OH LES BEAUX JOURS

Du 9 septembre au 11 octobre 2008

Texte : Samuel Beckett
Mise en scène : André Brassard

Avec Andrée Lachapelle + Roger La Rue

Assistance à la mise en scène : Geneviève Lagacé
Décor et accessoires : Geneviève Lizotte
Costumes : Ginette Noiseux
Lumières : Éric Champoux
Environnement sonore : Michel Smith
Maquillages et coiffures : Angelo Barsetti

Une production ESPACE GO

« Fut-il un temps, Willie, où je pouvais séduire? Fut-il jamais un temps où je pouvais séduire? Ne te méprends pas sur ma question, Willie, je ne te demande pas si tu as été séduit, là-dessus nous sommes fixés, je te demande si à ton avis je pouvais séduire – à un moment donné. »
– Winnie

Une sonnerie stridente perce le calme d’un jour naissant. Winnie se réveille, son corps enterré jusqu’au dessus de la taille dans un monticule de sable. Peu importe, Winnie ne se plaint jamais. Pour conjurer le vide d’une vie immobile, Winnie se lave les dents, fouille dans son sac, en sort des objets familiers, ouvre une ombrelle pour se protéger du soleil, fredonne un air ancien et évoque des souvenirs du passé. Parfois, son mari Willie ponctue le bavardage de quelques grognements. Ces rares attentions feront dire à Winnie : « Oh le beau jour encore que ça aura été… »

OH LES BEAUX JOURS est l’une des pièces les plus réputées et les plus jouées du théâtre de Samuel Beckett. Avec l’ironie qui le caractérise et une immense tendresse pour ses semblables, l’auteur met en scène Winnie et Willie, un couple emmuré dans ses habitudes et qui se croit à l’abri des coups du sort. Malgré tout, Winnie rayonne. Ses mots, d’autant plus précieux qu’ils sont entrecoupés de silences, témoignent d’un humour féroce, mais revigorant, qui fait de cette pièce culte du théâtre de Beckett une remarquable leçon de vie!

Le rôle de Winnie est un défi à la mesure des plus grandes actrices. Depuis sa création en 1963, OH LES BEAUX JOURS offre aux comédiennes arrivées à la maturité de leur art l’un des plus grands rôles du théâtre contemporain. Le chef-d’œuvre de Beckett trouve en Andrée Lachapelle une interprète d’une présence rare et lumineuse. Dès les débuts de sa prolifique carrière, Andrée Lachapelle séduit le Québec par son élégance et sa beauté, mais surtout par son grand talent d’interprète qu’elle met à la disposition du théâtre, de la télévision et du cinéma. Aujourd’hui, le charme opère toujours. Roger La Rue lui donne la réplique dans le rôle du mari Willie.

Pour André Brassard, OH LES BEAUX JOURS raconte l’histoire d’une résistante qui dit à son Créateur : « Non! Tu m’auras pas, mon tabarnac! » Pour lui, Winnie est une femme qui n’abdique pas devant l’adversité et qui trouve son courage de vivre dans le souvenir des beaux moments de la vie.

Absent de la scène depuis quelques années après un accident cardiovasculaire, l’homme de théâtre le plus remarquable de sa génération effectue son grand retour à la mise en scène avec OH LES BEAUX JOURS. Véritable pan de l’histoire du théâtre au Québec, André Brassard compte plus de 130 mises en scène à son actif, dont une grande partie de l’œuvre théâtrale de Michel Tremblay, des pièces de Genet, Ionesco, Racine, Shakespeare, Tchekhov, Chaurette, Ducharme, Gauvreau, etc. Au cours de sa prodigieuse carrière, il a fréquenté l’œuvre de Beckett en signant, entre autres, un Festival Beckett au Théâtre Le Patriote et un mémorable EN ATTENDANT GODOT au Théâtre du Nouveau Monde.

André Brassard dit d’Andrée Lachapelle qu’elle est un remède à l’humanité souffrante. C’est sans doute pourquoi il nourrit depuis plusieurs années le rêve de la voir interpréter Winnie. OH LES BEAUX JOURS sera donc l’occasion d’une rencontre attendue entre deux êtres qui s’aiment profondément.

Affiche

Photos

Photo de l’en-tête : Marlène Gélineau Payette