Repères biographiques des concepteurs

 

Suzanne Crocker
Assistance à la mise en scène

Suzanne Crocker a collaboré à une cinquantaine de productions en tant qu’assistante à la mise en scène et régisseure. Sa grande polyvalence et sa connaissance de la musique lui ont permis de travailler dans presque tous les domaines des arts de la scène (théâtre, opéra, comédie musicale, cirque et variété). Elle a notamment travaillé pour le Théâtre du Nouveau Monde, DUCEPPE, l’Opéra de Montréal, l’Orchestre symphonique de Montréal, le Cirque Éloize et le Cirque du Soleil.

Suzanne œuvre régulièrement avec le metteur en scène Serge Denoncourt depuis 2005. Parmi les récentes productions mises en scène par Denoncourt auxquelles elle a collaboré, nommons ROMÉO ET JULIETTE de William Shakespeare (Juste pour rire et TNM, 2016), LA DIVINE ILLUSION de Michel Marc Bouchard (TNM, 2015), LES TROIS MOUSQUETAIRES de Pierre Yves Lemieux, d’après l’œuvre d’Alexandre Dumas (Juste pour rire et TNM, 2015), QUI A PEUR DE VIRGINIA WOOLF? d’Edward Albee (DUCEPPE, 2015), CYRANO DE BERGERAC d’Edmond Rostand (Juste pour rire et TNM, 2014), LES LIAISONS DANGEREUSES de Christopher Hampton (DUCEPPE, 2013), ROUGE de John Logan (Théâtre du Rideau Vert, 2013), GRUBB – Gypsy Roma Urban Balkan Beats (2011), de même que les opéras DIALOGUES DES CARMÉLITES de Francis Poulenc (2017) et LES FELUETTES (2016), produits par l’Opéra de Montréal.

Au printemps 2016, Suzanne a remonté LES FELUETTES au Pacific Opera Victoria. Elle a également repris le flambeau de Dominic Champagne, à l’été 2017, pour remonter ANOTHER BRICK IN THE WALL-L’OPÉRA, au Cincinnati Opera.

ÉLECTRE est sa quatrième production à ESPACE GO.

 

Elsa Bouchard
Helléniste

Elsa Bouchard est née à Montréal en 1980. Après des études en philosophie, elle se réoriente vers les études classiques et complète en 2012 un doctorat en littérature grecque ancienne (Université Paris IV-Sorbonne / Université de Montréal). Elle occupe depuis 2012 un poste de professeur de langue et littérature grecques à l’Université de Montréal. Ses principaux axes de recherche touchent à la réception ancienne des poèmes homériques et aux rapports entre le langage et le religieux dans la pensée ancienne. Elle a publié de nombreux articles dans des revues scientifiques et des volumes collectifs, ainsi qu’une monographie intitulée Du Lycée au Musée. Théorie poétique et critique littéraire à l’époque hellénistique.

 

Guillaume Lord
Scénographie

Guillaume Lord est l’un des scénographes des plus actifs et versatiles à Montréal. Il a signé de nombreux décors au Québec comme à l’étranger, tant pour le théâtre que pour des spectacles de variétés, comédies musicales et opéra. Il a travaillé, entre autres, auprès des metteurs en scène Lorraine Pintal, Claude Poissant, André Brassard et Serge Denoncourt. Il a aussi exploré la danse en collaborant avec les chorégraphes Shann Hounsell, Ginette Laurin, Marie Chouinard et Jean Grand-Maître. Guillaume Lord s’est aussi plongé dans le monde du cirque en créant des décors pour le Cirque du Soleil ainsi que pour le Cirque Éloize. En outre, il a conçu les décors d’émissions de variétés et a créé le design de nombreuses expositions au cours des dernières années. Il a touché au septième art en collaborant sur plusieurs films et documentaires à titre de directeur artistique. Il a également créé le décor du spectacle Odysséo, grand ballet équestre de la compagnie Cavalia. En plus du décor d’ÉLECTRE, il signera cette année la scénographie d’une autre pièce mise en scène par Serge Denoncourt au Théâtre du Nouveau Monde : LA NUIT OU LAURIER GAUDREAULT S’EST RÉVEILLÉ de Michel Marc Bouchard.

 

Sonoyo Nishikawa
Lumières

Originaire du Japon, Sonoyo Nishikawa est conceptrice d’éclairage depuis 1986. De 1990 à 1992, elle a étudié à Londres dans un programme outremer du ministère de l’Éducation et de la Culture du Japon.

