TOP GIRLS

Du 5 au 30 avril 2005

Texte : Caryl Churchill
Texte français d’Anika Scherrer
Mise en scène : Martine Beaulne

Avec Annick Bergeron + Micheline Bernard + Sophie Cadieux + Shiong-En Chan + Ginette Chevalier + Mireille Deyglun + Emilie Dionne + Marie-France Lambert + Dominique Leduc + Lise Roy

Assistance à la mise en scène et régie : Allain Roy
Dramaturgie : Michel Laporte
Scénographie : Claude Goyette
Costumes : Mérédith Caron
Lumières : Guy Simard
Musique originale : Larsen Lupin
Accessoires : Normand Blais
Maquillages : François Cyr

Une production d’ESPACE GO

« Moi, je crois que les années 80 vont être géniales. […] L’économie va être remise sur pieds et hop! C’est une dure, Maggie. […] Et qui va mener tout ça? La première femme Premier Ministre. Terrifico. Génial. […] Et je soutiens Reagan, même s’il n’est qu’un petit acteur de cinéma minable. »
– Marlène

Pour fêter sa promotion à un poste de direction au sein d’une agence de placement, Marlène organise un souper dans un restaurant londonien. Ses invitées sont pour le moins singulières : Isabella Bird (1831-1904), voyageuse aventurière de l’époque victorienne; Lady Nijo (née en 1258), courtisane japonaise, puis religieuse bouddhiste, qui traversa le Japon à pied; Dull Gret (1562) personnage central d’une peinture de Bruegel, la Papesse Jeanne (834-836) qui passe pour avoir été pape sous une apparence masculine et la patiente Griselda, dont Chaucer raconte l’histoire dans LES CONTES DE CANTERBURY.

En compagnie de ses invitées, Marlène boit au courage et à la manière dont elles ont su changer le cours de leur destinée de femme! De retour à son travail où elle fait face à une forte compétition, dont elle sait d’ailleurs tirer son épingle du jeu, Marlène et son équipe préparent des candidates à se conformer aux exigences du marché de l’emploi. En privé, issue d’un milieu ouvrier, Marlène se trouve confrontée à sa soeur Joyce, une femme sans instruction, mais solidaire de sa classe sociale. Entre elles se pose l’avenir d’Angie, une jeune fille de 16 ans perturbée qui n’a aucune chance de réaliser son rêve : devenir, un jour, une TOP GIRL! Que faire d’elle? Quels sont les choix de vie qui s’offrent à Angie?

Écrite au début des années 80 — alors que Margaret Thatcher, chef du Parti conservateur, profite de la crise économique et politique pour faire de la Grande Bretagne le pays de la libre entreprise et de l’individualisme féroce — TOP GIRLS trace le portrait d’une jeune femme de carrière qui trouve la justification de son existence dans la réussite de son travail. Caryl Churchill a imaginé dans TOP GIRLS une rencontre entre Marlène et des femmes d’exception en provenance de toutes les époques, de cultures, de religions, de classes sociales différentes.

Grâce à sa plume caractérisée par un sens éminemment théâtral de la représentation et un humour typiquement britannique, quasi surréaliste, elle donne une résonance historique peu commune au prix à payer pour être une TOP GIRL. TOP GIRLS, une pièce d’actualité? L’impossible conciliation entre le travail, la vie amoureuse, la vie familiale, le démantèlement du filet social et des valeurs de solidarité tisse la trame de fond des personnages contemporains de la pièce. Fustigeant les années Thatcher et Reagan, TOP GIRLS pourrait tout aussi bien avoir été écrite dans les années 2000 où le néolibéralisme atteint son apogée à travers les gouvernements de Tony Blair et de George W. Bush. En définitive, pour Martine Beaulne, « cette pièce invite aux bilans et lance un vibrant appel à la création d’un nouvel imaginaire politique pour les générations futures. »

Les dramaturges britanniques trempent rarement leur plume dans l’eau de rose. Caryl Churchill ne fait pas exception! Outre son engagement politique, ce qui singularise Churchill, c’est bel et bien son imagination féconde, l’originalité et la précision de son écriture que l’on compare volontiers à celle de Pinter, Beckett, Sarraute, Bond. Depuis plus de trente ans, Caryl Churchill conjugue l’engagement social avec l’expérimentation théâtrale. Son oeuvre importante, plus d’une trentaine de pièces à ce jour, est bardée de récompenses. Considérée comme la première dramaturge féministe de sa génération, elle milite aujourd’hui activement pour la paix. Le parcours de cette auteure présente d’ailleurs à bien des égards d’étonnantes similitudes avec l’histoire du Théâtre ESPACE GO. Dans les années 70, et tout au long des années 80, Caryl Churchill collabore étroitement avec l’avant-garde théâtrale, plus particulièrement avec MONSTROUS REGIMENT COMPANY THEATRE qui contribuera à l’émergence d’une écriture féminine et féministe. À partir des années 90, Churchill accorde de plus en plus de place à des collaborations avec des artistes d’autres disciplines, renouant ainsi avec le travail en collectif du début de sa carrière, dont elle a toujours souligné l’importance déterminante pour son écriture et sa compréhension du monde.

TOP GIRLS a été créée en 1982 au ROYAL COURT et a été produite la même année au JO PAPP’S PUBLIC THEATRE de New York. Depuis, cette pièce connaît un succès mondial. À la création de TOP GIRLS, Caryl Churchill se voit décerner le prestigieux OBIE AWARD FOR PLAYWRITING, puis le SUZAN SMITH BLACKBURN PRIZE en 1983. TOP GIRLS est publiée en version française chez l’Arche Éditeur.

Affiche

Photos

Photo de l’en-tête : Robert Etcheverry