Les chercheuses du RéQEF

En 2017, le Regroupement de Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.) lançait dans l’espace public des constats frappants : de 2012 à 2017, sur les scènes francophones, des 151 pièces à Montréal et Québec qui ont été entièrement produites par les théâtres où elles ont été présentées, seulement 19 % des textes et 19 % des mises en scène ont été confiés à des femmes.

À l’automne 2019, à l’invitation d’ESPACE GO, ce regroupement s’alliait à des chercheuses du Réseau québécois en études féministes (RéQEF) afin de poursuivre le portrait des saisons théâtrales de 2017 à 2019 et d’approfondir le portrait de la présence des femmes sur la scène théâtrale. Regroupement stratégique de chercheuses universitaires et des milieux de pratique, le RéQEF, dont le mandat est de soutenir le développement et le rayonnement des études féministes, de genre et sur les femmes au Québec, s’identifie comme un partenaire logique du chantier féministe proposé par ESPACE GO.

 

Anouk Bélanger
Chercheure et professeure au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
Sociologue et professeure au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal, Anouk Bélanger s’intéresse à la culture populaire ainsi qu’aux dynamiques d’action et de création. Codirectrice de l’axe « Mutation de la culture et des médias » du Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS), elle a cosigné l’étude 60 ans de télévision québécoise — Les réalisatrices du petit écran portant sur les parcours de femmes créatrices à la télévision. Chercheure au Réseau québécois en études féministes (RéQEF), elle s’intéresse à la construction des représentations médiatiques et artistiques et mène présentement un projet intitulé Les plateformes télévisuelles québécoises et leurs animatrices : quand la post-télévision et le postféminisme convergent.
dcsp.uqam.ca

 

Stéfany Boisvert
Chercheuse postdoctorale au Département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)
Dre Stéfany Boisvert est chercheuse postdoctorale au sein du Département de communication sociale et publique et chargée de cours à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal. Sa thèse de doctorat en communication porte sur la représentation des modèles de masculinité dans les séries télévisées nord-américaines contemporaines. Se spécialisant dans l’étude des médias audiovisuels, des nouvelles plateformes numériques et de la culture populaire, Stéfany Boisvert s’intéresse aussi tout particulièrement à la question de la diversité sexuelle et de genre dans les fictions médiatiques.
dcsp.uqam.ca

 

Francine Descarries
Professeure au Département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et directrice scientifique du Réseau québécois en études féministes (RéQEF).
Membre fondatrice de l’Institut de recherches et d’études féministes de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Francine Descarries est professeure au Département de sociologie de cette même institution et est, depuis 2011, directrice scientifique du Réseau québécois en études féministes (RéQEF). Autrice du premier ouvrage québécois sur la reproduction de la division sociale des sexes, Les cols roses–et l’école rose (Centrale de l’enseignement du Québec, 1980), ses champs de recherche sont les théories et les études féministes, le mouvement des femmes québécois, de même que les questions concernant le quotidien des femmes et la reproduction de la division sociale des sexes. L’UQAM lui a décerné en 2011 le Prix d’excellence en recherche pour l’ensemble de sa carrière et la Société royale du Canada, le Prix en études du genre en 2012 pour sa contribution à l’étude des rapports sociaux de sexe.

 

Julie Ravary-Pilon
Chercheuse et chargée de cours à l’Université de Montréal
Julie Ravary-Pilon est stagiaire postdoctorale à l’Institut de recherches et d’études féministes et au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises de l’Université du Québec à Montréal. Elle est chargée de cours au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques à l’Université de Montréal. Elle agit également à titre de membre du comité de rédaction de la revue universitaire Nouvelles vues et elle est vice-présidente à la Film Studies Association of Canada. Son livre Femmes, nation et nature dans le cinéma québécois est paru en octobre 2018 aux Presses de l’Université de Montréal. Julie Ravary-Pilon s’intéresse plus particulièrement à la création et aux représentations des femmes dans les sphères culturelles au Québec.
iref.uqam.ca
histart.umontreal.ca
filmstudies.ca