Horaire

Lundi 8 avril 2019

PRISE DE PAROLES D’ARTISTES
(Soirée d’ouverture)

PRÉSENTATRICE DE LA SOIRÉE
Florence Blain Mbaye
Comédienne

18 h 30
MOTS DE BIENVENUE

Martine Turcotte
Présidente, direction du Québec, Bell et présidente du conseil d’administration d’ESPACE GO
(Mot lu par la comédienne Sophie Cadieux)

Nathalie Maillé
Directrice générale du Conseil des arts de Montréal

Elkahna Talbi
Autrice, poétesse, artiste de spoken word et comédienne et membre du comité directeur

Mayi-Eder Inchauspé
Directrice de l’administration et des ressources humaines d’ESPACE GO et membre du comité directeur

 

18 h 40
OÙ SONT LES FEMMES ARTISTES EN THÉÂTRE?

L’élaboration du chantier féministe sur la place des femmes en théâtre a bénéficié de l’expertise et de l’implication des représentantes des Femmes pour l’Équité en Théâtre (F.E.T.) et de l’apport des chercheuses montréalaises associées au Réseau québécois en études féministes (RéQEF) pour coordonner une première exploration de statistiques.

Ce premier chantier féministe s’ouvre sur les constats des chercheuses et donne la parole à des artistes phares du mouvement des F.E.T.

PRISE DE PAROLES DU COMITÉ DIRECTEUR (SOUS-COMITÉ RECHERCHE)

Marie-Ève Milot
Codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, autrice, metteuse en scène, comédienne et représentante des F.E.T. au sein du comité directeur

Marie-Claude St-Laurent
Codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, autrice, comédienne et représentante des F.E.T. au sein du comité directeur

PRISE DE PAROLES DES F.E.T.

Marilyn Perreault
Autrice, metteuse en scène, comédienne, codirectrice artistique et générale du Théâtre I.N.K., codirectrice artistique du Théâtre Aux Écuries et membre des F.E.T.

Pascale Rafie
Autrice, professeure, médiatrice culturelle et membre des F.E.T.

 

19 h 30 à 21 h
PRISE DE PAROLES D’ARTISTES : PARCOURS ET VISION DE TROIS FEMMES D’EXCEPTION

ANIMATRICE
Myriam Fehmiu
Journaliste culturelle et animatrice

INTERVENANTES
Brigitte Haentjens
Metteure en scène, directrice artistique du théâtre français du Centre national des Arts et directrice générale et artistique de SIBYLLINES

Suzanne Lebeau
Auteure et cofondatrice du Carrousel, compagnie de théâtre

Zab Maboungou
Artiste-chorégraphe et interprète, professeure de philosophie et autrice, fondatrice de Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata

FINALE
Inès Talbi
et Virginie Reid (au piano)

Mardi 9 avril 2019

12 h à 14 h – Dîner-causerie
POURQUOI LE MASCULIN DEVRAIT-IL L’EMPORTER SUR LE FÉMININ?

La langue intégrait davantage les femmes il y a 400 ans. En effet, on accordait une phrase selon le ­genre­ du mot le plus proche. Ainsi, des hommes et des femmes pouvaient se montrer généreuses.

Pourquoi le masculin est-il considéré comme neutre et l’emporte-t-il sur le féminin? D’où vient cette règle de grammaire? Quelles valeurs véhicule-t-elle aux enfants, garçons et filles, dès leur entrée à l’école primaire? Et si l’atteinte de l’égalité passait aussi par des changements grammaticaux, typographiques et syntaxiques apportés à la langue française? L’écriture inclusive et ses différentes déclinaisons (féminisation du vocabulaire, les langages épicène, non sexiste et dégenré) soulèvent des passions dans l’actualité et l’opinion publique. Ce mouvement sociolinguistique en marche depuis quarante ans entre bel et bien dans une ère nouvelle.

