Les participant·es

LUNDI 8 AVRIL 2019

(Soirée d’ouverture)

18 h 30
MOTS DE BIENVENUE

18 h 40
OÙ SONT LES FEMMES ARTISTES EN THÉÂTRE?

Marie-Ève Milot
Codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, autrice, metteuse en scène, comédienne et représentante des Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.)
Depuis sa sortie de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, Marie-Ève Milot s’investit viscéralement dans le milieu théâtral. Comme comédienne, elle ​prend part à plus d’une vingtaine de productions théâtrales et joue tant au cinéma qu’au petit écran. Elle est codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, actuellement en résidence à la salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. En mars 2018, elle signe une première mise en scène avec Chienne(s) et une seconde en mars 2019 avec Guérilla de l’ordinaire. En collaboration avec Marie-Claude St-Laurent et Marie-Claude Garneau, elle publie La Coalition de la Robe (Éditions du Remue-ménage, 2017). Membre active du groupe d’action des Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.), elle coécrit le « coup de gueule » Apprendre à compter du 164e numéro de la revue JEU, traitant de la sous-représentation des femmes dans le milieu théâtral, et ​participe à la création de documents de référence pour sensibiliser les élèves et le corps professoral à la sous-représentation des femmes ​ainsi qu’aux systèmes qui les invisibilisent.

 

Marie-Claude St-Laurent
Codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, autrice, comédienne et représentante des Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.)
Diplômée de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, Marie-Claude St-Laurent est révélée au petit écran par la populaire émission jeunesse VRAK LA VIE. Elle fait aussi partie de la dernière saison de la série Les Sioui-Bacon. Sur scène, elle parcourt les écoles du Québec avec le spectacle Débranchée (Unplugged) et elle a notamment été des distributions de Chienne(s)Toc TocGreaseAller chercher demain et Motel des brumes. Elle a coécrit plusieurs pièces dont Walk-in ou Se marcher dedans (récipiendaire du prix Chapters du meilleur texte francophone en 2009), Cour à scrap : portrait d’une famille reconstituéeDébranchée (Unplugged) (finaliste au prix Louise-LaHaye en 2017), Chienne(s) et Guérilla de l’ordinaire. Ces deux dernières créations ont été présentées dans le cadre d’une résidence au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui en 2018 et 2019. En collaboration avec Marie-Ève Milot et Marie-Claude Garneau, elle publie La Coalition de la Robe (Éditions du Remue-ménage, 2017).

 

PRISE DE PAROLES DES F.E.T.

Marilyn Perreault
Autrice, metteuse en scène, comédienne, codirectrice du Théâtre I.N.K. et du Théâtre Aux Écuries, et membre active du mouvement Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.)
Diplômée en interprétation de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, Marilyn Perreault partage sa vie professionnelle entre le jeu, l’écriture (Fiel, Lignedebus/Bus Stops, Britannicus Now, Les Apatrides et Roche, papier, couteau), la mise en scène (Fiel, Lignedebus/Bus Stops, Jusqu’au sang ou presque et La beauté du monde) et la codirection artistique du Théâtre I.N.K. et du Théâtre Aux Écuries. Elle a joué dans plusieurs créations du Théâtre I.N.K. et de DynamO Théâtre et dans plusieurs autres productions, dont Le songe d’une nuit d’été (Théâtre du Trident et Flip Fabrique), Foreign radical (Theatre Conspiracy), Ainsi parlait et La logique du pire (FTA et La Chapelle, scènes contemporaines), Britannicus Now (Théâtre du Double Signe), Cendres (Théâtre Prospero), Les nuits frauduleuses (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui), Vipérine (Les Coups de Théâtre). Elle a reçu le Prix Louise-Lahaye (2011) pour Britannicus Now, alors que le spectacle Les Apatrides a été lauréat du Masque Révélation de l’année (2003) et Bus Stops nommé pour la meilleure production aux METAs (2016).

 

Pascale Rafie
Autrice, professeure et médiatrice culturelle
Formée en écriture dramatique à l’École nationale de théâtre du Canada, Pascale Rafie cosigne Cabaret Neiges Noires, spectacle culte des années 1990. On lui doit plusieurs textes pour jeunes publics, dont Charlotte Sicotte, produit par le Théâtre de l’Avant-PaysElle a écrit également de nombreuses pièces pour adultes, dont Soleil, Le Paradis mobile et Les filles Lafaille. Son plus récent texte, La Recette de baklawas a été présenté en lecture publique dans le cadre de Dramaturgies en Dialogue (CEAD, 2013), puis en tournée de 2015 à 2017. Dans une traduction anglaise de Melissa Bull, The Baklawa Recipe a été créée en 2018 au Centaur Theatre. En tant que médiatrice culturelle, Pascale Rafie a développé, entre autres, un projet avec un groupe de femmes immigrantes : Belles-Soeurs d’ici et d’ailleurs : le trajet de la parole. Toujours interpellée par les questions de l’immigration et de la place des femmes dans la société, Pascale Rafie travaille actuellement à l’écriture de deux nouvelles pièces : Dounia – Le monde et Elle court/Corre.

 

19 h 30 à 21 h
PRISE DE PAROLES D’ARTISTES : PARCOURS ET VISION DE TROIS FEMMES D’EXCEPTION

Myriam Fehmiu
Journaliste culturelle et animatrice
Myriam Fehmiu évolue dans le domaine des communications depuis vingt ans. Elle a travaillé comme recherchiste en télé, elle a occupé différents postes en coopération internationale à Montréal et à l’étranger et elle est journaliste depuis 2010 à la première chaîne de Radio-Canada ainsi qu’à ICI Radio-Canada Télé. Passionnée de musique et de culture, elle est animatrice à ICI Musique depuis 2017 (Un matin pas comme les autres, Rapophonie). On l’a aussi vue et entendue à titre d’animatrice et de chroniqueuse à TV5, MAtv et Télé-Québec. Son amour des voyages hors des sentiers battus, de la découverte des nouvelles tendances et des rencontres avec des créateurs de tous horizons nourrit sa curiosité et son ouverture d’esprit.
icimusique.ca/emissions/rapophonie/429455

 

