LE ROI SE MEURT

Du 6 avril au 5 mai 1999

Texte : Eugène Ionesco
Mise en scène : René-Daniel Dubois

Avec Jean-François Casabonne + Martine Francke + Élise Guilbeault + Diane Lavallée + Denys Paris + Jean-François Pichette

Assistance à la mise en scène : Manon Bouchard
Collaboration à la mise en scène : Josée Roussy (stagiaire à la mise en scène)
Scénographie : Stéphane Roy
Lumières : Guy Simard
Costumes : Ginette Noiseux
Musique : Michel Smith
Vidéo : Luc Bourdon
Maquillage : Jacques-Lee Pelletier

Une production d’ESPACE GO

Mot de la directrice artistique :

Au THÉÂTRE, pour René-Daniel Dubois, l’histoire des relations de l’Art avec les comédiens et avec les spectateurs est entièrement à reprendre. L’astuce commerciale, les ruses publicitaires sont décidément insuffisantes. Pour ce penseur infatigable, le public demande d’autres comptes. Et pour se faire, il explorera toutes les formes du théâtre. La difficulté ne l’effraie pas et si on aime cet homme-là, c’est aussi pour cela.

Sa quête du « vivant », son amour de « l’humain » jamais ne se démentent : quand il se fait poète, dramaturge, éclaireur de conscience sur la place publique, amant, ami ou antagoniste, ou comme ici ce soir, metteur en scène du ROI SE MEURT d’Eugène Ionesco. Sa seule pédagogie tient là-dedans.

Le théâtre de RDD prend toujours aussi appui sur l’étonnement. Toujours il en appelle à notre attention. ATTENTION, ce mot lui sied si bien. Mais pas dans le sens de l’affirmation qui ferme, interdit, arrête. Non, je pense à l’attention de ceux qui ont comme désir premier de sonder les profondeurs de l’intelligence humaine, d’aller voir, de chercher à comprendre.

« LE ROI SE MEURT n’est pas une pièce sur la vieillesse et la-mort-pour-finir, mais sur l’idée de la mort » déclarait-il dès la première lecture du texte, tel le capitaine du navire indiquant à son équipage sur la carte des tropiques, la route des vents qu’il comptait suivre.

La lecture que vous propose le metteur en scène et ses acteurs ne vise pas à nous faire découvrir le « véritable » sens de cette oeuvre magnifique d’Ionesco (qui se prétend comme un rêve étrange) mais à créer les conditions pour que chacun d’entre nous -spectateur- puisse faire siennes les interrogations du poète qui sut si bien exprimer notre peur du lendemain qui finira par avoir raison de notre moi. Devenu reflet, écho, courant d’air, invité muet à la table des insectes, tout cela n’aura-t-il été vraiment « qu’une vaine agitation »?

Affiche

Photos

Photo de l’en-tête : André Panneton