CENDRES DE CAILLOUX

Du 16 novembre au 18 décembre 1993

Texte : Daniel Danis
Mise en scène : Louise Laprade

Avec Isabelle Miquelon + Paul Savoie + Catherine Sénart + Stéphane Simard

Assistance à la mise en scène : Lou Arteau
Scénographie : Danièle Lévesque
Lumières : Lou Arteau
Costumes : François Barbeau
Musique : Michel Smith
Maquillage et coiffures : Jean Bégin

Une production d’ESPACE GO

Daniel Danis est un jeune auteur du Saguenay.

Il est probablement la découverte la plus prometteuse de ces dernières années. Avec CENDRES DE CAILLOUX, il a déjà remporté deux prix importants sur la scène internationale. Cette année ESPACE GO a produit CELLE-LÀ, le premier texte de Daniel Danis. Robert Lévesque a écrit à son propos « Depuis les Normand Chaurette et Michel Marc Bouchard, on n’a pas remarqué d’aussi belle écriture sur une scène de Montréal. Le théâtre québécois manque de textes aussi libres dans la forme, qui quittent les rives du naturel et du réalisme pour proposer des architectures baroques ou l’ensemble d’un travail d’écrivain apparaît dans sa subtilité, dans l’audace des correspondances qu’il utilise pour bâtir un ordre d’une efficacité remarquable! »

La nouvelle dramaturgie du Québec est bien vivante! Les mots de Daniel Danis laissent entendre la voix vibrante de notre identité ou passent comme un grand vent d’hiver les hantises et les espoirs de tout un peuple. En travaillant ses textes, nous sommes tous profondément nourris du sentiment combien révélateur d’appartenir à une Culture unique dans le monde.

CENDRES DE CAILLOUX met en scène quatre personnages. Clermont s’est réfugié à la campagne avec sa fille Pascale, pour tenter d’y surmonter la perte de sa femme violée et assassinée en ville par un tueur fou. Là sur une terre abandonnée ou coule la Rivière-aux-pierres, l’ancien citadin s’abrutit de travail en retapant la ferme, en vidant la cave de sa maison remplie de cailloux, et se tient à l’écart de toute vie sociale… Mais Shirley, qui habite le village et qui s’est juré d’ouvrir une brèche dans la carapace de cet homme meurtri va bien malgré elle remettre en branle la roue du destin.

Affiche

Photos

Photo de l’en-tête : Yves Renaud