Brigitte Haentjens
Metteure en scène, directrice artistique du théâtre français du Centre national des Arts et directrice générale et artistique de SIBYLLINES
Lauréate du Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle en 2017 et des prix Siminovitch et Gascon-Thomas en 2007, Brigitte Haentjens, artiste phare du théâtre contemporain, est devenue la première femme à prendre la tête du Théâtre français du CNA en 2012. Pour cette artiste emblématique qui s’est d’abord fait connaître dans le milieu franco-ontarien avant de s’établir à Montréal en 1991, cette nomination a surtout permis de saluer la démarche percutante d’une créatrice, cheffe de file des avancées de la pratique théâtrale au Canada. En 1997, Brigitte Haentjens fonde sa compagnie SIBYLLINES. Femme de lettres passionnée, metteure en scène habitée par les questions de l’identité féminine, du pouvoir et de la sexualité, elle déploie, de spectacle en spectacle, une esthétique aussi novatrice que rigoureuse où elle n’a de cesse d’exposer ce qu’il faut de courage et de détermination pour parvenir à dire JE.
sibyllines.com
nac-cna.ca/fr/theatrefrancais

 

Suzanne Lebeau
Autrice et cofondatrice de la compagnie de théâtre Le Carrousel
Cofondatrice en 1975 du Carrousel, compagnie de théâtre, Suzanne Lebeau compte à son actif une théatrographie des plus impressionnantes. Elle est reconnue internationalement comme l’un des piliers des nouvelles dramaturgies pour jeunes publics. Elle compte parmi les dramaturges du Québec les plus joué·es à travers le monde, avec plus de 150 productions répertoriées sur tous les continents. Ses œuvres sont publiées et traduites en 25 langues. La contribution exceptionnelle de Suzanne Lebeau à l’épanouissement de la dramaturgie pour jeunes publics et son apport exceptionnel à son art lui ont valu les plus hautes distinctions et les plus grands hommages au Québec et au Canada, comme dans toutes les grandes capitales culturelles du monde. Elle a notamment reçu le grade de Chevalier de l’Ordre de la Pléiade (1998), le prix Athanase-David (2010), le Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle : Prix de la réalisation artistique – catégorie Théâtre (2016) et le grade de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres de la République française (2016).
lecarrousel.net

 

Zab Maboungou
Fondatrice de Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata, artiste-chorégraphe et interprète, professeure de philosophie et autrice
Zab Maboungou s’est distinguée sur tous les fronts de l’action artistique et culturelle. Grâce à ses œuvres et à son implication dans le développement artistique et culturel, elle est parvenue à traduire et à implanter une autre présence et un autre foyer pour l’imaginaire. Autrice de plusieurs articles sur la danse et du livre Heya Danse! Historique, poétique et didactique de la danse africaine (CIDIHCA), elle acquiert une réputation de conférencière et d’intellectuelle publique. Elle s’intéresse à la rencontre entre les arts, les savoirs et les personnes, un credo pleinement assumé par Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata qu’elle a fondée il y a plus de 30 ans. Sa compagnie de danse contemporaine, unique dans le paysage montréalais et canadien, est née d’un intérêt marqué pour l’art, pour les œuvres et pour leur rôle dans la société. La technique du mouvement de Zab Maboungou, appelée lokéto, est inédite et constitue aujourd’hui un modèle du genre.
nyata-nyata.org

MARDI 9 AVRIL 2019

12 h à 14 h – Dîner-causerie
POURQUOI LE MASCULIN DEVRAIT-IL L’EMPORTER SUR LE FÉMININ?

Sandrine Bourget-Lapointe
Libraire, étudiante à la maîtrise en études littéraires et en études féministes, et formateurice en écriture inclusive
Sandrine Bourget-Lapointe détient une expérience en gestion, en organisation et en édition dans des milieux queer et féministe, notamment au sein du collectif La Marche des Femmes/Dyke March Montreal et de la revue FéminÉtudes. Elle est l’une des cofondatrices de la librairie coopérative féministe L’Euguélionne, pensée et fondée à Montréal en 2016 par un collectif de jeunes féministes de 25 à 40 ans. Formateurice en écriture inclusive, elle explore la flexibilité de la langue française. Son projet de mémoire porte sur les biographies de féministes en bandes dessinées.
librairieleuguelionne.com
feminetudes.org

 

Julie Auger
Linguiste
Julie Auger détient un baccalauréat et une maîtrise en linguistique de l’Université Laval ainsi qu’un doctorat en linguistique de l’Université de Pennsylvanie. Professeure à l’Université McGill et à l’Université de l’Indiana à Bloomington, elle vient de joindre le Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal, où elle est professeure agrégée. Ses recherches portent sur le français québécois et sur le picard, une langue menacée proche parente du français. Ses recherches sur le picard lui ont permis de rassembler un important corpus de picard oral et écrit dont elle se sert pour analyser la structure phonologique et syntaxique de cette langue peu connue. Ses analyses démontrent que même si le picard est parlé par de moins en moins de personnes, ses locuteurs maîtrisent toujours des règles complexes et différentes de celles du français. Elle a publié de nombreux articles sur ces deux variétés, a coédité un ouvrage collectif intitulé Le français en Amérique du Nord (État présent, 2005) et prépare deux ouvrages sur le picard.
ling-trad.umontreal.ca

 

Aurore Evain
Autrice, metteuse en scène, comédienne et chercheuse en histoire des femmes de théâtre
Aurore Evain a consacré une importante recherche à l’histoire du mot féminin « autrice », histoire passionnante sur plusieurs plans, car elle recoupe à la fois l’histoire de la langue, celle de la fonction d’auteur et les étapes de l’accès des femmes à la sphère publique en général et à la création en particulier, tout en permettant de mettre à bas certains préjugés concernant la soi-disant incongruité de ce féminin et son incapacité à désigner la femme qui écrit. Directrice artistique de la compagnie La Subversive et du collectif ARTLife, Aurore Evain porte un intérêt particulier aux rapports femmes-hommes et à la question du genre dans les arts du spectacle, notamment par la mise en valeur du matrimoine et des créatrices passées. Militante au sein du Mouvement HF pour l’égalité femmes-hommes dans les arts et la culture, elle est à l’initiative des journées du Matrimoine, dont la première édition a eu lieu en 2015.
lasubversive.org

 