Comment s’y retrouver et s’outiller? Chercheuses et linguistes nous éclairent sur ces enjeux, sur les différentes écoles de pensées, et aussi sur les techniques de communication inclusive déjà mises en place dans plusieurs universités et organismes gouvernementaux.

MOT DE BIENVENUE
Laurence Haguenaeur
Consule générale de France à Québec

MODÉRATRICE
Sandrine Bourget-Lapointe
Formateurice en écriture inclusive

INTERVENANTES
Julie Auger
Professeure agrégée de linguistique au département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal

Aurore Evain
Autrice, metteuse en scène, comédienne et chercheuse en histoire des femmes de théâtre

Céline Labrosse
Linguiste-chercheure et auteure de Pour une langue française non sexiste et de Pour une grammaire non sexiste

 

19 h à 21 h – Table ronde
L’HISTOIRE DE LA PRISE DE PAROLES DES FEMMES : VOIR AUTREMENT

Du récit d’un certain âge d’or du féminisme au Québec à aujourd’hui, de celui des luttes des femmes autochtones, celui du racisme systémique dans notre société dite ouverte et progressiste, à notre ignorance des accomplissements des femmes de théâtre qui nous ont ouvert les chemins, cette table ronde lève les voiles sur l’Histoire « officielle ».

Quatre penseuses posent leurs regards vifs, sincères et inédits sur l’histoire de la prise de parole des femmes et sur ce que veut dire être une femme dans le Québec actuel. Quelles leçons tirer de l’Histoire et comment les transmettre adéquatement? Par quels moyens écrire l’Histoire au regard des femmes?

MODÉRATEUR
Alexandre Cadieux
Chargé de cours et doctorant en théâtre à l’Université du Québec à Montréal

INTERVENANTES
Widia Larivière
Cofondatrice de l’organisation Mikana et coinitiatrice de la branche québécoise du mouvement Idle No More

Émilie Nicolas
Chroniqueuse, consultante et anthropologue

Francine Pelletier
Journaliste, chroniqueuse au quotidien Le Devoir et documentariste

Emmanuelle Sirois
Research Affiliate, New York University et doctorante en études et pratiques des arts à l’Université du Québec à Montréal

Mercredi 10 avril 2019

12 h à 14 h – Dîner-causerie
HF (FRANCE) POUR L’ÉGALITÉ FEMMES-HOMMES DANS LA CULTURE : UN MOUVEMENT INSPIRANT

En 2006 et 2009, deux rapports commandés à Reine Prat par le Ministère de la Culture de la France ont fait état de la réalité concernant les questions d’égalité entre les femmes et les hommes dans le milieu des arts et de la culture en France. Les constats font l’effet d’une bombe révélant à l’opinion publique de criantes discriminations dont on ne soupçonnait pas l’ampleur. Ce travail fait l’objet d’un écho médiatique exceptionnel. Le Mouvement entre alors en scène et est aussitôt qualifié « d’événement » en raison de son caractère spontané et inattendu. Il compte aujourd’hui 14 collectifs régionaux. Au cours de ce dîner-causerie, des artistes et figures de proue de ce mouvement partagent l’histoire du Mouvement HF, leurs expertises et leurs expériences.

MODÉRATRICE
Marie-Ève Gagnon
Autrice et gestionnaire de l’Association québécoise des auteurs dramatiques (AQAD)

INTERVENANTES
Penda Diouf
Autrice de théâtre, comédienne et directrice de bibliothèques

Aurore Evain
Autrice, metteuse en scène, comédienne et chercheuse en histoire des femmes de théâtre

Anne Morel van Hyfte
Comédienne, metteuse en scène, directrice artistique de la compagnie Sans titre et cofondatrice du mouvement HF Poitou-Charentes et du mouvement interrégional HF

Blandine Pélissier
Metteuse en scène, traductrice de théâtre contemporain et comédienne

 