Collaboratrice de Robert Lepage depuis 1993, Sonoyo Nishikawa a participé à plusieurs de ses spectacles, dont A MIDSUMMER NIGHT’S DREAM, LA TRILOGIE DES DRAGONS, APASIONADA/LA CASA AZUL et LES SEPT BRANCHES DE LA RIVIÈRE ÔTA, pièce pour laquelle elle a reçu le prix Outstanding Lighting Design du Toronto Dora Mavor Moore Award en 1996. La recréation de ce spectacle sera présentée en première mondiale à Moscou au Festival Tchekhov en juillet prochain et partira en tournée internationale par la suite.

Dotée d’une inventivité et d’un souci du détail sans pareil, Sonoyo Nishikawa occupe une place unique dans l’univers théâtral québécois. Pour son travail, elle a reçu le prix des meilleurs éclairages à la Soirée des Masques de l’Académie québécoise du théâtre en 2004 pour L’ÉDEN CINÉMA de Marguerite Duras, dans une mise en scène de Brigitte Haentjens et le Prix Jaques-Pelletier pour ses éclairages au Théâtre du Trident en 2003 pour la production ANTIGONE de Sophocle, dans une mise en scène de Brigitte Haentjens, puis en 2016 pour MACBETH de Shakespeare, dans une mise en scène de Marie-Josée Bastien.

Dernièrement, Sonoyo Nishikawa a conçu les éclairages des pièces LE RESTE VOUS LE CONNAISSEZ PAR LE CINÉMA de Martin Crimp, dans une mise en scène de Christian Lapointe (ESPACE GO, Carte blanche & Théâtre français du CNA), LA VIE UTILE d’Evelyne de la Chenelière (ESPACE GO & Festival TransAmériques, 2018) et PEEPSHOW de Marie Brassard, deux mises en scène de cette dernière (ESPACE GO & Infrarouge, 2015).

La conceptrice a aussi travaillé dans le monde de l’opéra en signant les éclairages de LA DAMNATION DE FAUST au Metropolitan Opera New York (2008 à 2013).

Enfin, au Japon, elle a conçu les éclairages de LÉZARD NOIR de Yukio Mishima, dans une mise en scène de David Leveaux en janvier 2018 au Théâtre Nissay de Tokyo. Elle a collaboré de nouveau avec le metteur en scène en décembre 2018 pour la production LA STRADA, d’après le film de Federico Fellini sorti en 1954, également présentée au Théâtre Nissay de Tokyo.

 

Ginette Noiseux
Costumes

Ginette Noiseux conjugue le double métier de conceptrice et de directrice générale et artistique d’ESPACE GO. Dès sa sortie de l’École nationale de théâtre en 1980, Ginette Noiseux fait son apprentissage du métier de costumière en assistant François Barbeau, maître incontesté de cette discipline. Depuis, elle a participé à une soixantaine de créations à titre de conceptrice de costumes sur les scènes à Montréal, de même qu’en France et en Belgique.

Parmi les plus récentes pièces auxquelles Ginette Noiseux a collaboré, nommons LES MARGUERITE(S) de Stéphanie Jasmin (ESPACE GO & UBU, 2018), LA VILLE de Martin Crimp (ESPACE GO & UBU, 2014) et LE DERNIER FEU de Dea Loher (ESPACE GO & UBU, 2013), trois mises en scène du tandem Denis Marleau et Stéphanie Jasmin, LUMIÈRES, LUMIÈRES, LUMIÈRES d’Evelyne de la Chenelière (ESPACE GO, 2014) et LES FEMMES SAVANTES de Molière (UBU, Les Châteaux de la Drôme & Manège Mons, 2012), deux mises en scène de Denis Marleau, LA MORT D’UN COMMIS VOYAGEUR d’Arthur Miller, dans une mise de Serge Denoncourt (Théâtre du Rideau Vert, 2017), LES LETTRES D’AMOUR d’Evelyne de la Chenelière et d’Ovide, dans une mise en scène de David Bobée (ESPACE GO & CDN de Haute-Normandie, 2016), TU IRAS LA CHERCHER de Guillaume Corbeil, dans une mise en scène de Sophie Cadieux (ESPACE GO, 2014) et UNE VIE POUR DEUX d’Evelyne de la Chenelière, dans une mise en scène d’Alice Ronfard (ESPACE GO, 2012).

Au cours de sa carrière, Ginette Noiseux a aussi signé plusieurs conceptions de costumes pour des metteurs en scène de haut calibre, dont André Brassard, René-Daniel Dubois, Paul Buissonneau, Claude Poissant, Christiane Pasquier, Françoise Faucher et Jean-Pierre Ronfard.