Céline Labrosse
Linguiste-chercheure
Céline Labrosse est docteure en linguistique et ne craint pas l’innovation. Pour elle, la langue doit avancer et être équitable, simple, efficace. Elle est d’ailleurs à l’origine de la dénomination Fédération des professionnèles (CSN). Depuis qu’elle est toute petite, elle est sceptique devant les règles du français qui donnent préséance au masculin sur le féminin. Ses recherches l’amènent à découvrir les origines de cette règle discriminatoire de Vaugelas qui date de 1647, affirmation étoffée par le grammairien Nicolas Beauzée (1767), pour qui « le genre masculin est réputé plus noble que le féminin, à cause de la supériorité du mâle sur la femelle ». Pour elle, le langage possède un pouvoir, « le pouvoir de faire apparaître ou disparaître la moitié de l’humanité. » Le premier livre de Céline Labrosse, Pour une grammaire non sexiste (Éditions du Remue-ménage, 1996), préconise une langue française égalitaire et fait la promotion d’une série de mesures prévoyant l’usage de mots communs en genre, désignant à la fois le masculin et le féminin. Dans son dernier livre, Pour une langue française non sexiste (Les Intouchables, 2002), elle enfourche de nouveau son cheval de bataille favori : la langue et le sexe des mots.
langagenonsexiste.ca

 

19 h à 21 h – Table ronde
L’HISTOIRE DE LA PRISE DE PAROLE DES FEMMES : VOIR AUTREMENT

Alexandre Cadieux
Chargé de cours et doctorant en théâtre à l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
Alexandre Cadieux est chargé de cours à l’École supérieure de théâtre de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ainsi qu’au Département de théâtre de l’Université d’Ottawa. Il s’intéresse principalement à l’histoire du théâtre au Québec, à l’historiographie théâtrale et aux discours sur le théâtre. Critique et chroniqueur au quotidien Le Devoir de 2006 à 2017, il a également dirigé deux dossiers thématiques et signé de nombreux articles dans la revue JEU, dont il fut membre de l’équipe de rédaction de 2008 à 2015. Il est actuellement doctorant en études et pratiques des arts à l’UQAM.
theatre.uqam.ca

 

Widia Larivière
Cofondatrice de l’organisation Mikana et co-initiatrice de la branche québécoise du mouvement Idle No More
Widia Larivière est éducatrice aux droits humains et aux droits des peuples autochtones. D’origine Anishnabe, elle détient un baccalauréat en études internationales et langues modernes de l’Université Laval et un certificat en immigration et relations interethniques de l’Université du Québec à Montréal. Elle a co-initié la mobilisation québécoise du mouvement Idle No More et a cofondé Mikana, un organisme de sensibilisation sur les réalités autochtones au Canada. Cinéaste et autrice à ses heures, elle a également coréalisé deux courts-métrages documentaires avec le soutien du Wapikoni mobile et a contribué à plusieurs ouvrages. Son engagement lui a valu plusieurs prix et distinctions : elle est notamment lauréate d’un prix Hommage décerné dans le cadre du 40e anniversaire de la Charte des droits et libertés de la personne du Québec (2015) ainsi que du prix Ambassadeur de la Conscience d’Amnistie internationale (2017).
mikana.ca
idlenomore.ca

 

Émilie Nicolas
Chroniqueuse, consultante et anthropologue
Candidate au doctorat en anthropologie linguistique à l’Université de Toronto, où sa thèse porte sur le rôle d’un langage commun dans les rapports entre le Québec et Haïti, Émilie Nicolas est récipiendaire d’une bourse Vanier. Cofondatrice de Québec inclusif, un mouvement qui unit activement les citoyens contre le racisme et l’exclusion sociale, elle a collaboré avec divers organismes au Canada et à l’étranger, dont la Fondation Jeanne-Sauvé, la Fondation canadienne des relations raciales, la Fédération des femmes du Québec et le conseil de l’Ordre de Montréal. Reconnue comme bâtisseuse de ponts, elle a collaboré à la mise sur pied d’une coalition en faveur de l’égalité et contre le racisme systémique au Québec. Ses travaux ont été publiés dans plusieurs médias où elle est invitée régulièrement à titre de commentatrice, d’analyste et de conférencière. Émilie Nicolas est lauréate d’un prix Harry Jerome (2013) et du Prix du Gouverneur général pour la commémoration de l’affaire « Personnes » (2014), qui réfère au combat de cinq Albertaines à la fin des années 1920 pour obtenir le statut de « personnes ».

 

Francine Pelletier
Journaliste, chroniqueuse et documentariste
Journaliste depuis plus de 30 ans, Francine Pelletier est l’une des fondatrices et rédactrices en chef du magazine d’actualité féministe La Vie en rose (1980-87). Après le massacre de l’École Polytechnique de Montréal, le 6 décembre 1989, Francine Pelletier fait pression pour obtenir la diffusion publique de la lettre de suicide trouvée sur le tueur, ce qui sera finalement autorisé en novembre 2000. Elle a écrit pour plusieurs journaux (La Presse, The Gazette) et magazines (L’actualité, Maclean’s, Châtelaine) et signe, depuis 2013, une chronique hebdomadaire dans la page « Idées » du quotidien Le Devoir. Après avoir été correspondante parlementaire à Québec pour l’émission Le Point de Radio-Canada, commentatrice à l’émission The Editors de PBS et reporter à l’émission The Fifth Estate de CBC, Francine Pelletier amorce une carrière de documentariste indépendante en 2001. Autrice de l’essai Second début : cendres et renaissance du féminisme (Atelier 10, 2014), elle enseigne le journalisme à l’Université Concordia depuis 2016.
francinepelletierleblog.com

 

Emmanuelle Sirois
Research Affiliate à l’Université de New York (NYU), doctorante en études et pratiques des arts à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), chercheuse et activiste
Diplômée de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), de l’Institut national de la recherche scientifique, de l’Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis et de l’Université libre de Bruxelles, Emmanuelle Sirois a enseigné les cours Théâtre et société et Théâtre et politique à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM. Elle a participé à l’école d’été ProArt de l’Université Ludwig-Maximilians de Munich. Elle a été chercheuse invitée à la City University of New York et fellow à l’édition 2017 de la Mellon School of Theater and Performance Research à l’Université Harvard, dont le thème était « Research, Pedagogy, Activism ». Doctorante en études et pratiques des arts, Emmanuelle Sirois est récipiendaire de la Bourse d’études supérieures du Canada Vanier. À titre d’activiste, elle a notamment participé à un cercle de lecture queer, cofondé l’UPop Montréal et fait partie du groupe féministe éphémère appelé Amazones.

