OH LES BEAUX JOURS

Du 30 octobre au 1er décembre 1990

Texte : Samuel Beckett
Mise en scène : Brigitte Haentjens

Avec Sylvie Drapeau + André Therrien

Assistance à la mise en scène : Diane Fortin
Scénographie : Stéphane Roy
Lumières : Michel Beaulieu
Costumes : Louise Jobin
Accessoires : Marie-Agnès Reeves
Musique : Jean Sauvageau
Maquillage : Jacques-Lee Pelletier

Une production d’ESPACE GO

Présentation, par Hélène Pedneault :

« … il faut que quelque chose arrive, dans le monde, ait lieu, quelque changement… »

1963

Un texte arrive dans la dramaturgie planétaire, écrit par un Irlandais qui a fait de la langue française son pays à partir de 1945. Samuel Beckett nous avait déjà donné beaucoup avec EN ATTENDANT GODOT (1952) et FIN DE PARTIE (1957), entre autres. En 1963, son cirque ordinaire engageait Winnie et Willie dans leur grand numéro OH LES BEAUX JOURS, deux clowns gris de plus dans son univers asthmatique et dérisoire où l’air est terriblement rare. Le monde de Beckett est en suspens dans une sorte de poussière qui n’arrête pas de retomber. Ses personnages peuvent tout aussi bien habiter dans une poubelle, ce qui n’est presque plus symbolique maintenant.

« Et si pour des raisons obscures nulle peine n’est plus possible, alors plus qu’à fermer les yeux et attendre que vienne le jour… Ce que je trouve si réconfortant quand je perds courage et jalouse les bêtes qu’on égorge. »

Winnie fut incarnée par Madeleine Renaud quand elle vint au monde. Il fallait une grande. Elle l’a jouée et rejouée. Elle était cette Winnie de Beckett enterrée jusqu’à la taille, puis jusqu’au cou dans un petit mamelon de terre entouré d’herbe brûlée par le soleil, accompagnée de son sac à main rempli de ses objets familiers et de son mari Willie, lui aussi objet familier, qu’elle sort quasiment de son sac comme son petit miroir ou sa brosse à cheveux. Elle n’a que son ombrelle et ses mots pour se protéger du soleil qui plombe sur son désert. Willie n’a pas de mots, mais il sait ramper.

« Dans ce brasier chaque jour plus féroce, n’est-il pas naturel que quelques choses prennent feu auxquelles cela n’était encore jamais arrivé? »

1990

La comédienne Sylvie Drapeau s’enfonce à son tour dans le trou de Winnie sans autre filet que son talent. Entre Madeleine Renaud et elle, il y a un point commun : une grande actrice qui a pris de l’âge a d’abord été une grande actrice jeune. Et Sylvie Drapeau est une grande actrice jeune. En principe, Beckett a écrit une Winnie de 50 ans. Mais les grands textes de théâtre contiennent dès leur création toutes les relectures qu’on peut en faire après. Dans le texte de Beckett, il y avait déjà, cachée, une Winnie jeune, enterrée jusqu’à la taille puis jusqu’au cou dans ce mal d’avenir où toute la jeunesse est enfoncée en ce moment.

« La terre, Willie, tu crois qu’elle a perdu son atmosphère?… Le globe… il reste toujours quelque chose. De toute chose. Quelques restes. »

Ne dirait-on pas que Beckett a vu avant tout le monde les trous dans la couche d’ozone? Il a senti et écrit la fin du siècle que les jeunes portent, ressentent dans leur corps et dans leur avenir hypothéqué par d’autres. Voilà pourquoi Winnie n’a plus 50 ans mais 30 ans en 1990, revenante hallucinée dans un théâtre de femmes et de création.

Beckett n’est pas prêt de mourir. Sa Winnie non plus, toujours prête à partir en espoir à la vue de la plus petite parcelle de vie, comme tous les survivants : « Tiens! Qu’est-ce que je vois là? On dirait de la vie! Une fourmi! Willie, une fourmi, vivante! » Et quand, à la fin, son Willie réussit à prononcer « Win », la moitié seulement de son nom, sa journée aura été belle. Ça lui suffit. « Oh le beau jour encore que ça aura été. Encore un. Après tout. Jusqu’ici. »

Ce Willie qui ne parle pas est en fait omniprésent, surtout qu’il est joué par André Thérien dont personne n’a oublié le Faust du BILLY STRAUSS de Lise Vaillancourt au printemps dernier.

La nouvelle lecture de OH LES BEAUX JOURS est faite par la metteure en scène Brigitte Haentjens, qui ne donne à voir que des textes forts comme LE CHIEN de Jean Marc Dalpé ou UN OISEAU VIVANT DANS LA GUEULE de Jeanne-Mance Delisle.

Entre ÉMILIE NE SERA PLUS JAMAIS CUEILLIE PAR L’ANÉMONE de Michel Garneau et DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON de Bernard-Marie Koltès, cette pièce de Beckett vient aussi indiquer que l’Espace GO a décidé de ne présenter cette année que des pièces de collection.

Affiche

Photos

Photo de l’en-tête : Les Paparazzi