Dossier dramaturgique (partie 6)

Admirable mécanique tragique

Magalie Lépine-Blondeau – Sophocle a écrit dans ÉLECTRE trois grands personnages de femmes : Clytemnestre, Électre et Chrysothémis.

Serge Denoncourt – Et nous en sommes encore sous le choc : les trois ont chacune raison par rapport à la situation. Clytemnestre a eu raison de tuer Agamemnon, qui avait sacrifié leur fille Iphigénie. Électre a raison de vouloir tuer sa mère parce qu’elle a assassiné Agamemnon, son père. Et Chrysothémis a raison de vouloir s’extraire du nœud mortifère des vengeances pour vivre dans la joie et la fécondité. Et chacune a tort. Les auteurs qui peuvent placer le spectateur devant deux choix forts sont rares. Or Sophocle nous place devant trois choix. D’ailleurs, si on s’intéresse à la façon dont on raconte l’histoire d’Électre, c’est la version de Sophocle qui est la meilleure, supérieure à celle d’Eschyle et à celle d’Euripide. La version de Sophocle offre non seulement de fabuleux retournements de situation, elle plonge aussi ses racines dans un fond mythique très primitif où l’on retrouve des éléments qui nourriront la mythologie chrétienne. Oreste « meurt » et « ressuscite ». Chrysothémis qui revient du tombeau pour dire qu’Oreste est vivant, c’est Marie-Madeleine qui revient pour dire que le tombeau de Jésus est vide. Électre attend son Messie… Sans parler de la culture populaire : Clytemnestre, c’est la méchante mère de Blanche-Neige, qui tient à être la plus belle.

Magalie Lépine-Blondeau – La modernité d’ÉLECTRE est réelle, c’est une pièce désespérément actuelle par son portrait d’une sidérante justesse de la spirale de la violence. Électre, par son désir de vengeance, prolonge, reproduit et perpétue cette violence qui fait son malheur. C’est une opprimée qui, dès qu’elle en a les moyens, devient oppresseur. Elle devient sa propre vérité; avec elle, toute autre parole est impossible.

Fragment d’un entretien avec Serge Denoncourt (metteur en scène), Magalie Lépine-Blondeau (interprète d’Électre) et Ginette Noiseux (directrice d’ESPACE GO et conceptrice des costumes) réalisé le 10 décembre 2018

Continuez votre lecture : Dossier dramaturgique (partie 7)