MERCREDI 10 AVRIL 2019

12 h à 14 h – Dîner-causerie
HF (FRANCE) POUR L’ÉGALITÉ FEMMES-HOMMES DANS LA CULTURE : UN MOUVEMENT INSPIRANT

Marie-Eve Gagnon
Autrice et gestionnaire de l’Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD)
Marie-Ève Gagnon a écrit plus de 30 textes pour le théâtre et signé de nombreuses mises en scène en plus d’enseigner le jeu et l’écriture. Elle se définit comme une passionnée de la vie en mouvement et des processus créatifs. Elle a publié en 2009 une étude sur la place des autrices sur les scènes québécoises, Le rideau de verre, qui documente la place des femmes qui écrivent du théâtre et qui elle s’attarde au malaise suscité lorsqu’on avance que le sexe d’une personne peut influencer sa capacité à soutenir une carrière et à générer des revenus. Formée en mise en scène à l’École nationale de théâtre du Canada, elle complète en ce moment une maîtrise en droit du travail avec pour sujet les lois sur le statut de l’artiste à l’Université du Québec à Montréal. Très impliquée dans la vie associative, elle a fait partie de nombreux comités sur la place des femmes créatrices et sur les conditions socioéconomiques des artistes. Elle dirige présentement l’Association québécoise des auteurs dramatiques.
aqad.qc.ca

 

Penda Diouf
Autrice de théâtre, comédienne et directrice de bibliothèques
À l’âge de 19 ans, Penda Diouf écrit sa première pièce, Poussière, qui est sélectionnée par le bureau des lecteurs de la Comédie française pour la saison 2010. Depuis, elle a écrit plusieurs textes qui s’articulent autour de ses thèmes de prédilection : l’oppression, le patriarcat (Poussière), l’éco-féminisme (La grande Ourse) et la colonisation (Le symbolePistes…). Ses pièces ont été remarquées par Le Tarmac, le Théâtre de la Huchette, À mots découverts, la Comédie-Française, le Panta-théâtre et le Théâtre de la Tête Noire où elle a également reçu le prix du public lors du festival Text’Avril en 2018. Penda Diouf a cofondé le Label Jeunes textes en liberté, qui favorise l’émergence des auteurs et des autrices dramatiques contemporain·es et prône une meilleure représentativité de la diversité et de la parité sur la scène théâtrale française par le biais d’activités d’écriture et de lectures publiques.
jeunestextesenliberte.fr

 

Aurore Evain
Autrice, metteuse en scène, comédienne et chercheuse en histoire des femmes de théâtre
Aurore Evain a consacré une importante recherche à l’histoire du mot féminin « autrice », histoire passionnante sur plusieurs plans, car elle recoupe à la fois l’histoire de la langue, celle de la fonction d’auteur et les étapes de l’accès des femmes à la sphère publique en général et à la création en particulier, tout en permettant de mettre à bas certains préjugés concernant la soi-disant incongruité de ce féminin et son incapacité à désigner la femme qui écrit. Directrice artistique de la compagnie La Subversive et du collectif ARTLife, Aurore Evain porte un intérêt particulier aux rapports femmes-hommes et à la question du genre dans les arts du spectacle, notamment par la mise en valeur du matrimoine et des créatrices passées. Militante au sein du Mouvement HF pour l’égalité femmes-hommes dans les arts et la culture, elle est à l’initiative des journées du Matrimoine, dont la première édition a eu lieu en 2015.
lasubversive.org

 

Anne Morel van Hyfte
Comédienne, metteuse en scène, autrice et directrice artistique
Anne Morel van Hyfte est cofondatrice du Mouvement HF pour l’égalité femmes-hommes dans les arts et la culture de Poitou-Charentes et du Mouvement interrégional HF. Après une formation en droit et en études des idées politiques, elle entre au Conservatoire de Montpellier et obtient un DEA en études théâtrales au Campus Censier de Paris. Sa démarche artistique est axée autour du thème « intime et politique ». Elle poursuit depuis plusieurs années des recherches en art et en éducation artistique autour de la jeunesse, de la francophonie et des sciences, alors que sa connaissance du milieu professionnel et son engagement dans le Mouvement HF lui ont permis de développer des formations en autodéfense verbale. Elle est directrice artistique de la Compagnie Sans Titre qu’elle dirige depuis 23 ans, où elle croise des genres artistiques complémentaires (théâtre, danse, slam, arts numériques, etc.) et où elle explore les écritures contemporaines et les modes d’actions artistiques et pédagogiques.
ciesanstitre.com

 

Blandine Pélissier
Metteuse en scène, traductrice de théâtre contemporain et comédienne
En tant que metteuse en scène, traductrice et comédienne, Blandine Pélissier explore trois voies intimement liées à l’interprétation. Membre depuis 1997 de la Maison Antoine Vitez (Centre international de la traduction théâtrale), elle s’attache à découvrir et à faire connaître les auteurs et autrices contemporain·es reconnu·es ou émergent·es du domaine anglo-saxon. Elle a traduit plus d’une soixantaine de pièces, dont une quinzaine sont publiées aux éditions Théâtrales, chez L’Avant-scène Théâtre, chez Actes Sud-Papiers ou ont fait l’objet d’une production scénique ou radiophonique à France Culture. Blandine Pélissier est également élue administratrice théâtre à la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques SACD pour un mandat de 3 ans (2016-19). Féministe activiste, elle est cofondatrice du Mouvement HF pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la culture et membre du conseil d’administration de la Coordination française pour le Lobby Européen des Femmes. Elle s’attache à développer des liens entre le Mouvement HF et d’autres associations ou personnalités féministes en Europe.
lescrisdunombril.net

 

19 h à 21 h – Table ronde
DÉBOULONNER LES MYTHES

Francine Descarries
Professeure au Département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et directrice scientifique du Réseau québécois en études féministes (RéQEF).
Membre fondatrice de l’Institut de recherches et d’études féministes de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Francine Descarries est professeure au Département de sociologie de cette même institution et est, depuis 2011, directrice scientifique du Réseau québécois en études féministes (RéQEF). Autrice du premier ouvrage québécois sur la reproduction de la division sociale des sexes, Les cols roses–et l’école rose (Centrale de l’enseignement du Québec, 1980), ses champs de recherche sont les théories et les études féministes, le mouvement des femmes québécois, de même que les questions concernant le quotidien des femmes et la reproduction de la division sociale des sexes. L’UQAM lui a décerné en 2011 le Prix d’excellence en recherche pour l’ensemble de sa carrière et la Société royale du Canada, le Prix en études du genre en 2012 pour sa contribution à l’étude des rapports sociaux de sexe.

