Repères biographiques des concepteurs

Carol-Anne Bourgon Sicard

Assistance à la mise en scène et technicienne

Cliquez ici pour lire les repères biographiques de Carol-Anne Bourgon Sicard

Diplômée du baccalauréat en Art dramatique, profil scénographie de l’Université du Québec à Montréal en 2015, Carol-Anne Bourgon Sicard travaille depuis principalement comme scénographe et assistante à la mise en scène.

Parmi les productions auxquelles elle a collaboré, nommons AVANT-GARDE de Marieluise Fleisser (ESPACE GO & UBU, 2017) et ORGUEIL, POURSUITE ET DÉCAPITATION de Marion Aubert (École supérieure de théâtre de l’UQAM, 2016), deux mises en scène signées Denis Marleau, POLICES! de Sonia Chiambretto (2017) et THÉÂTRE EXTRÊME de Jean-Guy Legault, dans des mises en scène de Germain Pitre (2018), deux productions du Théâtre Université de Montréal, LES BARBELÉS d’Anick Lefebvre, dans une mise en scène d’Alexia Bürger (La Colline – théâtre national & Théâtre de Quat’Sous, 2017), À TE REGARDER, ILS S’HABITUERONT, un spectacle collectif sous la direction artistique d’Olivier Keimed et de Mani Soleymanlou (Orange Noyé & Théâtre de Quat’Sous, 2017), LE ROYAUME DES ANIMAUX de Roland Schimmelpfennig, dans une mise en scène d’Angela Konrad (Théâtre de Quat’Sous & LA FABRIK, 2016) et PRÉLUDE AUX 12 HOMMES de Gilles Bélanger, dans une mise en scène d’Eric Jean (Éditions de l’Anse-aux-Corbeaux, 2015).

Ana Sokolović

Musique

Cliquez ici pour lire les repères biographiques de Ana Sokolović

Montréalaise d’adoption depuis plus de 20 ans, la compositrice d’origine serbe Ana Sokolović est bercée dans l’art dès son plus jeune âge. Elle étudie le ballet classique avant de faire ses premières armes en théâtre et en musique. Elle entreprend des études universitaires en composition auprès de Dusan Radić à Novi Sad et Zoran Erić à Belgrade, puis complète une maîtrise au côté de José Evangelista à l’Université de Montréal au milieu des années 1990. La fascination de la compositrice pour les différentes formes d’expression artistique teinte son travail. À la fois riche et ludique, sa musique plonge l’auditeur dans un univers imagé, souvent inspiré du folklore des Balkans et de ses rythmes festifs et asymétriques. Grâce au vent nouveau qu’insufflent ses compositions, elle ne tarde pas à faire sa marque dans le paysage musical contemporain au Québec et au Canada, mais également à l’échelle internationale.

Au fil des ans, commandes et prix se multiplient pour Ana Sokolović. Pièces pour orchestre, voix et formations de chambre, opéras et musiques de scène composent aujourd’hui son répertoire. De 1995 à 1998, elle obtient trois prix au Concours des jeunes compositeurs de la Fondation SOCAN. Elle reçoit en 1999 le premier prix du Concours national des jeunes compositeurs de Radio-Canada dans la catégorie musique de chambre, ainsi que le grand prix toute catégorie. En 2005, elle obtient le Prix Joseph S. Stauffer du Conseil des Arts du Canada puis, en 2007, le Conseil québécois de la musique lui décerne le Prix Opus du compositeur de l’année. En 2008, elle remporte le Prix Jan V. Matejcek lors du Gala annuel de la SOCAN, récompense qu’elle recevra à nouveau en 2012. En 2009, elle obtient le prestigieux Prix du Centre national des Arts à Ottawa qui comprend commandes, résidences et enseignement sur une période de cinq ans. En 2011-2012, la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) lui consacre la troisième édition de sa Série Hommage. À l’été 2012, son opéra SVADBA, commande et création de Queen of Puddings Music Theatre, reçoit six nominations lors des prix Dora Mavor Moore et remporte finalement les honneurs dans la catégorie Outstanding New Musical/Opera. L’opéra entame dès lors une tournée au Canada et en Europe qui se poursuivra jusqu’en 2015. Enfin, en novembre 2015, la Fondation Émile-Nelligan lui a remis l’important prix Serge-Garant à Ana Sokolović.