19 h à 21 h – Table ronde
DÉBOULONNER LES MYTHES

Le discours de « l’égalité-déjà-là » ou sa variante « à quelques exceptions près, il n’y aurait plus d’inégalités entre les femmes et les hommes » est largement véhiculé dans notre société québécoise. La preuve? L’égalité entre les sexes est un pilier de notre démocratie. D’ailleurs, nos gouvernements en font une priorité. Comment alors expliquer qu’un si grand écart demeure entre le principe de l’égalité des sexes et les réalités vécues par les femmes? Chercheuses, penseuses, écrivaines, artistes de différents horizons discutent des mythes et des préjugés qui perdurent et qui renvoient aux femmes, encore aujourd’hui, toute la responsabilité d’accéder à une réelle égalité de fait.

MODÉRATRICE
Francine Descarries
Professeure au département de sociologie et directrice scientifique du Réseau québécois en études féministes (RéQEF)

INTERVENANTES
Anouk Bélanger
Chercheure et professeure au département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal

Odile Joannette
Directrice générale, Wapikoni mobile

Stéphane Martelly
Écrivaine et professeure affiliée au département de théâtre de l’Université Concordia

Anne Morel van Hyfte
Comédienne, metteuse en scène, directrice artistique de la compagnie Sans titre et cofondatrice du mouvement HF Poitou-Charentes et du mouvement interrégional HF

Jeudi 11 avril 2019

12 h à 14 h – Dîner-causerie
FEMMES ET MÉDIAS : PRÉSENCE ET REPRÉSENTATION

Les médias mettent quotidiennement en scène la réalité, en tracent les contours, distribuent les étiquettes et fixent les codes de notre société. Ce dîner-causerie évoque les obstacles que doivent franchir les femmes artistes dans leur relation avec les médias, se penche sur la couverture de leurs œuvres et présente les termes employés pour aborder leur parcours professionnel, leur apparence, leur âge.

Quelle est la place accordée aux femmes dans les médias? Quelles contraintes rencontrent-elles, tant comme sujets que productrices d’informations et de contenus? Existe-t-il une culture inconsciente à double standard selon le genre? Une chercheuse et des journalistes apportent, avec lucidité et discernement, des éléments de réponses et de réflexions à nos interrogations.

MOT D’OUVERTURE
Marie-Ève Milot
Codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, autrice, metteuse en scène, comédienne et représentante des F.E.T. au sein du comité directeur

Marie-Claude St-Laurent
Codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée, autrice, comédienne et représentante des F.E.T. au sein du comité directeur

MODÉRATRICE
Nathalie Petrowski
Journaliste, scénariste et auteure

INTERVENANTES
Stéfany Boisvert
Chercheuse postdoctorale au département de communication sociale et publique à l’Université du Québec à Montréal

Nantali Indongo
Animatrice de l’émission culturelle The Bridge et chroniqueuse culturelle à CBC Montreal (radio, télé)

Marie-Claude Lortie
Chroniqueuse à La Presse

Francine Pelletier
Journaliste, chroniqueuse au quotidien Le Devoir et documentariste

 

19 h à 21 h – Table ronde
PRATIQUES THÉÂTRALES : DE NOUVEAUX TERRITOIRES

Fini l’audace sur la scène québécoise? On assiste au Québec à l’explosion de dramaturgies et de formes novatrices. L’écriture de plateau croise tous les langages et sort le théâtre de ses « niches ». Aujourd’hui, le théâtre s’intéresse à la crise de la démocratie occidentale, à la question des genres, des identités et de l’authenticité. Il s’expose à des lectures couramment politiques, postcoloniales, queer, féministes. Le théâtre de l’oralité (storytelling) joue un rôle de plus en plus important et significatif dans la pratique contemporaine de l’art.

Quelles sont ces pratiques artistiques qui donnent prise à une réflexion sur l’avenir des formes qu’initient des femmes et des hommes dont les valeurs féministes, plus que d’être le sujet de leurs œuvres, se situent au fondement même de leurs démarches?