 

Anouk Bélanger
Chercheure et professeure au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
Sociologue et professeure au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal, Anouk Bélanger s’intéresse à la culture populaire ainsi qu’aux dynamiques d’action et de création. Codirectrice de l’axe « Mutation de la culture et des médias » du Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS), elle a cosigné l’étude 60 ans de télévision québécoise — Les réalisatrices du petit écran portant sur les parcours de femmes créatrices à la télévision. Chercheure au Réseau québécois en études féministes (RéQEF), elle s’intéresse à la construction des représentations médiatiques et artistiques et mène présentement un projet intitulé Les plateformes télévisuelles québécoises et leurs animatrices : quand la post-télévision et le postféminisme convergent.
dcsp.uqam.ca

 

Odile Joannette
Directrice générale du Wapikoni mobile
Odile Joannette œuvre depuis près de vingt ans à la défense et à la promotion des droits des peuples autochtones ainsi qu’à l’amélioration de leurs conditions de vie. Elle siège au conseil de l’Ordre de Montréal et compte parmi les quinze membres qui composent la Table sur la diversité, l’inclusion et la lutte contre les discriminations. Elle est aussi membre fondatrice et administratrice de DestiNATIONS : Carrefour International des Arts et Cultures des Peuples autochtones et du RÉSEAU pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone à Montréal. Elle siège également depuis peu au conseil d’administration du projet de Centre de santé des Autochtones de Montréal. Elle a été, de 2014 à 2018, directrice des partenariats et des communications au sein de la Commission responsable du développement des ressources humaines, de l’emploi et de la formation pour l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador. Elle est actuellement directrice générale du Wapikoni mobile, studio ambulant de formation et de création audiovisuelle et musicale dédié aux jeunes autochtones.
wapikoni.ca

 

Stéphane Martelly
Écrivaine, peintre, chercheuse et professeure affiliée en recherche-création au Département de théâtre de l’Université Concordia
Stéphane Martelly s’est adonnée très jeune à la création qui, depuis, est le centre autour duquel se sont organisées sa formation, ses activités et ses expériences. Elle a poursuivi des études universitaires en Haïti (Université Quisqueya, licence en sciences de l’éducation, options Lettres et Philosophie) puis à Montréal (Université de Montréal, maîtrise en études françaises; Ph.D. en littérature de langue française). Par une approche profondément transdisciplinaire qui fait se confronter théorie, réflexion critique et création, elle poursuit une démarche réflexive sur la littérature haïtienne contemporaine, sur la création, sur les marginalités littéraires ainsi que sur les limites de l’interprétation. Elle a publié l’essai Les jeux du dissemblable. Folie, marge et féminin en littérature haïtienne contemporaine (Éditions Nota Bene, 2016), le recueil de poésie Inventaires (Triptyque, 2016) et le livre-poème illustré L’enfant gazelle (Éditions du Remue-ménage, 2018). Stéphane Martelly est coordinatrice principale du Centre d’histoire orale et de récits numérisés et éditrice invitée aux Éditions du Remue-ménage.
ile-en-ile.org/martelly

 

Anne Morel van Hyfte
Comédienne, metteuse en scène, autrice et directrice artistique
Anne Morel van Hyfte est cofondatrice du Mouvement HF pour l’égalité femmes-hommes dans les arts et la culture de Poitou-Charentes et du Mouvement interrégional HF. Après une formation en droit et en études des idées politiques, elle entre au Conservatoire de Montpellier et obtient un DEA en études théâtrales au Campus Censier de Paris. Sa démarche artistique est axée autour du thème « intime et politique ». Elle poursuit depuis plusieurs années des recherches en art et en éducation artistique autour de la jeunesse, de la francophonie et des sciences, alors que sa connaissance du milieu professionnel et son engagement dans le Mouvement HF lui ont permis de développer des formations en autodéfense verbale. Elle est directrice artistique de la Compagnie Sans Titre qu’elle dirige depuis 23 ans, où elle croise des genres artistiques complémentaires (théâtre, danse, slam, arts numériques, etc.) et où elle explore les écritures contemporaines et les modes d’actions artistiques et pédagogiques.
ciesanstitre.com

JEUDI 11 AVRIL 2019

12 h à 14 h – Dîner-causerie
FEMMES ET MÉDIAS : PRÉSENCE ET REPRÉSENTATION

Marie-Ève Milot
Codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, autrice, metteuse en scène, comédienne et représentante des Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.)
Depuis sa sortie de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, Marie-Ève Milot s’investit viscéralement dans le milieu théâtral. Comme comédienne, elle ​prend part à plus d’une vingtaine de productions théâtrales et joue tant au cinéma qu’au petit écran. Elle est codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, actuellement en résidence à la salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. En mars 2018, elle signe une première mise en scène avec Chienne(s) et une seconde en mars 2019 avec Guérilla de l’ordinaire. En collaboration avec Marie-Claude St-Laurent et Marie-Claude Garneau, elle publie La Coalition de la Robe (Éditions du Remue-ménage, 2017). Membre active du groupe d’action des Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.), elle coécrit le « coup de gueule » Apprendre à compter du 164e numéro de la revue JEU, traitant de la sous-représentation des femmes dans le milieu théâtral, et ​participe à la création de documents de référence pour sensibiliser les élèves et le corps professoral à la sous-représentation des femmes ​ainsi qu’aux systèmes qui les invisibilisent.