Ana Sokolović est professeur de composition à l’Université de Montréal.

Marc Parent

Lumières

Cliquez ici pour lire les repères biographiques de Marc Parent

Marc Parent est concepteur d’éclairages depuis plus de trente ans. Spécialisé d’abord en danse contemporaine, il a collaboré au travail de dizaines de chorégraphes tant sur la scène québécoise que sur la scène internationale. Il a aussi travaillé fréquemment pour le théâtre avec différents metteurs en scène dont Denis Marleau, Olivier Choinière, Martin Faucher et François Girard.

Dans la sphère du ballet contemporain il a créé les lumières pour plusieurs chorégraphes de la scène internationale, dont Kader Belarbi (La bête et la belle), Mauro Bigonzetti (Les quatre saisons)  Didy Veldman (TooT, Le petit prince) et Stijn Cellis (Noces, Cendrillon, Le sacre du printemps).

Marc Parent a été mis deux fois en nomination pour le Masque de conception d’éclairages par l’Académie québécoise du théâtre. Il a aussi reçu à deux reprises le Dora Mavor Moore Award – catégorie Outstanding Lighting Design – du Toronto Alliance for Performing Arts : en 2013 pour Stereophonic et en 2016 pour Phase Space, deux spectacles de la chorégraphe Peggy Baker. Marc Parent est présentement concepteur en résidence pour Les Grands Ballets Canadiens de Montréal.

Ginette Noiseux

Costumes

Cliquez ici pour lire les repères biographiques de Ginette Noiseux

Ginette Noiseux conjugue le double métier de conceptrice et de directrice générale et artistique d’ESPACE GO. Dès sa sortie de l’École nationale de théâtre en 1980, Ginette Noiseux fait son apprentissage du métier de costumière en assistant François Barbeau, maître incontesté de cette discipline. Depuis, elle a participé à une soixantaine de créations à titre de conceptrice de costumes sur les scènes à Montréal, de même qu’en France et en Belgique.

Parmi les plus récentes pièces auxquelles elle a collaboré, nommons LA MORT D’UN COMMIS VOYAGEUR d’Arthur Miller, dans une mise de Serge Denoncourt (Théâtre du Rideau Vert, 2017), LES LETTRES D’AMOUR d’Evelyne de la Chenelière et d’Ovide, dans une mise en scène de David Bobée (ESPACE GO & CDN de Haute-Normandie, 2016), LUMIÈRES, LUMIÈRES, LUMIÈRES d’Evelyne de la Chenelière (ESPACE GO, 2015) et LES FEMMES SAVANTES de Molière (UBU, Les Châteaux de la Drôme & Manège Mons, 2012), deux mises en scène de Denis Marleau, de même que LA VILLE de Martin Crimp (ESPACE GO & UBU, 2014) et LE DERNIER FEU de Dea Loher (ESPACE GO & UBU, 2013), deux mises en scène du tandem Denis Marleau et Stéphanie Jasmin. De plus, Ginette Noiseux a signé la conception des costumes des pièces TU IRAS LA CHERCHER de Guillaume Corbeil, dans une mise en scène de Sophie Cadieux (ESPACE GO, 2014) et UNE VIE POUR DEUX d’Evelyne de la Chenelière, dans une mise en scène d’Alice Ronfard (ESPACE GO, 2012).

Au cours de sa carrière, Ginette Noiseux a aussi signé plusieurs conceptions pour des metteurs en scène de haut calibre dont André Brassard, René-Daniel Dubois, Paul Buissonneau, Claude Poissant, Christiane Pasquier, Françoise Faucher et Jean-Pierre Ronfard.

