An 2 (2012-2013)

LA FUREUR DE CE QUE JE PENSE

Les mots de Nelly Arcan sont porteurs de questionnements qui habitent Sophie Cadieux sur la projection du féminin dans notre univers ultra-sexualisé et pourtant en quête d’hyperromantisme. Pour la deuxième saison de sa résidence d’artiste à ESPACE GO, la comédienne a souhaité explorer le territoire intime de cette œuvre et faire entendre la pensée de l’auteure autrement que par le spectre de la sexualité spectacle.

Pour donner corps aux mots de Nelly Arcan, la metteure en scène Marie Brassard (JIMMY, CRÉATURE DE RÊVE, PEEPSHOW, MOI QUI ME PARLE À MOI-MÊME DANS LE FUTUR) s’entoure d’une équipe d’artistes multidisciplinaires issus de différents horizons et poursuit ses expériences technologiques, dont l’exploration des manières possibles d’utiliser le son au théâtre. Dans une partition écrite pour six actrices et une danseuse, construite à partir des mots de l’auteure disparue, sept jeunes femmes livrent sept chants du mystère et de la douleur de vivre.

Texte : Nelly Arcan
Idéation et adaptation : Sophie Cadieux
Adaptation et mise en scène : Marie Brassard

Avec : Christine Beaulieu + Sophie Cadieux + Monia Chokri + Evelyne de la Chenelière + Johanne Haberlin + Julie Le Breton + Anne Thériault

Du 9 avril au 4 mai 2013

Une production d’ESPACE GO

 

OBJET PLASTIQUE : CORRESPONDANCES

Sophie Cadieux et Patrice Dubois déploieront des cahiers de notes remplis de pensées, de citations, de dessins, des univers possibles, pour raconter ces moments qui précèdent la création, les ébauches ou les vestiges de ce qui en reste après. Avec parfois le sentiment d’en détenir les clés, mais sans en avoir nécessairement vécu l’expérience. Le spectateur indiscret est invité à fouiller le contenu de ces histoires mobiles pour y faire sa propre histoire. Les carnets seront en constante évolution tout au long de la saison. Il faut les ouvrir, s.v.p.!

Quand : Tout au long de la saison
Lieu : Au vestiaire d’ESPACE GO

 

JE NE M’APPARTIENS PLUS

Parcours pour un spectateur à la fois
Déambulation dans l’enceinte d’ESPACE GO
Dans le cadre de ma résidence d’artiste, j’ai souhaité interroger notre rapport à l’intime.
Celui avec notre maison, avec nos objets.
Interroger ce qui se passe lorsque les portes sur le dehors sont closes.

Sophie Cadieux

Nos objets, nos vêtements, notre placard, notre chambre, notre appartement sont des extensions de notre intimité profonde. Ils révèlent, comme les indices d’une étrange énigme, la quantité de masques que nous revêtons chaque jour pour nous livrer au monde extérieur et au regard des autres.

L’expérience du théâtre, de la salle de spectacle, est une aventure compromettante en soi. On observe, on épie d’autres vies, d’autres drames, d’autres rires. Nous en sommes témoins et puis nous repartons chez nous. Une fois la convention de la salle de théâtre estompée, un autre petit théâtre se fait toujours… le nôtre. Là où la frontière entre celui qui le fait et celui qui le regarde se rétrécit.

JE NE M’APPARTIENS PLUS vous propose une déambulation en solo dans les pièces d’un grand appartement où trainent les morceaux intimes d’une vie qui pourrait bien être la vôtre…

Grâce à la complicité d’Alexia Bürger et de Romain Fabre, la grande salle d’ESPACE GO se voit transformée en labyrinthe d’une vie possible. Vous êtes invités à pénétrer dans une histoire qui pourrait bien être la vôtre, à sillonner des souvenirs qui vous sembleront familiers, à travers des performances et des installations signées Sophie Cadieux, Sophie Corriveau et Nancy Tobin.


ÉQUIPE
Idéation : Sophie Cadieux + Alexia Bürger
Mise en espace : Alexia Bürger
Installation et accessoires : Romain Fabre

Avec Sophie Cadieux + Nancy Tobin (jeu-performance) + Sophie Corriveau (danse)

QUAND
Du 5 au 9 septembre 2012

NOMBRE DE PLACES
30 spectateurs seulement par représentation, à raison de 5 spectateurs par parcours!

DURÉE
1 h

 

TU IRAS LA CHERCHER

(En reprise dans le cadre de l’édition 2012 du Festival international de la littérature)

 

AU LIT AVEC VIRGINIA

La comédienne Sophie Cadieux a découvert Une chambre à soi il y a 15 ans. Elle se demande aujourd’hui si le regard que portait autrefois Virginia Woolf sur la création au féminin a encore des résonnances auprès des femmes. Elle choisit d’occuper à nouveau le Théâtre ESPACE GO, où elle est artiste en résidence, pour convier le public à trois rendez-vous intimistes durant lesquels elle lira, à la manière d’un feuilleton, les 150 pages qui constituent Une chambre à soi. Chaque soir, 50 spectateurs prendront place confortablement autour d’elle dans une petite pièce construite pour l’occasion dans les murs du Théâtre. Pour actualiser les propos du livre de Virginia Woolf, elle fait appel aux auteures Janette Bertrand, Suzanne Jacob, Djemila Benhabib, Marie-Hélène Poitras, Isabelle Langlois, Sophie Pouliot et Fanny Britt à qui elle pose la question : « Quelles sont les conditions propices à l’écriture? » Leurs réponses s’inséreront parmi les pages, tout au long de sa lecture.

AU LIT AVEC VIRGINIA
Auteure : Virginia Woolf
Traduction : Élise Argaud
Collaboration à l’installation : Max-Otto Fauteux

AVEC
Sophie Cadieux

HORAIRE
Les 4, 5 et 6 février 2013 (environ 1 h 15 par soir)

Pages 1 à 50
4 février 2013 à 19 h
4 février 2013 à 17 h (supplémentaire)

Pages 51 à 100 *
5 février 2013 à 19 h
5 février 2013 à 17 h (supplémentaire)

Pages 101 à 150 *
6 février 2013 à 19 h
6 février 2013 à 17 h (supplémentaire)

*Ces soirées débuteront par un résumé de la soirée précédente.

NOMBRE DE PLACES
50 spectateurs par soir seulement!