 

Marie-Claude St-Laurent
Codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, autrice, comédienne et représentante des Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.)
Diplômée de l’École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, Marie-Claude St-Laurent est révélée au petit écran par la populaire émission jeunesse VRAK LA VIE. Elle fait aussi partie de la dernière saison de la série Les Sioui-Bacon. Sur scène, elle parcourt les écoles du Québec avec le spectacle Débranchée (Unplugged) et elle a notamment été des distributions de Chienne(s)Toc TocGreaseAller chercher demain et Motel des brumes. Elle a coécrit plusieurs pièces dont Walk-in ou Se marcher dedans (récipiendaire du prix Chapters du meilleur texte francophone en 2009), Cour à scrap : portrait d’une famille reconstituéeDébranchée (Unplugged) (finaliste au prix Louise-LaHaye en 2017), Chienne(s) et Guérilla de l’ordinaire. Ces deux dernières créations ont été présentées dans le cadre d’une résidence au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui en 2018 et 2019. En collaboration avec Marie-Ève Milot et Marie-Claude Garneau, elle publie La Coalition de la Robe (Éditions du Remue-ménage, 2017).

 

Nathalie Petrowski
Journaliste, scénariste et auteure
Nathalie Petrowski est journaliste et couvre la scène culturelle québécoise depuis plus de 40 ans. Elle a participé à de nombreuses émissions à la télé et à la radio en tant que commentatrice. Elle a provoqué et choqué comme peu de gens l’ont fait dans son métier, et on lui doit aussi les plus beaux portraits d’artistes et une grande quantité d’entrevues menées avec justesse. Récemment, elle a publié un texte dans Le Trente, magazine de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, dans lequel elle s’exprime sur la situation des femmes journalistes depuis les années 1970, et dévoile, après avoir longtemps cru qu’il n’y avait pas de sexisme dans sa profession, qu’elle reconnaît aujourd’hui la présence de nombreux biais inconscients. Dans ses temps libres elle a écrit quatre romans, la série télévisée Miss Météo et les scénarios des films Maman Last Call (d’après son roman du même nom) et Gerry. Elle planche présentement sur un nouveau scénario de fiction, tout en écrivant ses mémoires.
facebook.com/nathaliepetrowski

 

Stéfany Boisvert
Chercheuse postdoctorale au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
Dre Stéfany Boisvert est chercheuse postdoctorale au sein du Département de communication sociale et publique et chargée de cours à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal. Sa thèse de doctorat en communication porte sur la représentation des modèles de masculinité dans les séries télévisées nord-américaines contemporaines. Se spécialisant dans l’étude des médias audiovisuels, des nouvelles plateformes numériques et de la culture populaire, Stéfany Boisvert s’intéresse aussi tout particulièrement à la question de la diversité sexuelle et de genre dans les fictions médiatiques.
dcsp.uqam.ca

 

Nantali Indongo
Animatrice et chroniqueuse culturelle
Critique d’art pour CBC Montreal, elle est à la barre de l’émission culturelle The Bridge, qui braque les phares sur celles et ceux qui développent les milieux artistiques du Québec. Née de parents issus des Caraïbes qui, une fois au Canada, sont devenus militants par circonstance, Nantali Indongo devient à son tour militante de l’histoire des noir·es. Elle porte le flambeau dans les salles de classe, dans les communautés, dans les studios et sur scène, où elle « expose pour éduquer et rime pour réveiller ». Cofondatrice du projet éducatif Hip Hop Sans la Pop, une série d’ateliers informatifs et interactifs qui se penche sur les origines non violentes de la culture hip-hop, Nantali Indongo est aussi journaliste et conteuse. Sa raison d’être principale : repousser les limites de la conversation pour arriver à un stade où l’inspiration positive devient une action positive.
cbc.ca/mediacentre/bio/nantali-indongo

 

Marie-Claude Lortie
Journaliste, chroniqueuse et autrice
Marie-Claude Lortie est journaliste à La Presse depuis 1988, où elle est critique gastronomique depuis 2002 et chroniqueuse depuis 2006. Elle a publié pendant près de 10 ans le guide annuel Restos Montréal et publié, en 2014, le Carnet d’une urbaine à Toronto (Éditions La Presse). Elle est également coautrice de trois livres sur l’alimentation, contre la folie des régimes amaigrissants : Mangez! (Éditions La Presse, 2006), Manger, un jeu d’enfant (Éditions La Presse, 2008) et Kilos zen (Éditions La Presse, 2016), lauréat d’une médaille d’or au Taste Canada Awards 2017. Détentrice d’un baccalauréat en sciences politiques de l’Université McGill et d’une maîtrise de l’Université Stanford, Marie-Claude Lortie est féministe depuis les années 1980, au moment où le mouvement a connu un important recul dans les médias.

 

Francine Pelletier
Journaliste, chroniqueuse et documentariste
Journaliste depuis plus de 30 ans, Francine Pelletier est l’une des fondatrices et rédactrices en chef du magazine d’actualité féministe La Vie en rose (1980-87). Après le massacre de l’École Polytechnique de Montréal, le 6 décembre 1989, Francine Pelletier fait pression pour obtenir la diffusion publique de la lettre de suicide trouvée sur le tueur, ce qui sera finalement autorisé en novembre 2000. Elle a écrit pour plusieurs journaux (La Presse, The Gazette) et magazines (L’actualité, Maclean’s, Châtelaine) et signe, depuis 2013, une chronique hebdomadaire dans la page « Idées » du quotidien Le Devoir. Après avoir été correspondante parlementaire à Québec pour l’émission Le Point de Radio-Canada, commentatrice à l’émission The Editors de PBS et reporter à l’émission The Fifth Estate de CBC, Francine Pelletier amorce une carrière de documentariste indépendante en 2001. Autrice de l’essai Second début : cendres et renaissance du féminisme (Atelier 10, 2014), elle enseigne le journalisme à l’Université Concordia depuis 2016.
francinepelletierleblog.com

 

19 h à 21 h – Table ronde
PRATIQUES THÉÂTRALES : DE NOUVEAUX TERRITOIRES

Jessie Mill
Conseillère artistique et dramaturge au Festival TransAmériques (FTA), critique et éditrice
Jessie Mill est dramaturge et conseillère artistique à la programmation du Festival TransAmériques depuis 2014. Elle y met notamment en place des dispositifs de rencontres et de transmission, dont les Cliniques dramaturgiques, service dédié à la communauté artistique et au développement des pratiques. De plus, elle accompagne des créations scéniques, réalise plusieurs entretiens avec des artistes et enseigne à l’occasion. Membre du comité de rédaction de la revue Liberté et codirectrice de son cahier critique, Jessie Mill écrit autour des spectacles et sur les enjeux des arts de la scène. Entre 2010 et 2014, elle a occupé le poste de conseillère aux projets internationaux au Centre des auteurs dramatiques, organisme avec lequel elle collabore toujours à titre de conseillère dramaturgique associée.
fta.ca
revueliberte.ca