Le travail de conceptrice de Ginette Noiseux lui a valu de nombreux prix et distinctions, dont deux mises en nomination à la Soirée des Masques de l’Académie québécoise du théâtre pour ses costumes dans les pièces LES GUERRIERS de Michel Garneau (saison 1996-1997) et LE ROI SE MEURT d’Eugène Ionesco (saison 1998-1999), deux pièces mises en scène par René-Daniel Dubois.

 

Sylvie Chaput
Ennoblissement et vieillissement textile

Sylvie Chaput étudie en Design intérieur au Studio 437 à Québec. Après quelques années dans ce milieu, elle poursuit ses études en Arts Visuels à l’Université du Québec à Montréal. Après son baccalauréat, la collaboration avec un chef accessoiriste au théâtre marque son premier intérêt pour les Arts de la scène. Une autre rencontre l’amène au département accessoires et au département décor pour la télévision et le cinéma.

Après un arrêt de maternité, elle amorce son retour au travail au département costume, volet Ennoblissement et Vieillissement textiles. Comme elle se plaît à dire, ce fut une « révélation presque divine ». Peindre et sculpter la matière textile marquera les débuts de sa pratique, et ce, depuis trente ans.

Après un stage à la Comédie-Française au département de costumes, il n’existait plus aucun doute de la route « textilienne » à suivre. Cette passion pour le textile l’amène à une longue recherche qu’elle perfectionne au Centre d’Impression Textile de Montréal; elle y installe son atelier et enseigne l’expression textile. Elle suit également des classes de maîtres avec des artistes venant de différents pays : États-Unis, France, Belgique, Canada, Argentine, Angleterre.

Depuis les dernières années, elle revient à son expression première, soit la peinture sur support traditionnel.

 

Nicolas Basque
Conception sonore

Nicolas Basque est musicien, compositeur et concepteur sonore. Au théâtre, il a travaillé, entre autres, avec Serge Denoncourt (UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR, LES LIAISONS DANGEREUSES, HOSANNA, NAGER EN SURFACE), Christian Lapointe (LE RESTE VOUS LE CONNAISSEZ PAR LE CINÉMA, PELLÉAS ET MÉLISANDE), Claude Poissant (HURLEVENTS, CINQ VISAGES POUR CAMILLE BRUNELLE, JE VOUDRAIS ME DÉPOSER LA TÊTE, ABRAHAM LINCOLN VA AU THÉÂTRE, LE TRAITEMENT), Alexia Bürger (LES HARDINGS, ALFRED), Olivier Choinière (JEAN DIT), Geoffrey Gaquère (LE DÉNOMINATEUR COMMUN, LE CELLULAIRE D’UN HOMME MORT, LES EXILÉS DE LA LUMIÈRE) et Benoît Vermeulen (BILAN, ASSOIFFÉS). En 2005, il a remporté un Masque pour la conception sonore du spectacle LE TRAITEMENT de Martin Crimp (Théâtre PÀP).

Nicolas Basque est également membre du groupe Plants and Animals avec qui il tourne régulièrement en Amérique du Nord et en Europe. Son groupe a été nommé pour deux prix Juno et le prix Polaris pour le disque Parc Avenue, sorti en 2008. Il a aussi mis sur pied, avec Adèle Trottier-Rivard, le nouveau projet musical Le Bleu.

Enfin, à titre de guitariste, Nicolas Basque a participé aux albums et accompagné en concerts Philémon Cimon, Marie-Pierre Arthur et Pierre Lapointe.

 

Julie Measroch
Accessoires

Diplômée du programme de production, conception de décors et costumes de l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx en 2004, Julie Measroch travaille depuis comme conceptrice et artisan au théâtre et au cinéma.

Elle a travaillé aux côtés du metteur en scène Serge Denoncourt au cours de nombreux projets récemment dont EDMOND d’Alexis Michalik (Juste pour rire, 2018), LES CHORISTES de Christophe Barratier et Philippe Lopes Curval (Juste pour rire, 2018), LA MORT D’UN COMMIS VOYAGEUR d’Arthur Miller (Théâtre du Rideau Vert, 2017), ROMÉO & JULIETTE de Shakespeare (Juste pour rire & Théâtre du Nouveau Monde, 2016), UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR de Tennessee Williams (scénographie, ESPACE GO, 2015 & 2016), LA DIVINE ILLUSION de Michel-Marc Bouchard (Théâtre du Nouveau Monde, 2015), CYRANO DE BERGERAC d’Emond Rostand (Cyrano inc., Juste pour rire & Théâtre du Nouveau Monde, 2014), ROUGE de John Logan (Théâtre du Rideau Vert, 2013).