Le travail de Ginette Noiseux dans le monde théâtral lui a valu de nombreux prix et distinctions, dont deux mises en nomination à la Soirée des Masques de l’Académie québécoise du théâtre pour ses costumes dans les pièces LES GUERRIERS de Michel Garneau (saison 1996-1997) et LE ROI SE MEURT d’Eugène Ionesco (saison 1998-1999), deux pièces mises en scène par René-Daniel Dubois.

Julien Éclancher

Design sonore et régie son

Cliquez ici pour lire les repères biographiques de Julien Éclancher

Julien Éclancher est diplômé d’un BTS en audiovisuel spécialisé en son (LISA, Angoulême), d’une licence en Cinéma et Arts du Spectacle (Bordeaux III) et d’une maîtrise Recherche-Création en média expérimental (UQAM) dans laquelle il a développé une approche particulière du concept d’espace sonore et de narrativité audio.

Spécialisé dans les problématiques liées à la narrativité sonore, à l’espace et au traitement de la voix amplifiée, il travaille au théâtre avec Denis Marleau et Stéphanie Jasmin (AVANT-GARDE de Marieluise Fleisser en 2017 et LUMIÈRES, LUMIÈRES, LUMIÈRES  d’Evelyne de la Chenelière en 2014, deux spectacles présentés à ESPACE GO, et L’HISTOIRE DU ROI LEAR de Shakespeare au Théâtre du Nouveau Monde en 2012), Florent Siaud (LES ENIVRÉS d’Ivan Viripaev et DON JUAN REVIENT DE LA GUERRE d’Ödön von Horváth en 2017, de même qu’ILLUSIONS d’Ivan Viripaev en 2015, trois spectacles présentés au Théâtre Prospero, et QUARTETT de Heiner Müller au Théâtre La Chapelle en 2013) et avec Philippe Grégoire au cinéma (Aquarium, 2011; Un seul homme, 2014).

En 2013, Julien Éclancher présente sa première installation sonore : Point d’écoute impossible, suivie d’une série de conférences. Puis en 2016 à ESPACE GO, à l’invitation de l’artiste en résidence Evelyne de la Chenelière, il propose une installation sonore dans le café-bar du théâtre, Les Résonances imaginaires. Elle sera suivie par un déambulatoire sonore, Le Bruit du mur, inspiré par le souffle du chantier d’écriture d’Evelyne de la Chenelière.

Les recherches universitaires de Julien Éclancher le mènent vers l’épistémologie de la création sonore.

Claude Rodrigue

Sculptures

Cliquez ici pour lire les repères biographiques de Claude Rodrigue

Lors de ses études en théâtre à l’Université de Paris VIII, Claude Rodrigue se découvre une passion pour les masques. Elle poursuit alors sa formation en sculpture et moulage auprès de son maître, Jean-Pierre Maury, professeur à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs, pendant quatre ans. De retour au Québec, Claude Rodrigue travaille entre autres pour le théâtre, la danse et le cirque.

Du côté du théâtre, elle collabore avec plusieurs compagnies dont le Théâtre Motus, le Théâtre de l’Œil, Carbone 14 et le Théâtre de la Dame de Cœur. Avec UBU compagnie de création, elle participe à de nombreux projets dont LA VILLE de Martin Crimp (ESPACE GO & UBU, 2014), de même que COMÉDIE de Samuel Beckett (2004), DORS MON PETIT ENFANT de Jon Fosse (2004) et LES AVEUGLES de Maurice Maeterlinck (2002), trois fantasmagories technologiques conçues et réalisées par Denis Marleau. Toujours avec UBU, elle réalise les têtes employées lors de l’exposition La planète mode de Jean Paul Gaultier, présentée en 2011 au Musée des Beaux-Arts de Montréal et en tournée internationale.