 

Marie Brassard
Comédienne, auteure et metteure en scène
Après sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec, Marie Brassard travaille pendant 15 ans aux côtés de Robert Lepage. En 2001, elle amorce une carrière solo en fondant sa propre compagnie de production, Infrarouge, dont elle assume la direction artistique. En étroite collaboration avec des musiciens et artistes visuels, elle créé des spectacles aux atmosphères surréalistes dans lesquels la vidéo, la lumière et le son occupent une place prépondérante. Entrelaçant les voix et les musiques et traversant les niveaux de réalité, ses productions nous mènent dans un monde où la frontière entre privé et public s’estompe et la relation entre les êtres humains et la technologie devient intime. Sa signature unique de créatrice a fait d’elle une voix singulière dans le paysage théâtral contemporain. Ses pièces ont été présentées et accueillies chaleureusement dans une vingtaine de pays en Amérique et en Europe, mais aussi en Australie et au Japon. Elle travaille occasionnellement dans le milieu de la danse et elle joue parfois au cinéma. En 2016, elle est décorée de l’Ordre des arts et des lettres du Québec.
infrarouge.org

 

Micheline Chevrier
Directrice artistique et générale d’Imago Théâtre, metteuse en scène et dramaturge
Depuis plus de trente ans, Micheline Chevrier travaille au Canada et à l’étranger. Elle a notamment œuvré comme metteuse en scène en Ontario (Shaw Festival, Young People’s Theatre, Théâtre français de Toronto, Centre national des Arts du Canada), en Alberta (Theatre Calgary, UniThéâtre), au Manitoba (Royal Manitoba Theatre Centre), au Nouveau-Brunswick (Theatre New Brunswick) et au Québec (Centaur Theatre, Centre Segal, Geordie Productions, Imago Théâtre) ainsi que pour BeMe Productions (Barcelone et Munich). Directrice artistique du Great Canadian Theatre Company à Ottawa de 1995 à 2000, elle se joint à Imago Théâtre en 2011 comme directrice adjointe et en devient la directrice générale et artistique en 2013. Elle a reçu plusieurs prix pour ses productions et mises en scène, dont le Betty Mitchell Award (Calgary), le Capital Critics Awards (Ottawa), le Dora Mavor Moore Award (Toronto) et le Montreal English Theatre Awards (2014, Montréal).
imagotheatre.ca

 

Marilou Craft et Philippe Dumaine
Membres du collectif projets hybris
projets hybris est une compagnie de création queer et féministe dont le terrain d’activité se situe dans l’incertitude des rencontres, dans l’éphémère des croisements et dans le choc des disciplines. À travers des projets éminemment politiques, le collectif pose un regard critique sur les enjeux de la marginalisation des individus, des savoirs, des histoires et des sociétés. Les œuvres de projets hybris infiltrent des réseaux variés — théâtres, galeries d’art contemporain, scènes alternatives, universités — qui en retour poussent son travail vers des formes toujours plus hybrides. Parmi les créations récentes de la compagnie, notons Youngnesse (La Chapelle, scènes contemporaines, 2018; OFFTA, 2016), Propositions for the AIDS Museum (La Chapelle, scènes contemporaines, 2017; Festival Phénomena 2014), thegiftsofthegifted (Fondation Phi pour l’art contemporain, 2018) et i await the devil’s coming (OFFTA, 2017). Marilou Craft œuvre dans le milieu des arts vivants à titre de conseillère artistique et dramaturgique, d’autrice et de performeuse. Philippe Dumaine est historien de l’art, commissaire et metteur en scène. Elle·il codirigent projets hybris avec Antoine Beaudoin Gentes et Danièle Simon.
projetshybris.org

 

Émilie Monnet
Directrice artistique de Scène contemporaine autochtone et des Productions Onishka, créatrice pluridisciplinaire, metteure en scène et comédienne
Au croisement entre le théâtre, la performance et les arts médiatiques, la pratique d’Émilie Monnet s’articule autour des questions d’identité, de mémoire, d’histoire et de transformation. Ses œuvres privilégient les processus de création collaboratifs et sont présentées le plus souvent sous forme de théâtre interdisciplinaire ou de spectacle immersif. Artiste en résidence au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui de 2018 à 2021, elle y a présenté en octobre 2018 sa dernière création, Okinum. Depuis 2016, elle produit Scène contemporaine autochtone, une plateforme pour la diffusion des arts vivants autochtones, dont la prochaine édition festival sera présentée à Édimbourg en Écosse, en août prochain. Émilie a grandi en Outaouais et en Bretagne; elle vit actuellement à Tiohtià:ke/Mooniyaang/Montréal.
onishka.org

 

Lisa Ndejuru
Artiste et chercheure transdisciplinaire, psychothérapeute et psychodramatiste
Lisa Ndejuru est candidate au doctorat transdisciplinaire à l’Université Concordia. Elle est une praticienne chevronnée du Théâtre Playback et a elle cofondé le Living Histories Ensemble, basé à Montréal. Née au Rwanda, elle a soutenu la diaspora rwandaise en Amérique du Nord pendant plus de 20 ans en tant qu’organisatrice, chercheure et militante. Elle cherche par les arts et à travers la narration, le jeu, la recherche-création et le théâtre, comment faire sens individuellement et collectivement après des violences politiques de grande échelle. L’oralité (storytelling) joue un rôle de plus en plus important et significatif dans la pratique contemporaine de l’art, et c’est peut-être encore plus vrai dans les cercles féministes transnationaux. Cette pratique artistique donne la parole aux personnes déplacées par la guerre, le génocide et autres violations des droits de la personne. L’intégration du récit personnel dans le contexte du storytelling comme art contemporain offre aux artistes et à leur public l’occasion d’activer et d’apprécier le potentiel de l’art comme voie de témoignage.
histoiresdeviemontreal.ca/fr/th%C3%A9%C3%A2tre-playback.html

VENDREDI 12 AVRIL ET SAMEDI 13 AVRIL 2019

(Journées réservées aux professionnel·les)

9 h à 16 h 30 – Ateliers collaboratifs
COMMENT ÊTRE DES ALLIÉ·ES?