Elle a également collaboré avec la metteuse en scène Brigitte Haentjens lors de la création des spectacles UNE FEMME À BERLIN de Marta Hillers (ESPACE GO, SIBYLLINES & Théâtre français du CNA, 2016), RICHARD III de Shakespeare (SIBYLLINES, Théâtre du Nouveau Monde & Théâtre français du CNA, 2015), L’OPÉRA DE QUAT’SOUS de Bertolt Brecht (Usine C & SIBYLLINES, 2011).

Enfin, parmi les autres projets auxquels elle a participé au cours des dernières années, nommons DEMAIN MATIN MONTRÉAL M’ATTEND de Michel Tremblay, dans une mise en scène de René Richard Cyr (FrancoFolies de Montréal, Théâtre du Nouveau Monde & Spectra Musique, 2017), LES TROIS TÉNORS de Ken Ludwig, dans une mise en scène de Benoît Brière et Martin Drainville (Théâtre du Vieux-Terrebonne, 2017), LA BONNE ÂME DE SE-TCHOUAN de Bertolt Brecht, dans une mise en scène de Lorraine Pintal (Théâtre du Nouveau Monde, 2017), LA LISTE DE MES ENVIES de Grégoire Delacourt, dans une mise en scène de Marie-Thérèse Fortin, DRÔLE DE COUPLE de Neil Simon, dans une mise en scène d’Édith Cochrane (Théâtre du Vieux-Terrebonne, 2016), FREDY d’Annabel Soutar, dans une mise en scène de Marc Beaupré (Porte Parole, 2016), LE MIEL EST PLUS DOUX QUE LE SANG de Philippe Soldevila et Simone Chartrand, dans une mise en scène de Catherine Vidal (Théâtre Denise-Pelletier, 2016), ON NE BADINE PAS AVEC L’AMOUR d’Alfred de Musset, dans une mise en scène Claude Poissant (Théâtre Denise-Pelletier, 2015), de même que JOYÀ (2014) et LES CHEMINS INVISIBLES (2013), deux productions du Cirque du Soleil.

 

Amélie Bruneau-Longpré
Maquillages et coiffures

Amélie Bruneau-Longpré pratique son métier d’artiste maquilleuse depuis une quinzaine d’années. Moderne et contemporaine dans son approche, elle travaille avec de nombreux artistes québécois, dont Évelyne Brochu, Christine Beaulieu, Karine Vanasse et Julie Perreault, pour ne nommer que celles-là. On peut également apercevoir son travail dans différentes publications telles que Véro magazine, Elle Québec, Châtelaine et Coup de pouce.

En 2011, Amélie Bruneau-Longpré conçoit les superbes maquillages du court métrage Trotteur, réalisé par Arnaud Brisebois et Francis Leclerc et gagnant du Jutra du meilleur court métrage en 2012. C’est après avoir vu ce court métrage que Serge Denoncourt fait appel à ses services pour la pièce CHRISTINE, LA REINE-GARÇON de Michel Marc Bouchard (Théâtre du Nouveau Monde, 2012). S’en sont suivi les spectacles LE DIABLE ROUGE d’Antoine Rault (DUCEPPE, 2012), LES LIAISONS DANGEREUSES de Christopher Hampton (DUCEPPE, 2013), CYRANO DE BERGERAC d’Emond Rostand (Juste pour rire, 2014), UN TRAMWAY NOMMÉ DÉSIR de Tennessee Williams (ESPACE GO, 2015 & 2016), LA DIVINE ILLUSION de Michel Marc Bouchard (Théâtre du Nouveau Monde, 2015), ROMÉO ET JULIETTE de Shakespeare (Théâtre du Nouveau Monde, 2016).

Plus récemment, Amélie Bruneau-Longpré a signé les maquillages des pièces NYOTAIMORI de Sarah Berthiaume, dans une mise en scène de Sarah Berthiaume et Sébastien David (La Bataille & Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, 2018) et DES SOURIS ET DES HOMMES de John Steinbeck, dans une mise de Vincent-Guillaume Otis (DUCEPPE, 2018). En mars prochain, elle travaillera de nouveau avec le metteur en scène Sébastien David sur la pièce LA SOCIÉTÉ DES POÈTES DISPARUS de Tom Schulman, présentée au Théâtre Denise-Pelletier.