UBU compagnie de création

Fondé en 1982 par le metteur en scène Denis Marleau, UBU a connu un développement artistique aussi exceptionnel qu’exemplaire. La renommée acquise par la compagnie au pays et ailleurs est en effet le résultat de près de trente cinq années d’activités de créations soutenues à l’image de sa direction artistique, aventureuse et inventive. Avec près de soixante spectacles dont la moitié ont fait l’objet de tournées ou de sorties à l’étranger, la compagnie affiche aujourd’hui une feuille de route impressionnante. Depuis 2002, Denis Marleau partage la direction artistique avec Stéphanie Jasmin, dramaturge et conceptrice vidéo, qui signe avec lui la mise en scène de plusieurs spectacles.

Dès sa première création, CŒUR À GAZ & AUTRES TEXTES DADA (1982), UBU s’organise autour du travail de Denis Marleau et d’un noyau de collaborateurs – Carl Béchard, Pierre Chagnon, Danièle Panneton et Bernard Meney – qui s’est progressivement élargi. Trois créations vont constituer des étapes charnières dans l’histoire de la compagnie : MERZ OPÉRA (1987), MAÎTRES ANCIENS (1995) et LES AVEUGLES (2002). Chacune d’elles a permis d’étendre son réseau de diffusion à l’échelle internationale, tout en étant emblématiques d’une démarche singulière. Cette démarche conjugue l’exploration de nouveaux langages poétiques inspirés des approches musicales et plastiques parmi les plus radicales du XXe siècle, une représentation scénique qui puise dans le répertoire théâtral ou romanesque contemporain d’ici et d’ailleurs, de même que l’intégration singulière des nouvelles technologies dans l’invention de nouvelles formes.

Ainsi, Denis Marleau a abordé la dramaturgie québécoise en créant des œuvres de Normand Chaurette (LE PASSAGE DE L’INDIANA, 1996; LE PETIT KÖCHEL, 2000; CE QUI MEURT EN DERNIER, 2009), de Gaétan Soucy (CATOBLÉPAS, 2001) et de Pierre Perrault (AU CŒUR DE LA ROSE, 2002). Il s’est aussi intéressé à des auteurs importants de la dramaturgie germanique : Elfriede Jelinek, (JACKIE, 2010), Johann Wolfgang Goethe, (URFAUST, 1999), Frank Wedekind (LULU, 1996), Georg Büchner (WOYZECK, 1994), Thomas Bernhard (MAÎTRES ANCIENS, 1996; UNE FÊTE POUR BORIS, 2011) et Dea Loher (LE DERNIER FEU, 2013; INNOCENCE, 2015); ainsi qu’à des auteurs provenant d’ailleurs dans le monde et dans le temps : Yukio Mishima (LA CENTIÈME NUIT, 1983), Antonio Tabucchi (LES TROIS DERNIERS JOURS DE FERNANDO PESSOA, 1997), José Pliya (NOUS ÉTIONS ASSIS SUR LE RIVAGE DU MONDE…, 2004 ;  LE COMPLEXE DE THÉNARDIER, 2009), Maurice Maeterlinck (INTÉRIEUR, 2001; LES AVEUGLES, 2002), Jon Fosse (QUELQU’UN VA VENIR, 2001; DORS MON PETIT ENFANT, 2004), Anton Tchekhov (LE MOINE NOIR, 2004), Marina Tsvetaïeva (LA FIN DE CASANOVA, 2006), Samuel Beckett (LA CANTATE GRISE, 1992; LA DERNIÈRE BANDE, 1994 et 2002), Alfred Jarry (UBU CYCLE, 1989; LES UBS, 1991), Bernard-Marie Koltès (ROBERTO ZUCCO, 1993) et Martin Crimp (LA VILLE, 2014). Outre des incursions dans le théâtre musical et l’opéra avec La Trahison orale de Mauricio Kagel (1992), Le Château de Barbe-Bleue de Béla Bartók (2007), L’Autre Hiver de Normand Chaurette et Dominique Pauwels (2015) et Le Petit Livre des Ravalet de Mignolet Brochocka et John Rea (2016), la direction artistique d’UBU aborde aussi depuis quelques années des textes du répertoire classiques : ceux de Shakespeare (OTHELLO, 2007; L’HISTOIRE DU ROI LEAR, 2012), de Sénèque (AGAMEMNON, 2011) et de Molière (LES FEMMES SAVANTES, 2012 ; TARTUFFE, 2016).

Jouissant d’un remarquable rayonnement,  les œuvres scéniques d’UBU ont été applaudies en France, en Belgique, en Allemagne, en Italie, en Suisse, en Slovénie, au Portugal, en Argentine, au Mexique, à Taïwan et au Brésil. De nombreuses structures de création et de diffusion ont contribué à cet essor, notamment le Musée d’art contemporain de Montréal, le Centre Pompidou, le Théâtre de la Cité internationale à Paris, le Manège de Mons, la Maison de la culture d’Amiens, la Comédie-Française, de même que le Festival TransAmériques qui fût une des rampes de lancement les plus importantes pour UBU avec le Festival d’Avignon qui a coproduit et programmé sept spectacles de la compagnie et où Denis Marleau fût le premier metteur en scène canadien à être invité à réaliser une mise en scène à la cour d’honneur avec NATHAN LE SAGE de Gotthold Ephraïm Lessing en 1997.

En 2018, UBU aménagera pour la première fois dans un théâtre à Montréal, à ESPACE GO, où elle est déjà compagnie associée. C’est une nouvelle étape de son histoire, porteuse de projets stimulants pour ses directeurs et leur équipe.

ÉQUIPE

Directeur général et artistique : Denis Marleau
Codirectrice artistique : Stéphanie Jasmin
Directrice administrative : Lina Frattasio
Directeur de production : Martin Émond
Adjointe aux directions : Gabrielle Couillard
Chargée de diffusion : Pauline Bardin
Coordinateur technique vidéo : Pierre Laniel
Comptable : Elise Allard

UBU compagnie de création
4375, avenue Christophe-Colomb
Montréal (Québec) H2J 3G5
T 514 521‐0403
ubucc.ca

UBU compagnie de création est subventionnée par le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des Arts du Canada et le Conseil des Arts de Montréal.