Pol Pelletier

« Mon travail consiste à créer des espaces où cohabitent le Féminin et l’art théâtral. Le Féminin représente la part opprimée de l’humanité. Le théâtre est le lieu où s’exprime le plus exactement l’inconscient collectif d’un peuple. Le point de rencontre de ces deux passions de ma vie est le lieu où la vérité se rend manifeste. »
– Pol Pelletier

Acteure-créatrice, metteure en scène, auteure et pédagogue féministe, Pol Pelletier est une pionnière. Elle a cofondé le Théâtre Expérimental des Femmes en 1979 après avoir cofondé le Théâtre expérimental de Montréal en 1975. En 1988, elle a créé la Compagnie Pol Pelletier, devenue l’École sauvage en 2008, et a développé la méthode Dojo ou « les sept lois de la présence ». Recherchée pour son parcours unique, Pol Pelletier a transporté son savoir et son expérience du vivant et des êtres qui l’entourent dans de nombreux pays.

Au cours de sa carrière, Pol Pelletier a créé plus d’une cinquantaine d’œuvres qu’elle a mise en scène, dont près d’une trentaine dont elle a signé le texte. Elle a également créé de nombreuses adaptations théâtrales d’écrits de femmes, en mettant son prodigieux talent au service des univers de grandes autrices féministes, notamment Lise Vaillancourt, France Théoret, Nicole Brossard, Hélène Pedneault et Louky Bersianik.

Depuis plus de 40 ans, Pol Pelletier n’a eu de cesse de porter l’éclat poétique des mots de Jovette Marchessault, d’en révéler l’amplitude et d’en préserver la mémoire. Elle a créé notamment Les vaches de nuit en 1979, La Terre est trop courte, Violette Leduc en 1981, ainsi que La pérégrin chérubinique en 2008.

Toujours à la recherche du terme qui saisirait avec acuité sa vision du rôle de l’artiste dans la société, comme le figure son personnage fétiche Ramie, acronyme pour « Royale artiste mendiante itinérante extatique », Pol Pelletier a sillonné tous les continents. Sa curiosité insatiable pour les œuvres de romancières, poètes, philosophes, mystiques et dramaturges de tous horizons et de toutes origines se manifeste dans son approche incandescente de la scène. Son théâtre, habité par un feu sacré, fusionne les styles, les langages et les niveaux de réalité. C’est une forme dramatique à la fois poétique et baroque, qui marie conte, théâtre, danse, chant et musique, dans une esthétique du dénuement, nourrie par les travaux de Grotowski et d’Artaud.

Au cours des années 1990, elle a créé la trilogie Joie (1993), Océan (1995) et Or (1997), dans laquelle elle racontait l’histoire du théâtre, des femmes et du Québec par le biais de son parcours d’artiste. Avec ses spectacles phares du matrimoine théâtral féministe, Pol Pelletier a galvanisé les publics d’ici, d’Europe, d’Amérique latine, jusqu’en Afrique du Nord, et s’est vu décerner de nombreux prix et distinctions.

Pol Pelletier a également travaillé sur les blessures et la guérison collective. En 1999, elle a abordé le massacre de Polytechnique avec Cérémonie d’adieu (devenue Nicole, c’est moi), en nommant le féminicide, des décennies avant que cela soit concevable. En 2011, dans La Robe blanche, elle a exposé les abus sexuels commis par les prêtres du Québec et la marque profonde de la soumission dans la psyché québécoise. De 2014 à 2016, elle a créé des spectacles sur le traumatisme d’octobre 70 et le silence. En 2017, elle a participé comme coauteure et comme conseillère au spectacle Cinq femmes sur le pensionnat, créé par la dramaturge et femme de théâtre atikamekw, Véronique Hébert, dont elle soutient le travail. En 2018, elle a fondé le Théâtre des mystères pour approfondir le lien entre théâtre et invisible.

L’engagement absolu de Pol Pelletier dans son art n’a d’égal que son souci de justice dans le monde. Son désir de partage, de lumière et de joie est immense. La quête spirituelle de Pol Pelletier est fusionnelle avec son œuvre. Elle convoque l’inconscient collectif dans un pacte radical pour que les vérités refoulées deviennent indéniables.

Pol Pelletier est une éclaireuse de conscience, une artiste totale et authentique. Sa présence irradiante, sa versatilité et sa connexion organique au sacré tissent un lien magique entre la scène et le public, dans des expériences théâtrales exaltantes, percutantes et mémorables. Elle est une guide de par sa liberté souveraine, son courage et son humanité. Ses décennies de labeur, de quête, de réalisations, de recherche, d’enseignement et de soutien auprès des femmes ont façonné une réflexion unique, féministe et vibrante sur l’art, le théâtre et la société.

Photo : Pol Pelletier