UNE TRUITE POUR ERNESTINE SHUSWAP

Du 15 septembre au 10 octobre 2009

Texte : Tomson Highway
Mise en scène : André Brassard

Avec Violette Chauveau + Katheleen Fortin + Sharon Ibgui + Pierrette Robitaille

Adjoint à la mise en scène : Frédéric Blanchette
Assistance à la mise en scène et régie : Roxanne Henry
Décor : Olivier Landreville
Costumes : Mérédith Caron
Lumières : Claude Accolas
Musique : Catherine Gadouas
Accessoires : Normand Blais
Mouvement : Jocelyne Montpetit
Maquillages : Angelo Barsetti

Une production d’ESPACE GO

« Tu penses que les Blancs sont tous pareils? Déjà, les Français sont catholiques, aussi catholiques qu’un chapelet. Les Anglais, eux autres, sont protestants, comme… une banque, oui, c’est ça, une banque. Et quand les catholiques meurent, ils vont droit au Paradis. Les protestants, eux autres, quand ils meurent, ils vont d’abord au café, et ensuite ils vont chez le Diable. »
– Ernestine

25 août 1910. Quatre femmes amérindiennes ont vingt-quatre heures pour préparer un banquet monstrueusement, écœuramment, l’eau-à-la-bouchement, papille-gustativement extraordinaire en l’honneur de Sir Wilfrid Laurier, Grand Gros Kahoona du Canada. Tout doit être parfait pour les 2 000 convives : les tartes au saskatoon d’Isabel Thompson, le castor farci d’Annabelle Okanagan, les nappes de mousseline blanche de Délila Rose Johnson et la truite géante d’Ernestine Shuswap. Le temps file à vive allure et la tâche est colossale. D’autant plus grande qu’à la surprise de toutes de nouvelles barrières sont élevées sur le territoire. Désormais, impossible de cueillir les baies, de chasser dans les bois et de pêcher dans le fleuve. Pourront-elles accomplir l’impossible?

Jouant avec le temps et la multitude des tâches à accomplir, UNE TRUITE POUR ERNESTINE SHUSWAP condense en une seule et même journée cent ans d’histoire, allant des premiers contacts avec les Blancs jusqu’à l’arrivée de Laurier, à qui les hommes doivent présenter un cahier de doléances connu sous le nom de Laurier Memorial. Fantaisie historique aux accents de démesure, la pièce juxtapose humour, tragédie, poésie et autodérision pour raconter le choc des rencontres entre Amérindiens et Blancs, tout en rendant hommage à l’âme humaine à travers quatre femmes témoins de l’érosion de leur propre société.

Auteur acclamé dans le monde entier, artiste ludique, polyglotte amoureux de la langue française et pianiste, Tomson Highway est sans contredit l’un des plus grands écrivains autochtones de l’Amérique du Nord. Ses œuvres sont jouées dans de nombreux pays et font partie du programme d’études de nombreuses écoles et universités canadiennes et étrangères.

Véritable monument de l’histoire du théâtre au Québec, André Brassard compte plus de 130 mises en scène à son actif, dont une grande partie de l’œuvre théâtrale de Michel Tremblay. Il signait à ESPACE GO la saison dernière un vibrant et percutant OH LES BEAUX JOURS de Beckett. L’aventure de création d’UNE TRUITE POUR ERNESTINE SHUSWAP en sera une de transmission des savoir-faire entre générations puisque Brassard sera secondé par Frédéric Blanchette, un jeune metteur en scène au talent confirmé.

Affiche

Photos
Vidéo

Photo de l’en-tête : Marlène Gélineau Payette