MANIFESTE DE LA JEUNE-FILLE

Texte et mise en scène : Olivier Choinière

Avec Marc Beaupré + Stéphane Crête + Maude Guérin + Emmanuelle Lussier-Martinez + Joanie Martel + Monique Miller + Gilles Renaud

Assistance à la mise en scène : Stéphanie Capistran-Lalonde
Décor : Max-Otto Fauteux
Lumières : Marc Parent
Costumes : Elen Ewing
Vidéo : Michel Antoine Castonguay
Musique : Éric Forget
Accessoires : Clélia Brissaud
Maquillages et coiffures : Sylvie Rolland Provost
Assistance aux costumes : Chantal Bachand

Une coproduction ESPACE GO + L’ACTIVITÉ

 

« Être aimé, c’est gagner des vacances toutes payées. Et faire l’amour, ça fait maigrir. »

– La Jeune-Fille

 

Sept top-modèles paradent en toute légèreté, en toute insouciance. On s’informe des projets de voyage de l’un, on s’excite des récents achats de l’autre, on partage des histoires d’amour pour exister. Chacun propose sa recette pour être heureux. Mais il suffit de gratter le vernis en surface pour se rendre compte que le moindre doute, le moindre inconfort les font se décomposer. Qu’importe, on change de peau et on cherche son bonheur ailleurs. N’est-ce pas là une bonne occasion de changer de garde-robe?

La pièce MANIFESTE DE LA JEUNE-FILLE a pour point de départ les magazines féminins, qui mettent en scène un modèle féminin idéal, qui est également un modèle de consommateur idéal qu’on appelle la Jeune-Fille*. La Jeune-Fille n’a ni sexe ni âge. Elle trouve satisfaction dans le fait de n’être qu’une image et de s’exprimer à coups de publicités. Elle chante la gloire du marché et étale avec joie son bonheur consommé. La Jeune-Fille, c’est moi. La Jeune-Fille, c’est vous. Parce que nous le valons bien!

Avec cette nouvelle création, l’auteur et metteur en scène Olivier Choinière se penche aujourd’hui sur la parole publique, sur tous les discours qui nous habitent et nous traversent et qui voudraient se faire passer pour de vraies idées : conversations de coin de rue, publicités, réseaux sociaux, médias, allocutions politiques, autant de voix qui cherchent à nous convaincre et à susciter notre adhésion.

Depuis 1998, Olivier Choinière bouscule les acquis du théâtre en s’interrogeant, entre autres, sur la place qu’occupe le spectateur à l’intérieur même de la représentation. Son œuvre, dont la qualité est saluée par de nombreux prix, notamment le prestigieux prix Siminovitch, dresse le constat de l’envahissement du spectaculaire dans nos vies et pointe du doigt les dérives de notre époque. Avec MANIFESTE DE LA JEUNE-FILLE, il propose un projet théâtral ludique et subversif qui témoigne de son inquiétude devant une société où toute forme de discours, même la plus contestataire, se retrouve inévitablement récupérée.

* Expression tirée des Premiers matériaux pour une théorie de la Jeune-Fille (2006), dans lesquels le collectif d’écrivains Tiqqun tente de saisir les contours du citoyen modèle de la société de consommation