Ezra Bridgman
Designer et facilitateur d’expériences d’apprentissage
Fasciné par l’éclosion du potentiel transformateur dans les contextes de groupe, Ezra Bridgman est particulièrement sensible aux réalités queer et à l’accessibilité sous toutes ses formes. Formé en communication et relations humaines, coaching personnel et professionnel ainsi qu’en gestion d’innovation sociale, il intègre l’improvisation et l’humour dans son travail de facilitation afin de rassembler des personnes diverses et de susciter la créativité et la connexion. Ezra Bridgman a notamment travaillé pour C2 Montréal, le Cirque du Soleil, Percolab et E-180.

 

Anne-Laure Mathieu
Stratège en innovation et designer d’événements collaboratifs
Depuis près de 20 ans, Anne-Laure Mathieu travaille dans le secteur culturel québécois et international. De la direction des communications à la direction de projets internationaux, elle a travaillé de nombreuses années au sein de festivals, marchés et congrès en arts de la scène, littérature et cinéma, mais aussi dans le secteur social. Consultante en innovation depuis 2014, elle place l’humain dans son environnement. La créativité et le sens sont au cœur de sa pensée et de ses actions. Grâce aux techniques de Design thinking et d’intelligence collective, elle conçoit des événements collaboratifs transformateurs, accompagne les organismes dans le développement de leurs capacités d’adaptation dans un monde en mutation et dirige des projets d’innovation. Au nombre de ses dernières missions, elle a notamment accompagné la Biennale Cinars 2018, Postmarginal, le Théâtre Bouches Décousues, 6 Degrés Toronto 2018, l’Usine C, Slam Montréal, le Festival en chanson de Petite-Vallée et le Laissez-passer culturel dans leurs désirs de relever de nouveaux défis.
annelauremathieu.com

 

Lisa Ndejuru
Artiste et chercheure transdisciplinaire, psychothérapeute et psychodramatiste
Lisa Ndejuru est candidate au doctorat transdisciplinaire à l’Université Concordia. Elle est une praticienne chevronnée du Théâtre Playback et a elle cofondé le Living Histories Ensemble, basé à Montréal. Née au Rwanda, elle a soutenu la diaspora rwandaise en Amérique du Nord pendant plus de 20 ans en tant qu’organisatrice, chercheure et militante. Elle cherche par les arts et à travers la narration, le jeu, la recherche-création et le théâtre, comment faire sens individuellement et collectivement après des violences politiques de grande échelle. L’oralité (storytelling) joue un rôle de plus en plus important et significatif dans la pratique contemporaine de l’art, et c’est peut-être encore plus vrai dans les cercles féministes transnationaux. Cette pratique artistique donne la parole aux personnes déplacées par la guerre, le génocide et autres violations des droits de la personne. L’intégration du récit personnel dans le contexte du storytelling comme art contemporain offre aux artistes et à leur public l’occasion d’activer et d’apprécier le potentiel de l’art comme voie de témoignage.
www.histoiresdeviemontreal.ca/fr/th%C3%A9%C3%A2tre-playback.html

 

Marie Jasmin
Designer d’interaction
Avec 15 ans d’expérience, Marie Jasmin est spécialiste en design d’interaction (UI-UX) vidéoludique. Sa carrière débute dans le domaine du Web, à la maison de disques Audiogram où elle participe à mener à bien la transition de l’objet physique, le disque, vers le monde digital. Dans le feu de l’action, elle y acquiert également des compétences en gestion du changement. Marie Jasmin se joint à l’industrie vidéoludique chez Ubisoft en 2008, où elle se bâtit un portfolio de réalisations diversifiées incluant la conception du mouvement (motion design) sur le jeu Assassin’s Creed 2, la recherche et le développement sur des interfaces Kinect, le design d’outils de production et la gestion d’équipes créatives. Elle est maintenant spécialiste en design d’interfaces chez Bethesda à Montréal. Elle est aussi militante pour la place des femmes et pour la diversité des équipes en technologies informatiques.
bethesda.net/fr/games

 

Dorothy Rhau
Humoriste, présidente d’Audace au Féminin et directrice générale du Salon International de la Femme Noire (SIFN)
Née à Montréal et d’origine haïtienne, Dorothy Rhau s’est d’abord fait connaître en tant qu’humoriste. Première femme noire humoriste francophone au Québec et au Canada, elle écrit et présente son premier one-woman-show, Recto-Verso, en 2012. Son spectacle 100 % cacao est présenté l’année suivante dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs, et elle fait partie, cette même année, de la distribution de Stand Up Ladies, le premier spectacle d’humour au féminin en Haïti. En juillet 2018, Dorothy Rhau décide de se concentrer sur l’organisme à but non lucratif Audace au Féminin, qui organise le Salon International de la Femme Noire (SIFN), un nouveau projet d’entrepreneuriat social, dont la première édition a eu lieu en juin 2018 à la Place Bonaventure. Audace au Féminin vise à contribuer à l’émancipation, l’éducation et l’enrichissement des femmes noires. En ce sens, l’événement s’efforce de mettre en lumière la femme noire qui brille dans l’ombre.
sifn-montreal.com

 

Cathy Wong
Présidente du conseil municipal de la Ville de Montréal et conseillère de ville dans le district Peter-McGill (centre-ville de Montréal)
Diplômée en droit, Cathy Wong est la première femme présidente du conseil municipal de la Ville de Montréal et la première personne d’origine chinoise élue à Montréal. En 2013, elle est également devenue la plus jeune présidente du Conseil des Montréalaises. Auparavant, elle a occupé le poste d’agente de développement jeunesse pour les YMCA du Québec. Ses nombreux engagements lui ont valu, en 2009, le prix Hommage bénévolat-Québec. Elle est également lauréate du prix Femmes de mérite du Y des femmes de Montréal (2014), du prix Personnalité de la diversité de l’agence de presse Médiamosaïque (2014), du prix Reconnaissance dans la catégorie « Jeune professionnel » de la Young Chinese Professional Association (2016), du prix Administrateur de la relève du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (2016) et du Prix de la relève du Conseil de diplômés de l’Université du Québec à Montréal (2016).