Biographie de Jovette Marchessault

Click here to read the English version of this page.

« Je suis née avec nulle intention de me désapproprier de moi-même. Je collectionne les masques, les parures, les biographies, les voyages, les informations. »
– Jovette Marchessault,
Comme une enfant de la terre

Jovette Marchessault est une peintre, sculpteure, romancière et dramaturge autodidacte née à Montréal en 1938, dans un milieu ouvrier. Adolescente, elle travaille dans une usine de textile où elle rencontre des ouvrières de différentes langues et origines.

Vers la fin des années 1950, Jovette Marchessault entreprend un long voyage « initiatique » à travers l’Amérique, à la recherche et de son identité et de ses racines spirituelles. En 1970, assumant sa vocation d’artiste, elle expose des fresques, des masques et des personnages telluriques à la Maison des arts La Sauvegarde de Montréal.

Son approche privilégie la spontanéité et l’écoute des esprits de la nature qui se manifeste, notamment, par des sculptures inspirées du monde animal et empreintes d’une nouvelle mythologie. Rapidement, ses peintures, sculptures et fresques sont présentées autant au Québec qu’à Toronto, New York, Paris et Bruxelles.

Pendant cette période, Jovette Marchessault s’engage aussi dans l’écriture et publie en 1975 Le crachat solaire, le premier volet de sa trilogie romanesque Comme une enfant de la terre. Ce roman lui vaut le prix France-Québec en 1976. Ses romans puisent leur force poétique à même les racines culturelles et spirituelles de l’autrice.

Jovette Marchessault publie également de nombreuses pièces de théâtre dont LA SAGA DES POULES MOUILLÉES; LES FAISEUSES D’ANGES; LA TERRE EST TROP COURTE, VIOLETTE LEDUC; ANAÏS, DANS LA QUEUE DE LA COMÈTE et LE VOYAGE MAGNIFIQUE D’EMILY CARR, texte qui lui vaut le prix du Gouverneur général en 1990. Traversée par une conscience féministe, son œuvre est parcourue de la même volonté de faire vivre la culture des femmes. Elle tente, en recréant des espaces imaginaires, de reformuler l’Histoire, de fonder une mémoire qui permettrait aux femmes de trouver des modèles.

Ses pièces de théâtre mettent en scène de grandes figures de femmes artistes : Gertrude Stein, Germaine Guèvremont, Anne Hébert, Natalie Clifford Barney, Renée Vivien, Anaïs Nin, Emily Carr, Violette Leduc, etc.

En plus de sa carrière artistique, Jovette Marchessault a été chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal. Elle a collaboré au quotidien Le Devoir, aux magazines La Vie en rose et Châtelaine, de même qu’à la revue La Nouvelle Barre du jour.

Jovette Marchessault est décédée en 2012 à Danville dans les Cantons-de-l’Est.

 

Trilogie romanesque Comme une enfant de la terre

  • Le Crachat solaire (1975)
  • La Mère des herbes (1980)
  • Des Cailloux blancs pour les forêts obscures (1987)

 

Œuvres théâtrales

  • La Pérégrin chérubinique (2000)
  • Madame Blavatsky, spirite (1997)
  • Lazare de Miramichi (1996 – 1999)
  • Le Lion de Bangor (1992)
  • Le Voyage magnifique d’Emily Carr (1990)
  • Demande de travail sur les nébuleuses (1986 – 1987)
  • Le Repos des pluies (1985)
  • Anaïs, dans la queue de la comète (1984 – 1985)
  • Alice & Gertrude, Natalie & Renée et ce cher Ernest (1983)
  • La Terre est trop courte, Violette Leduc (1981)
  • Les Faiseuses d’anges (1979)
  • La Saga des poules mouillées (1979)
  • Les Vaches de nuit (1978 – 1979)

 

Prix et distinctions

  • Prix Jean-Hamelin (devenu Prix France-Québec) pour Le Crachat solaire (1976)
  • Finaliste au Prix du Gouverneur général pour La Terre est trop courte, Violette Leduc (1982)
  • Prix littéraires du Journal de Montréal pour Anaïs dans la queue de la comète (1986)
  • Grand prix littéraire de la ville de Sherbrooke pour Demande de travail sur les nébuleuses (1989)
  • Prix du Gouverneur général pour Le Voyage magnifique d’Emily Carr (1990)
  • Compagne de l’Ordre des arts et des lettres du Québec (2015)

 

Image : Odetka Tuduri | Photos : Télé-Québec