Du côté de la danse, elle crée les marionnettes du spectacle GRÂCE À DIEU, TON CORPS de Paula de Vasconcelos (Pigeons International, 2011). Enfin, avec le Cirque du Soleil, Claude Rodrigue participe aux spectacles ALLEGRIA, SALTIMBANCO, MYSTÈRE et LES CHEMINS INVISIBLES.

Claude Rodrigue enseigne également la sculpture.

Pierre Laniel

Diffusion, montage et régie vidéo

Cliquez ici pour lire les repères biographiques de Pierre Laniel

Pierre Laniel est diplômé en production de l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx à Sainte-Thérèse.

Suite à sa participation au spectacle LES TROIS DERNIERS JOURS DE FERNANDO PESSOA d’Antonio Tabucchi, dans une mise en scène de Denis Marleau (UBU, 1997), il se spécialise dans l’intégration technique des projections vidéo dans l’espace scénique.

Complice de Stéphanie Jasmin et de Denis Marleau dans leurs recherches au service du personnage vidéo, Pierre Laniel est de l’équipe de création d’une quinzaine de spectacles d’UBU dont AVANT-GARDE de Marieluise Fleisser (ESPACE GO & UBU, 2017), LA VILLE de Martin Crimp (ESPACE GO & UBU, 2014), LE DERNIER FEU de Dea Loher (ESPACE GO & UBU, 2013), LES FEMMES SAVANTES de Molière devant la façade Renaissance du château de Grignan, puis repris Théâtre du Nouveau Monde à l’automne 2012 (UBU, Les Châteaux de la Drôme, Le Manège.Mons & Théâtre du Nouveau Monde, 2012), L’HISTOIRE DU ROI LEAR de Shakespeare (Théâtre du Nouveau Monde, 2012), AGAMEMNON de Sénèque Le Jeune à la salle Richelieu de la Comédie-Française (2011), UNE FÊTE POUR BORIS de Thomas Bernhard (UBU, 2009), l’opéra Le Château de Barbe-Bleue de Béla Bartók au Grand Théâtre de Genève (2007), de même que les trois fantasmagories technologiques : COMÉDIE de Samuel Beckett (UBU, 2004), DORS MON PETIT ENFANT de Jon Fosse (UBU, 2004) et LES AVEUGLES de Maurice Maeterlinck (UBU, 2002).

En 2011, il participe à l’exposition La Planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles au Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Depuis 2012, Pierre Laniel collabore avec le metteur en scène Daniel Brière du Nouveau Théâtre Expérimental pour l’intégration et la conception vidéo de plusieurs productions dont EXTRAMOYEN (2017), ANIMAUX (2016), SEPTEMBRE (2015) et LA TRILOGIE L’HISTOIRE RÉVÉLÉE DU CANADA FRANÇAIS, 1608-1998 (2012-2014).

Angelo Barsetti

Maquillages et coiffures

Cliquez ici pour lire les repères biographiques de Angelo Barsetti

Issu des arts plastiques, Angelo Barsetti se fait d’abord connaître dans les milieux de la danse et du théâtre comme maquilleur. En 1987, il accepte l’invitation d’André Brassard à collaborer à la création des FELUETTES, pièce de Michel Marc Bouchard (Théâtre PÀP et CNA). Depuis, il travaille avec plusieurs grands metteurs en scène, dont René Richard Cyr, Claude Poissant, Brigitte Poupart, Wajdi Mouawad, Angela Konrad, Brigitte Haentjens, Denis Marleau et Stéphanie Jasmin.

