est sa première pièce, elle a été acclamée au Off-Broadway en 2016 (dans une mise en scène de Vanessa Stalling) et elle a été finaliste pour un prix Pulitzer en 2017. « J’ai écrit la pièce en silence, au beau milieu de la nuit, alors que la plupart de mes camarades de chambre dormaient (…) mon bureau était jonché de tableaux qui traçaient l’action et les traits de caractère des personnages. L’écriture ressemblait à de la cuisine : un peu de persil ici, une branche de romarin là-bas. (…) J’ai aussi pensé à l’écriture comme une musique, une orchestration à neuf voix, chacune représentant une des filles. »

Dans LES LOUVES tout se passe pendant les échauffements. « J’avais envie d’une pièce pendant laquelle nous serions constamment en train de regarder des jeunes femmes en activité ». Sarah DeLappe souhaite plus de récits avec des protagonistes féminines d’envergures et elle voit LES LOUVES comme une histoire de femmes guerrières : « Je pense à ces personnages comme à un groupe se préparant au combat. »

L’intérêt de Sarah DeLappe pour le socer a été attisé par la Coupe du Monde de soccer féminin en 1999, alors qu’elle était enfant. « Je me souviens encore de ce match de championnat remporté par les Américaines qui a amené Brandi Chastain à déchirer sa chemise et à s’agenouiller. Je n’avais jamais rien vu de tel à la télévision auparavant – un moment important où une femme a célébré sa victoire et sa force avec une action empruntée aux héros masculins. »

Texte inspiré de l’article suivant : https://www.lct.org/explore/blog/sarah-delappe-women-warriors/