MODÉRATRICE
Jessie Mill
Conseillère artistique et dramaturge au Festival TransAmériques, critique et éditrice

INTERVENANT·ES
Marie Brassard
Comédienne, auteure et metteure en scène

Micheline Chevrier
Directrice artistique et générale d’Imago Théâtre, metteuse en scène et dramaturge

Marilou Craft et Philippe Dumaine
Membres du collectif projets hybris

Émilie Monnet
Directrice artistique de Scène contemporaine autochtone, créatrice pluridisciplinaire, metteure en scène et comédienne

Lisa Ndejuru
Artiste et chercheure transdisciplinaire, psychothérapeute et psychodramatiste

Vendredi 12 avril et samedi 13 avril 2019

(Journées réservées aux professionnel·les)

9 h à 16 h 30 – Ateliers collaboratifs
COMMENT ÊTRE DES ALLIÉ·ES?

Comment faire pour que les réalités limitatives vécues par les femmes ne soient pas uniquement le combat des femmes? Les constats sont clairs. La plupart des obstacles aussi. Comment alors aller de l’avant et façonner ensemble l’avenir de la profession?

Durant deux jours, les ateliers collaboratifs sollicitent la contribution de toutes les personnes du milieu; celles qui œuvrent à la création, à la production, à la diffusion et à la formation théâtrales, celles qui sont engagées dans son apprentissage, celles qui participent à la réflexion sur les pratiques artistiques, de même que celles qui travaillent au sein des organismes de services et des conseils des arts.

Les ateliers du vendredi sont consacrés à regarder par de nouvelles fenêtres les réalités des femmes en théâtre et à cibler collectivement les défis prioritaires de notre milieu pour activer le changement.

Les ateliers du samedi sont dédiés à développer des idées tangibles à fort impact, à identifier des relais porteurs pour que le formidable potentiel des talents des femmes et leurs compétences participent pleinement à l’évolution de notre art et au succès de nos compagnies théâtrales.

Les professionnel·les du milieu aux esprits curieux, créatifs, rebelles, vifs et bienveillants sont invité·es à libérer leurs paroles, à écouter autrement et à co-construire des solutions concrètes dans le milieu théâtral.

Facilité par des techniques d’intelligence collective et de conception créative (design thinking), ces deux jours de travail mêlant coopération et créativité seront consacrés plus particulièrement à répondre aux questions élaborées par le comité directeur1 :

  • Comment déployer les leaderships des femmes en théâtre?
  • Comment assurer la visibilité des femmes en théâtre?
  • Comment valoriser la conciliation vie personnelle/vie professionnelle?

Note importante : Les deux journées de travail sont interreliées et présentent une succession d’étapes précises qui demandent une cohésion de groupe importante. C’est pourquoi on ne peut pas assister qu’à une demi-journée. Votre présence est fortement souhaitée pour l’intégralité de ces deux journées d’ateliers.

INSPIRATRICES
Marie Jasmin
Designer d’interaction

Dorothy Rhau
Humoriste, présidente d’Audace au Féminin et directrice générale du Salon International de la Femme Noire (SIFN)

Cathy Wong
Présidente du conseil municipal de la Ville de Montréal et conseillère de ville dans le district Peter-McGill (centre-ville de Montréal)

MODÉRATRICES ET MODÉRATEUR
Ezra Bridgman
Designer et facilitateur d’expériences d’apprentissage

Anne-Laure Mathieu
Stratège en innovation et designer d’événements collaboratifs

Lisa Ndejuru
Artiste et chercheure transdisciplinaire, psychothérapeute et psychodramatiste

1 La question du harcèlement en milieu culturel ne sera finalement pas abordée lors de ce premier chantier féministe. Le comité directeur se propose plutôt de l’aborder sous une autre forme lors d’une édition Sentinelle à venir. Une ressource existe déjà pour aborder les situations de harcèlement en milieu culturel, L’Aparté.