TOUTEFEMME

Du 18 mars au 12 avril 2008

Texte : Péter Kárpáti
Mise en scène : Martine Beaulne

Avec Annick Bergeron + Alexandre Bisping + Gary Boudreault + Marc-Antoine Larche + Catherine Lavoie + Dominique Leduc + Normand Lévesque + Jean Maheux + Monique Miller + Dominique Pétin

Dramaturgie : Michel Laporte
Assistance à la mise en scène et régie : Allain Roy
Décor : Richard Lacroix
Costumes : François St-Aubin
Lumières : Martin Labrecque
Musique : Silvy Grenier
Accessoires : Normand Blais
Réalisation vidéo : Yves Labelle
Maquillages et costumes : Florence Cornet

Une production d’ESPACE GO

« Vivre – je crois que c’est ce qui va me manquer le plus. C’est pas que j’en raffole, mais… c’est comme la nicotine, l’organisme s’accoutume. Vivre, c’est juste bon à nous faire vomir, engraisser, avoir des brûlements d’estomac, une nuisance – la vie c’est dangereux pour la santé… »
– Emma

Emma, la quarantaine, surmenée, échevelée, mère monoparentale, agent immobilier au plus fort d’une crise nationale du logement, continuellement à la course, condamnée à la performance. Jusqu’au jour où la Mort lui apparaît et lui demande de se préparer à présenter son « livre de comptes » à son Créateur.

Rien n’y fait. La course folle reprend de plus belle, sans pleurs, sans cris, sans apitoiement. Pas le temps. Trop de petits détails à régler : voir le médecin, récupérer la robe chez le nettoyeur, déboucher la baignoire, assurer l’héritage de sa fille, nettoyer les cadres de portes, reprendre le miroir vénitien à l’ex-mari… La vie, quoi!

TOUTEFEMME est une émouvante (et mordante) variation de TOUT-HOMME (EVERYMAN), fable hollandaise du Moyen Âge, aujourd’hui encore inscrite au répertoire de nombreux théâtres et festivals d’Europe. Elle raconte l’histoire d’un homme qui doit entreprendre le voyage dont personne ne revient, et rendre compte de sa vie au Juge suprême. Une vie prêtée.

En 1993, l’auteur hongrois Péter Kárpáti décide d’actualiser la fable et, se l’appropriant, choisit d’en délaisser les valeurs explicitement religieuses de l’époque. Pour lui apporter une dimension contemporaine, il fait du personnage principal une femme et accentue la part d’ironie du propos. Du coup, il rend accessible à de nouvelles générations un texte qui, avec tendresse et humour, pose pour chaque jour qui s’achève une question essentielle : « qu’est-ce que je fais avec ma vie? » C’est sans doute ce qui fait la force de cette tragi-comédie écrite initialement sous le titre d’AKÁRKI, et qui fera l’objet d’une première création en français à ESPACE GO avec TOUTEFEMME.

Affiche

Photos

Photo de l’en-tête : Marlène Gélineau Payette