Mot du metteur en scène

AVANT-GARDE OU LE DOUBLE FRÉMISSANT DE MARIELUISE FLEISSER
Denis Marleau
Denis Marleau (Photo : Stéphanie Jasmin)

Ma découverte du récit de Marieluise Fleisser remonte tout au début de mon parcours théâtral. A posteriori, je crois que son texte m’avait bouleversé parce qu’une partie de moi-même s’était identifiée à cette artiste assoiffée de créer qui arrivait de sa province natale pour se confronter aux pratiques radicales de l’avant-garde berlinoise… Comme elle, je me retrouvais dans une grande ville, à Paris, jeune metteur en scène en devenir qui avait tant besoin d’apprendre et de découvrir le génie théâtral des grands maîtres européens. Il me semblait avoir compris de l’intérieur la voix de cette femme à la fois inspirée et en état de choc devant ce monde artistique en pleine effervescence et la relation à l’autre aussi…

Avec le recul, le plaisir me semble encore plus grand aujourd’hui de retrouver cette langue rugueuse et dégraissée de Marieluise Fleisser, qui a trop souvent été définie par des hommes plus célèbres qu’elle, que ce soit Brecht au début de sa carrière ou le cinéaste Fassbinder à la fin de sa vie. Une écrivaine, qui fut de surcroît l’arrière-arrière-petite-fille de Büchner, dont le parcours a été littéralement coupé en deux par un silence de plus de trente ans, et qui est depuis considérée comme l’une des plus grandes dramaturges allemandes du XXe siècle. Je comprends maintenant l’influence qu’elle a pu exercer sur Elfriede Jelinek, qui l’admire profondément, ou sur Dea Loher qui est, elle aussi, originaire de Bavière et qui a été lauréate du prix… Marieluise Fleisser!

Mon désir de mise en scène se conjugue évidemment avec celui de cette rencontre si espérée avec Dominique Quesnel qui incarne tout en intensité variable cette Cilly, le double imaginaire de Fleisser, dans ses états pluriels. Celle-ci accomplit une véritable traversée qui n’est pas une autobiographie, malgré les traces de sa propre expérience auprès du jeune Brecht dans le Berlin de la fin des années vingt. En donnant vie à Cilly, Fleisser condense par l’écriture des états, des sensations, des événements; les objectivant autant qu’en en faisant apparaître à la loupe les débordements, les failles tragiques ou les aspects dérisoires. Ses pensées, toujours en quête de la fibre émotive de chaque fragment de sa vie, dialoguent entre elles et s’amoncellent en un livre d’images spectrales et lancinantes, dont les contours flous autant que les oppositions abruptes épousent son incertitude.

Dans AVANT-GARDE, Marieluise Fleisser décortique avec lucidité le sentiment amoureux, complexe lorsqu’il se double de l’admiration, de la dépendance ou de la déception. Le rapport entre les femmes et les hommes comme celui entre la pulsion sexuelle et l’impulsion créatrice étaient déjà au centre des nouvelles qu’elle a publiées à vingt ans et de sa première grande pièce, PURGATOIRE À INGOLSTADT, qu’elle écrit avant même de rencontrer Brecht. Dans AVANT-GARDE, elle en évoquera une autre, qui porte aussi « le nom de sa ville natale », PIONNIERS À INGOLSTADT, qui sera subvertie par Brecht dans une mise en scène qu’il a voulue volontairement scandaleuse. De ce Brecht, qui a inspiré la figure du Poète dans son récit sans jamais être nommé, j’ai souhaité faire planer le fantôme par les petites musiques reconnaissables entre toutes de son compositeur Kurt Weill. Réinterprétées dans une approche délicate et originale de Jérôme Minière, comme une mémoire sensorielle, elles nous transportent aussi dans un autre temps. Celui d’une époque exaltante sur le plan artistique, à l’ombre d’un régime qui commencera à s’installer en censurant peu à peu la création et la liberté d’expression avant d’imposer sa dictature et la guerre. Fleisser en subira intimement les conséquences : interdite de publication et de représentation, elle s’imposera, en plus, une sorte d’exil intérieur dans sa ville d’origine, dans une société conservatrice et bien-pensante qui ne considère pas les artistes, encore moins lorsqu’elles sont des femmes. Tout cela témoigne certes d’un autre temps, mais dont il est plus que jamais nécessaire de se rappeler, pour savoir reconnaître les symptômes inquiétants que l’on croyait révolus…

Denis Marleau
Metteur en scène