À ESPACE GO, Angelo Barsetti collabore à de nombreuses productions, dont AVANT-GARDE de Marieluise Fleisser (2017), LUMIÈRES, LUMIÈRES, LUMIÈRES d’Evelyne de la Chenelière (2014), JACKIE, d’Elfriede Jelinek (2010), LE COMPLEXE DE THÉNARDIER de José Pliya (2009), CE QUI MEURT EN DERNIER de Normand Chaurette (2008) et LA FIN DE CASANOVA de Marina Tsvetaïeva (2006), six mises en scène signés par Denis Marleau; LA VILLE de Martin Crimp (2014) et LE DERNIER FEU d’Anja Hilling (2013), deux pièces mises en scène conjointement par Denis Marleau et Stéphanie Jasmin; UNE FEMME À BERLIN de Marta Hillers, dans une mise en scène de Brigitte Haentjens (2016); PEEPSHOW de Marie Brassard (2015); VILLA DOLOROSA de Rebekka Kricheldorf (2013) et BLANCHE-NEIGE & LA BELLE AU BOIS DORMANT d’Elfriede Jelinek, deux mises en scène de Martin Faucher; LA DÉMESURE D’UNE 32A, spectacle tiré de l’œuvre de Clémence DesRochers, dans une mise en scène de Brigitte Poupart (2012); OH LES BEAUX JOURS de Samuel Beckett, dans une mise en scène d’André Brassard (2008) et FORÊTS de Wajdi Mouawad (2007).

En danse, les chorégraphes Sylvain Émard, Catherine Tardif et Louise Bédard font régulièrement appel à ce concepteur inspiré et inspirant. Angelo Barsetti a aussi enseigné l’art du maquillage de scène aux étudiants en interprétation de l’École nationale de théâtre du Canada.

Artiste polyvalent, Angelo Barsetti se consacre de plus en plus à la photographie.

Stéphane Longpré

Assistance aux décors et accessoires

Cliquez ici pour lire les repères biographiques de Stéphane Longpré

Depuis sa sortie du programme de scénographie de l’École nationale de théâtre du Canada, Stéphane Longpré collabore à plusieurs spectacles à titre d’accessoiriste, de scénographe ou d’assistant-scénographe.

Stéphane Longpré collabore à de nombreuses productions avec le metteur en scène Denis Marleau dont LA VILLE DE Martin Crimp (ESPACE GO et UBU, 2014), LE DERNIER FEU de Dea Loher (ESPACE GO et UBU, 2013), L’HISTOIRE DU ROI LEAR de Shakespeare (Théâtre du Nouveau Monde, 2012), UNE FÊTE POUR BORIS de Thomas Bernhard (UBU, 2009), CE QUI MEURT EN DERNIER de Normand Chaurette (ESPACE GO et UBU, 2008), OTHELLO de Shakespeare (Centre national des Arts du Canada et UBU, 2007), LA FIN DE CASANOVA de Marina Tsvetaïeva (ESPACE GO, Centre national des Arts du Canada et UBU, 2007), LES REINES de Normand Chaurette (Centre national des Arts du Canada et UBU, 2005), NOUS ÉTIONS ASSIS SUR LE RIVAGE DU MONDE de José Pliya (Centre national des Arts du Canada, Festival de théâtre des Amériques et UBU, 2005) et LE MOINE NOIR d’après la nouvelle d’Anton Tchekhov (Centre national des Arts du Canada et UBU, 2004).

Stéphane Longpré agit également à titre de scénographe pour TROIS PETITES SOEURS (Théâtre Le Carrousel, 2016), GRETEL ET HANSEL (Théâtre Le Carrousel, 2013), LE BRUIT DES OS QUI CRAQUENT (Théâtre Le Carrousel et Théâtre d’Aujourd’hui, 2009 & 2011) et SOULIER DE SABLE (Théâtre Le Carrousel, 2006), quatre pièces écrites par Suzanne Lebeau et mises en scène par Gervais Gaudreault, PUNTO CIEGO, une chorégraphie de Victor Quijada (Rubberbandance Group, 2009), OMBRES de et par Stéphanie Jasmin (UBU, 2005) et BUREAUX de et par Alexis Martin (Nouveau Théâtre Expérimental, 2004).

Enfin, de 2009 à 2012, Stéphane Longpré est chargé de projet, section accessoires, lors de la production de l’opéra LE RING de Richard Wagner, dans une mise en scène de Robert Lepage (ExMachina et Metropolitan Opera, 2009-2012).